Un véhicule ça s’entretient correctement

Un véhicule ça s’entretient correctement

L’effroyable accident d’Ankazobe du 1 août 2017 a incontestablement fait froid et secoué tous les Malgaches qui ont suivi le déroulement des événements.

Je ne vais pas aujourd’hui jouer les pères la morale, ce n’est pas le moment, mais en cette période de grandes vacances, je ne vais pas non plus rester les bras croisés et attendre que l’hécatombe se poursuive sur les routes malgaches.

Un peu de sensibilisation et de prévention donc aujourd’hui, surtout si vous comptez prendre la route sur longue distance ces prochains jours.

Contrôler l’état de votre véhicule

Ça paraît évident mais dans les faits, avant un long voyage, avez-vous bien pris soin de contrôler l’état général de votre voiture ?

  • Si la dernière vidange de l’huile moteur remonte à longtemps, c’est l’occasion de la faire. L’idéal est de le faire la veille du départ comme ça le matin vous pouvez faire l’appoint à froid si besoin.

 

  • Profitez en pour vérifier tous vos filtres : à air, à huile, à essence (ou gasoil). Tant que vous y êtes, si votre voiture est de type propulsion ou quatre roues motrices, profitez en pour contrôler voire vidanger l’huile de vos ponts.

 

Soufflet de transmission abîmé

  • Vérifiez l’état de vos soufflets de transmissions, ils ne doivent pas être percés. Si c’est le cas, vos roulements et vos cardans peuvent subitement rendre l’âme en cours de route. Donc si les soufflets sont endommagés, ils sont à changer et a remplir de graisse spécial transmission.

 

  • Passez aux pneus maintenant. Non de grâce, pas de pneu lisse s’il vous plaît. Vous allez rouler à vitesse élevée et un pneu qui éclate à ce moment là peut être fatal. Profitez en également pour vérifier votre roue de secours, son gonflage, et assurez vous d’avoir le cric et la clé de roue dans le coffre. Pour les 4 pneus roulants, assurez-vous de procéder correctement au gonflage selon les préconisations du constructeur et par rapport au niveau de charge envisagé : nombres de passagers, bagages, etc.

 

  • On continue le tour de la voiture avec les freins. Vérifiez l’épaisseur de vos disques de freins et de vos plaquettes. Sur longue route ils seront soumis à rude épreuve, surtout s’il y a beaucoup de virages. Et n’oubliez pas qu’après les vacances, il faudra revenir. Jetez également un coup d’oeil au niveau du lockheed de frein. Une baisse importante signifie automatiquement une fuite dans le circuit.

 

Contrôlez votre circuit de refroidissement

  • Assurez-vous que le circuit de refroidissement du moteur marche bien : pas de fuite d’eau, le ventilateur se déclenche bien, l’eau circule bien, les thermostats s’ouvrent bien, les durites d’eau ne sont dures lors des montées en température, le bouchon de bocal de vase d’expansion est bien étanche.

 

  • Pour la partie électricité et accessoires maintenant. Vérifiez que tous vos feux marchent bien. Veilleuses, code, phares, clignotants et feux de stop. Je vous donne une astuce : s’il y a une ampoule qui a claqué, changez directement les 2 ampoules, à gauche et à droite. Vous conservez ainsi l’homogénéité de vos feux, que ce soit à gauche ou à droite. Achetez vos lampes chez Quicklane, c’est un peu plus cher mais au moins vous aurez la référence qui correspond exactement à votre véhicule. Et je peux vous assurer, c’est du vécu, que leurs ampoules ont une meilleure durée de vie que ceux achetés chez l’épicier d’à côté.

 

  • Pour la partie accessoires, vérifiez que vos essuie-glace sont en bon état et qu’ils marchent bien. Profitez-en pour rajouter du liquide lave-glace. Si vous n’en avez pas, le liquide bleu que madame utilise à la maison pour laver ses vitres fera l’affaire, vous coupez simplement avec un peu d’eau minérale ou de robinet pour diluer un peu.

 

Checker son alternateur

  • Dernier point : la batterie. Vous seul pouvez estimer si elle tiendra le coup ou s’il est temps de la changer. Profitez en pour vérifier au multimètre que votre alternateur délivre bien une bonne tension stable (aux alentours de 14V) à votre batterie. Et de visualiser par la même occasion l’état de votre courroie d’accessoires. Elle ne doit pas être sale, huileuse, craquelée, effilochée. Sa tension doit être correcte, ni trop dure, ni trop lâche.

Le contenu de la caisse à outils de secours

Voici le minimum que vous devez emmener.

  • Les quelques clés que vous utilisez fréquemment sur votre voiture comme par exemple les 10, 13, 17, 18, 19, 21.
  • Du superglu et du depoxy.
  • Quelques bandes de fingotra (caoutchouc).
  • Une courroie d’alternateur de réserve.
  • Tournevis plat et parker.
  • Une pince plate et croco.
  • Un peu de fil de fer et de la ficelle
  • Un couteau (cutter).

C’est vraiment une trousse de premier secours, s’il y a une pièce de votre voiture dont vous n’êtes pas sûr à 100% alors emmenez avec vous une pièce de rechange.

Ça peut toujours servir

Ça y est la voiture est prête ? Caisse à outils, enfants, femme(s), bagages chargés ? Allez c’est parti pour les 400, 600 bornes voire plus.

La philosophie du voyage

Quand durant les 10 ou 11 mois de l’année on a été habitué à faire quotidiennement de petits trajets, se taper tout d’un coup des centaines de kilomètres en une journée est complètement différent.

Allez-y cool, la route est longue, inutile de vous exciter après les imbéciles que vous croiserez, et il y en aura. Relier Tamatave ou Majunga n’est pas un sprint mais un marathon et si vous voulez aller loin, ménagez votre monture.

Inutile d’aller titiller systématiquement la zone rouge du compte-tour, adopter un bon rythme de croisière, en 5eme ou en 6eme entre 80 et 100 km/h est très bien. Freinez le moins possible, rétrogradez le moins possible. Le frimeur qui vous dira à l’arrivée qu’il a fait le même trajet que vous mais en 1 heure de moins, c’est pas grave. La différence c’est que vous vous aurez économisé 25 litres d’essence ou de gasoil par rapport à lui 🙂

Les quelques jours avant le départ, prenez bien soin d’avoir un bon sommeil la nuit pour être frais et dispo au volant.

Pendant le trajet, multipliez les pauses.

Pipi, caca, peu importe. Dans l’absolu, il faut s’arrêter toutes les deux heures. Si vous baillez fréquemment, attention, danger : vous êtes déjà quasiment en train de dormir sans le savoir et votre vigilance et vos réflexes sont déjà diminués. Donc arrêt immédiat.

Vous ne connaissez pas la route donc méfiance.

Il y a peut-être des nouveaux trous depuis la dernière fois que vous avez roulé dessus. Toujours porter le regard le plus loin possible pour anticiper les obstacles, les dangers.

La philosophie au volant disais-je : vous n’êtes pas sur un circuit fermé ou en rallye. Inutile donc d’être belliqueux et de se prendre pour le roi de la route, qui n’accepte pas de se laisser dépasser et qui veut courser tout le monde. Laissez les vous dépasser si ça les amuse, vous votre philosophie c’est « ny tonga ihany no arabahina » (on ne salue que ceux qui sont arrivés à bon port). Gardez bien votre moyenne, soyez attentif aux bruits de votre voiture, à son comportement sur la route, arrêtez vous immédiatement dès que vous ressentez une anomalie.

Si vous n’avez pas de notions de conduite sportive et si votre voiture n’est pas faite pour, ne tentez pas le diable, restez raisonnable, adoptez une conduite souple et pépère.

Bien entendu si vous avez plus de 200 cv ou un turbo sous le capot, des freins correctement dimensionnés, des amortisseurs et des pneus au top, des notions de pilotage, là c’est une autre histoire mais ce n’est pas le propos aujourd’hui.

Bonne route et bonnes vacances.

A propos de elman

Digital Native
Allez on y croit !

Copyright Actutana Inc. - Tous droits réservés.  © 2017