1000 jours en France

Belles jantes …

Gné ? Si si, 28 mars 2018 – 21 décembre 2020, cela fera exactement 1000 jours que votre elman national aura passé en France. 2 ans, 8 mois et 25 jours, le temps passe tellement vite n’est-ce pas ? Tic, tac …

Alors, un vrai premier bilan de ces 1000 premiers jours ?

Le premier mot clé à retenir, c’est la stabilité. Vous avez un job ici en France, quel qu’il soit, vous aurez l’assurance de vivre correctement. Certes, le concept de « correctement » variera d’un individu à un autre, mais comparé à Madagougou, je peux vous garantir que ce sera vraiment très très correctement.

Avoir un toit sur la tête, manger correctement avec le frigo plein, avoir de l’eau, de l’électricité, 24/7/365, se déplacer sans problème, se soigner facilement, se connecter facilement, envoyer les enfants à l’école, pour la plupart des gens ici en France tout ça est devenu tellement banal et normal qu’ils n’y font plus attention. Mais pour vous qui êtes à Madagougou, nous sommes d’accord que tout ceci semble relever de la science fiction ?

Et c’est pour cela que même 1000 jours après, j’apprécie toujours de tourner le robinet chaque matin et de voir l’eau chaude en sortir. Avoir de l’eau chaude qui sort du robinet, vous pouvez compter le nombre de jours dans l’année où ce phénomène extraordinaire se produit à Madagougou. Car pour cela il faut de l’eau et de l’électricité et c’est très rare que vous ayez les deux ensembles.

La vie au quotidien maintenant. Tsotra, milamina, mirindra. Ici pas de kolokoly, pas de dessous de table, pas de felaka, pas d’agent de l’Etat à corrompre pour avoir droit au Service public et aux prestations sociales auxquels vous avez droit, en payant vos impôts. Comme j’ai déjà eu souvent l’occasion de le dire, les impôts, cotisations sociales et autres assurances sont très conséquents ici en France mais au moins, vous savez où va exactement ce pognon de dingue.

Alors, tout est si facile que ça en France ? C’est le paradis sur Terre ? Mmh, ce n’est pas ce que j’ai dis. La très très très grosse difficulté rencontrée en région parisienne, c’est le logement. C’est vraiment compliqué, et il faut vraiment être patient et persévérant sur ce plan là, surtout quand vous débarquez. Même avec un CDI en poche, ce ne sera pas gagné. Mais bon, une fois que vous avez la baraque et le CDI aussi, zay, vita, vous êtes milamina et mirindra. Puis évidemment, très vite vous vous poserez la question de devenir propriétaire.

Côté culture, activités, loisirs et distractions, on est là encore sur une autre planète. On est pas réduit à la THB et aux brochettes sur l’Avenue ou sur le bypass, il y a des milliers d’activités à disposition. Culture, sport, sorties, jeux, parcs, visites, musées, théâtre, plages, régions à visiter, gastronomie, il y en a pour tous les goûts. Et pour toutes les bourses aussi bien évidemment. Bon évidemment avec la Covid19 ça c’est un peu corsé mais gardons la foi.

A part l’eau chaude, aaah les belles routes françaises. Zéro contrainte sur la voiture, vous n’avez pas à tomber le train avant tous les 3 à 6 mois, des pneus qui ne s’usent quasiment pas, utiliser des routes et des autoroutes à 2, 3, 4 voies, waaaa… Départementales, nationales, autoroutes, il y a la aussi le choix, pour toutes les bourses.

Quoi d’autre ? Police, Justice, ça marche bien en France également. On a confiance dans le système, à Madagougou je vous laisse être votre propre juge de votre degré de confiance envers ces institutions.

Bref, en France on mène une vie simple, sans gidragidra, sans devoir tirer le diable par la queue tous les matins.

Ce n’est pas seulement une histoire de confort matériel et de bien-être au quotidien. C’est aussi la vie sociale au quotidien, les rapports et les relations avec autrui, l’attention, la gentillesse, ne plus se taper des ory hava-manana hypocrites qui ne penseront qu’à vous voler, ça change la vie.

On ne sera jamais vraiment vazaha, ah oui vraiment ? Bah si, quand vous êtes plus à l’aise avec des gens qui ne tournent pas autour du pot, avec qui quand c’est oui c’est oui et quand c’est non c’est non, qui ne vous considèrent pas avec un sourire bizarre, fourbe et hypocrite, bah là ça y est, vous êtes devenu vazaha, dans la tête d’abord, sur le papier ensuite.

Fiesona et fialonana, ah la la, Madagougou il y a encore du boulot hein ? Si vous voulez un jour aussi vivre une vie tsotra, milamina et mirindra, commencez par changer cette mentalité de m**** qui tire tout le monde vers le bas.

Quand nous serons moins fourbes, un peu plus francs et directs entre nous, honnêtes et sans tourner autour du pot, là oui, un jour viendra peut-être.

En attendant bah bon courage. Moi je retourne à mes innombrables projets personnels, professionnels, c’est fou ce que vous pouvez vous projeter très loin en level 3+.

elman

elman

Digital Native Allez on y croit !

Souscrire
Me notifier des
guest
Le formulaire de commentaire recueille votre nom, email et contenu pour nous permettre de garder une trace des commentaires placés sur le site. Veuillez lire et accepter les conditions d'utilisation et la politique de confidentialité de notre site Web pour publier un commentaire.
12 Commentaires
plus anciens
plus récents plus de votes
Inline Feedbacks
View all comments
Soso

Là vous avez montré le côté « pile » de la France que vous avez brillamment montré, elman. Bravo!

Le prochain exercice, c’est d’exposer le côté « face » : la solitude (la sociabilité faible ou le semblant de sociabilité), l’individualisme de la société, la rupture des liens avec les anciens (développement des EHPAD,…), la surconsommation, la fragilité psychologique, le refus de la responsabilité…

Je dirai que la France, elle aussi, est en crise: une crise non matérielle contrairement à Madagougou mais plutôt identitaire et morale.

Soso

Je ne parle pas de votre cas perso ni du mien, elman, mais de la société française dans sa globalité.

Comme vous dites, chacun fait comme il l’entend. Pas de commentaire, ni de jugement à porter là-dessus sûrement. Perso, je suis plutôt frugale par choix (non par nécessité) 🙂

Refus de responsabilité: à toute instance (dans le couple, la famille, en entreprise, dans les institutions,…), on veut être « acteur »/ »responsable » mais dans les faits, personne ne veut s’engager et assumer la responsabilité de ses actes.

erik13

Beaucoup de vérité dedans et comme il le précise bien Elman parle de « sa » vie là-bas. Peut-être qu’il y en a qui sont bien moins nantis là-bas et diront totalement le contraire de ce qui est raconté. Mais ça dépend de plusieurs facteurs et/ou circonstances.
Cela me rappelle un vazah (français) venu de Washington et qui se plaignait de sa vie là-bas. Il est même allé jusqu’à dire qu’il regrettait un peu sa vie ici. A noter que le monsieur en question est le vice-président d’une grosse ONG américaine.
Je l’ai écouté se plaindre et je lui ai dit: « eh ben on échange nos places quand vous voulez! »

gerard

hé hé…

encore tout feu tout flamme notre ami Elman ?

la plupart des Malgaches que mon épouse et moi avons connu en France s’en sortaient correctement, c’est sûr, souvent au prix d’un travail acharné,

médecin dont le diplôme malgache n’est pas reconnu, qui bosse comme infirmière en reprenant ses études, garçon qui commence par livrer des paquets au black avec une camionnette de location et qui a maintenant une entreprise florissante

alors pourquoi cette perpétuelle descente aux enfers ici ?

parce que les meilleurs se sont enfuis ?

je ne crois pas vraiment,

plutôt des « systèmes » assez largement pervertis, et qui ne tournent pas très rond, le koly koly, les ecolazys …..

Modifié 25 jours plus tôt par gerard




gerard

c’est aussi que la plupart de celles et ceux que mon épouse m’a fait connaitre n’étaient pas « level 0 » mais, comme vous même, bac ++, ou capables de bosser 12h par jour, même au black

aux antipodes d’un gilet jaune !

pour ce qui est de certains européens qui débarquent ici, ….la réflexion de mon épouse lors de notre « installation » à Mada, en voyant trainer dans le coin quelques spécimens:

« j’ai vécu 30 ans en France, mais des vazahas comme çà, je n’en avais jamais vu »

ils me font rire, parfois, pas toujours !

https://www.rfi.fr/fr/podcasts/reportage-afrique/20201220-d%C3%A9couverte-d-un-r%C3%A9seau-p%C3%A9dophile-%C3%A0-madagascar-les-16-suspects-%C3%A9trangers-toujours-recherch%C3%A9s

gerard

J’habite un petit paradis de bord de mer, et ne bouge que très peu de chez moi, âge, covid, ras le bol de l’avion, etc..

mon épouse va +- 2 fois par an en France, sauf depuis un an, because covid….

privilège de « ray aman-dreny » … j’ai pris l’habitude que l’on vienne nous voir !
un assez grand espace et une maison d’amis, assez rarement louée car nous sommes devenus « sélectifs », nous autorisent à recevoir

vous êtes attendus pour la dédicace ! quand vous aurez le temps et l’envie de repasser au bled, vous connaissez le mail ….

Rafangy

1000jours et on peut s’offrir un superbe avion de chasse grâce seulement a son cerveau et ses bras, pas comme chez un certain pays où on ne fait rien à part brasser de l’air et en peu de temps, (je ne dirai pas 2 temps 3 mouvements )on peut tout s’offrir à commencer par une immense villa en passant par une escapade, etc, etc! bravo à vous et merci pour tous les conseils




Do NOT follow this link or you will be banned from the site!