Alors, ces Barea ?

Le missile décoché par Amada wow

Nous avons été très nombreux à suivre ce mardi 17 novembre 2020 ce match contre la Cote d’Ivoire, confrontation rentrant dans le cadre des qualifications pour la prochaine Coupe d’Afrique des Nations.

On commence par les bonnes ou les mauvaises nouvelles ? 🙂

Par les bonnes ? Ok. La bonne nouvelle est que la ferveur nationale est toujours là, bien intacte. Plus d’une année après le périple égyptien, les Malgaches sont toujours derrière leur équipe nationale fétiche, alefa Barea. Et au diable la covid19 accessoirement, hum.

On en reparle dans 15 jours ?

Les moins bonnes nouvelles maintenant. Ouh la la, sur le plan du jeu, ça n’était pas du tout ça, mais alors là, aïe aïe aïe ! Certes, les Ivoiriens présentaient tous un gabarit plus qu’impressionant mais cela n’expliquait pas tout, notre niveau de jeu n’était tout simplement pas… au niveau de ce que l’on attend à l’international.

Très peu de construction, des passes aléatoires, des balles perdues très vite, des passes aériennes en mode n’importe quoi, des dégagements à tout va, de la fébrilité, bref, nos Barea nous avaient montré beaucoup mieux en Egypte !

Bien sûr, on peut aussi remettre en question ce terrain avec sa pelouse « synthétique », rendant la balle très rebondissante mais c’est un faux prétexte car les Ivoiriens étaient eux aussi confrontés à la même difficulté, et cela ne leur a pas posé plus de problème que cela.

Certes nous avons réduit la casse en arrachant le nul mais il va falloir se remettre très vite au travail pour retrouver notre niveau égyptien car nos vieux démons du « baolina tanimbary » sont toujours à l’affût, prêts à ressurgir à la moindre occasion.

Travailler le jeu individuel, assurer la qualité des passes, les faire courtes, précises, éviter au maximum les balles un peu trop aériennes, mettre à profit notre vivacité naturelle, alefa, nous l’avons déjà fait, il n’y a pas à faire ses preuves, ils les ont déjà faites, il y a juste à retrouver ses marques.

Un justificatif qui tient la route par contre c’est le fait que nous n’avons pas du tout joué cette année, à cause de ce satané virus. La machine s’est donc naturellement un peu grippée, les joueurs un peu rouillés, c’est normal.

D’ou l’importance effectivement de jouer très régulièrement mais bon, nous connaissons tous malheureusement le contexte actuel.

Je n’ai bien entendu pas la prétention de me substituer à notre coach national : il est le mieux placé pour bien connaître ses poulains. Disons que c’est juste un modeste point de vue extérieur 🙂

Alefa Barea !

elman

elman

Digital Native Allez on y croit !

Souscrire
Me notifier des
guest
Le formulaire de commentaire recueille votre nom, email et contenu pour nous permettre de garder une trace des commentaires placés sur le site. Veuillez lire et accepter les conditions d'utilisation et la politique de confidentialité de notre site Web pour publier un commentaire.
5 Commentaires
plus anciens
plus récents plus de votes
Inline Feedbacks
View all comments
Jentilisa

Hevitra iray koa ny hoe ravan’ny Ivoariana ny tao afovoany, tsy afa-nihetsika mihitsy ka voatery nanao langalanga any aloha any nefa vao maika izany nanome vahana ny Ivoariana…

Ilpensiero

On peut dire que les Barea nous ont donné des sueurs froides. Je ne suis pas un specialiste du foot ni en termes trehniques mais, je ne doute pas des compétences individuelles de nos joueurs; regardez le magnifique tir de loin effectué par le capitaine, ce qui manque a mon avis, c’est une construction de jeu efficace, une bonne cohésion quoi.
Pour terminer, j’exhorte le Prezida a faire respecter les mesures sanitaires, quel que soit le motif, que ce soit fampirevena, panem et circences ou manif des opposants; ça fait bizarre de penser quand on a interdit les gens de travailler, vivre pendant les confinements mais quand il y a un evenement national comme lea matchs des barea, vous laissez le peuple s’attrouper comme si rien n’etait.

Rafangy

bien que nous ne sommes pas Nicolas, tout est bien dit, curieusement, aussi, j’avais la mauvaise impression que la 1ère mi-temps à Toamasina était presque la même qu’à Abidjan, et il faut reconnaitre aussi que les éléphants sont encore et toujours au moins à deux crans au-dessus de nous, mais nos barea ont bien joué aussi bien à abidjan qu’à toamasina merci barea! alefa barea

mpijery

L’absence combinée de Bôlida et d’Anicet a affaibli l’équipe au milieu: on a vu les défenseurs incapable de relancer proprement.
L’équation est maintenant assez simple: les Bareas seront qualifiés automatiquement si la Côte d’Ivoire gagne leurs deux derniers matches mais seront éliminés si c’est l’Éthiopie qui le fait (sauf si Niger gagnait contre CIV – très improbable – et ils gagnent contre Niger)

mangableu

Hoy ireo nijery baolina tato aminay hoe: “toa lasa manao baolina an-tanimbary be e!”

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!