Quoi, 1 an déjà ? Effectivement, trottinette achetée très précisément le 2 février 2019 et aujourd’hui, le compteur affiche donc 1089 bornes ce 2 février 2020.

L’occasion de faire un petit bilan de cette expérience « EDPM », engin de déplacement personnel motorisé.

Contexte d’utilisation

L’achat de cette trottinette a été effectué, rappellez-vous, dans le but de ne pas faire à pied le fameux « dernier kilomètre« . Pour ma part, il s’agit donc du dernier kilomètre entre ma gare de RER et de mon domicile, une distance de 700 mètres plus précisément,  mais aussi, depuis novembre 2019, du dernier kilomètre entre le siège de mon lieu de travail et la gare RER de Nation, environ 400 mètres. De février à novembre 2019, j’étais basé à Vincennes, et il fallait compter là aussi 600 mètres environ entre le RER de Vincennes et mon job. Bon an mal an, j’effectuais donc quotidiennement entre 4 et 5 kilomètres, puisque je me permettais (permets toujours) le luxe suprême de rentrer déjeuner chez moi à midi 🙂

Les problèmes rencontrés

En 1 an d’utilisation, le seul gros problème rédhibitoire rencontré a été 3 crevaisons, dues à des chambres à air faiblardes. Disons-le clairement, c’est le gros point noir de cette Xiaomi M365, résolu définitivement en remplaçant le pneu à chambre à air par un pneu « plein’, sans chambre à air. Pour réduire un peu la dureté de ces pneus plein, j’ai opté pour des pneus alvéolés.

A noter que si pour des raisons de confort vous souhaitez rester en chambre à air, le remplacement du pneu n’est pas si compliqué que cela, avec un peu d’expérience et en utilisant l’astuce des colliers pour immobiliser le pneu sur la jante, l’opération de dépose-repose ne devrait pas dépasser une demi-heure sur le pneu arrière

Le pneu avant est un peu plus complexe, comme je vous le montre ici.

Autre problème rencontré, la casse de la vis de verrouillage de la potence, vis rapidement remplacée dans la foulée par un modèle renforcé dénommée Nabuchodonosor. Cette vis costaude a également permis de régler définitivement le couinement de la potence.

Attention également aux 2 vis de fixation du guidon sur la potence, qui avaient tendance à se dévisser. 2 gouttes de vernis à ongle, emprunté à ardine, et hop, le problème a été définitivement fixé.

Tuning

Dans le registre tuning, outre les pneus plein, j’ai également procédé au remplacement de l’écran du tableau de bord qui d’origine, affiche juste quelques leds indiquant le niveau de charge de la batterie. J’ai installé un clone de tableau de bord de la Xiaomi M365 pro, nécessitant une mise à jour du firmware de la trottinette. Du coup, outre le niveau de la batterie, je dispose maintenant d’un compteur de vitesse mais aussi de 3 modes de conduite : eco, daily, et sport. Selon votre poids, vous pourrez monter à 18, 20 et 25 kms/h. Un tout petit peu plus si vous ne flirtez pas avec les 100 kgs 🙂 D’autres icônes sympas sont disponibles, comme l’indicateur d’allumage des feux ou encore le témoin de connexion au bluetooth. Aucun problème en remplaçant le firmware de la M365 par celui de la M365 pro.

Au quotidien

L’avantage de la trottinette par rapport à un vélo est que je peux replier la trottinette et pouvoir ainsi accéder sans problème à une rame de RER bondée. Hormis évidemment pendant la grève de décembre 2019 où j’ai malheureusement été contraint de laisser l’engin à la maison car c’était trop compliqué de tenter de la caser dans le RER.

Côté autonomie, cela dépend de beaucoup de paramètres. Une utilisation en été, genre à 30°, ne donnera pas la même chose en hiver, à 0°. De même, comme déjà dit, votre poids influencera également, ou encore si vous avez un sac à dos ou pas. L’utilisation du feu d’éclairage est également un facteur qui influe sur l’autonomie.. mais aussi la vmax de la Xiaomi M365.

Le passage aux pneus plein a également définitivement supprimé l’angoisse de la crevaison. En pneus plein, vous allumez la trot, vous savez que vous roulerez. Exactement comme l’eau qui sortira du robinet 🙂

Je ne sais pas si c’est psychologique ou pas mais il me semble que ces pneus plein nécessitent quelques jours de rodage, pour qu’ils soient bien efficaces et que vous vous sentiez bien en confiance, surtout dans les virages.

En conclusion

Malgré les quelques problèmes rencontrés, cette Xiaomi M365 se révèle fiable dans l’ensemble. Le passage aux pneus sans chambre à air a un peu dégradé le confort de conduite mais en anticipant largement les détériorations et irrégularités de la chaussée, cela reste acceptable. L’astuce est de piloter en portant le regard le plus loin possible, la trottinette suivra votre trajectoire.

Lire aussi : 1ère partie : alors, cette Xiaomi M365 ?

Un système d’amortisseurs aurait été la bienvenue en pneus sans chambre à air mais vu son prix d’entrée de gamme, très compétitif, il ne faut pas trop en demander non. Notons enfin la bonne efficacité du système de freinage, avec un E-ABS à l’avant et un disque de frein à l’arrière, qui peut nécessiter un léger réglage quand vous êtes amenés à démonter la roue arrière.

très belle finition

Au final, je suis satisfait de cet achat. Une seule gamelle au compteur de ces 1000 bornes, sans grande gravité heureusement, sauf pour mon amour-propre 🙂 Sinon en étant prudent dans sa conduite, en respectant les piétons, le code de la route, tout devrait bien se passer. Je constate également l’évolution des mentalités et de la législation, un peu hors la loi à ses débuts, la trottinette electrique a finalement trouvé sa place dans la circulation urbaine, comme en témoignent ces stationnements réservés.

La trottinette ça c’est fait, cette année j’ai envie de tester autre chose 🙂

Partager l'article
elman

Digital Native Allez on y croit !

2
Poster un Commentaire

avatar
  Subscribe  
Me notifier des
kof
Membre
VIP

ça fait un moment que j’ai pas regardé mon kilométrage. J’ai dû dépasser les 1000 km aussi. 🙂

mangableu
Membre

Après 1 an, la batterie a perdu combien de % de sa capacité initiale?

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!