Analamanga : et si … on rasait tout ?

Je… Non, rien

Gné ? Raser comment ça ? Bah c’est clair non : on demande courtoisement à toute la population de vider toute la région Analamanga, puis on dynamite tout, on rase tout, zay, vita.

Zay vita ? Et ? Et on construit à partir de toutes ces ruines une vraie ville, une vraie capitale. De vrais axes routiers, une urbanisation digne du XXIe siècle, des infrastructures modernes, avec arrivées d’eau, évacuation des eaux usées, électricité, fibre, etc.

Bref, comme mon eco-quartier quoi. La part belle aux grands espaces verts, le fonctionnel qui se conjugue avec le beau et l’écologie, la modernité tout simplement.

Pourquoi une solution aussi radicale ? Bah quand je vois ces expropriations qui se succèdent ces dernières années, avec ces rocades, ces fly-over et que sais-je d’autre, ma solution ne serait-elle pas plus appropriée ?

C’est un peu ce que le baron Haussmann a fait à Paris je crois, je ne sais plus pendant quel siècle. Plutôt que de bidouiller et de barboter dans la médiocrité urbaine et architecturale de l’époque, alefa, on rase tout et reconstruit tout, pour en faire depuis l’une des plus belles capitales au monde, si ce n’est la plus belle.

Le pire c’est que de l’espace nous n’en manquons pourtant pas à Madagougou. Mais bon, on a vu aussi que nous n’avons jamais réellement exploité cette superficie dans notre Histoire. Ça a toujours préféré s’agglutiner à Antananarivo, en s’empilant les uns sur les autres. Mifanitsa-kitro quoi, on aime bien n’est-ce pas ?

Bref, c’est compliqué hein ? Cela me rappelle d’ailleurs la partie n°11 de nos cours sur la manière de s’enrichir : quand on ne voit pas « grand » dès le départ… et bien on ne construira jamais quelque chose de grand.

Lire aussi : Voir les choses en grand : 11ème partie

On fera des petits trucs, des petits machins, des petits bidules mais qui ne constitueront jamais rien de « grand« . En ce sens vous ne pourrez jamais construire un building de 100 étages sur la base de minuscules fondations.

Je sais bien que ma proposition de tout dynamiter est des plus loufoques car du coup, où est-ce que l’on mettrait tous ces millions de gens ? A la rue ? Bah non, même pas puisque de rues il n’y en aura même plus si on rase tout 🙂

Que faire alors ? A ce stade là, il n’y a plus qu’une seule solution : à l’image d’une toile d’araignée, il faut mailler le réseau routier. Partir du centre puis petit à petit, étendre le réseau routier sous forme concentrique allant s’elargissant. Les routes sont le seul moyen d’obtenir une meilleure répartition géographique de la population.

Et ça tous les grands de ce monde l’ont compris il y a déjà bien longtemps. Il n’est jamais trop tard pour s’y mettre.

elman

Digital Native Allez on y croit !

Subscribe
Me notifier des
guest
16 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Soso
Soso
Gold
2 mois plus tôt

Le maillage, c’était à la base l’idée de « grand Tanà » de l’époque. Mais comme la continuité n’existe pas, on peut vite l’oublier.

Rafangy
Rafangy
Expert
En réponse à  Soso
2 mois plus tôt

pourquoi la continuité n’existe pas?tout simplement parce que ce que vous, vous avez realisé, moi je sais pertinement que je susi incapable de faire même le1/100 de ce que vous avez fait,donc, nons seulement, je laisse tout se degrader mais encore plus, j’encourage les vandales si je ne fais pas detruire tout ce que vous avez construit! c’est aussi simple que cela

Rafangy
Rafangy
Expert
2 mois plus tôt

bof, quand des cretins avancent que la route ne se mange pas, que voulez vous?

Modifié 2 mois plus tôt par Rafangy
Rafangy
Rafangy
Expert
2 mois plus tôt

a titre d’information,des canaux d’evacuation des eaux usées et de pluies existent toujours mais ils sont completement bouchés et ne correspondent plus aux nombre de la population, des canaux partent d’amabtomena, analakely et se deversent dans le canal andriatany en passant sous tsaralalana mais ils sont completement bouches

Coco
2 mois plus tôt

Le pire c’est que de l’espace nous n’en manquons pourtant pas à Madagougou (…) Ça a toujours préféré s’agglutiner à Antananarivo, en s’empilant les uns sur les autres

Quand je vois qu’au by-pass, on a fait que deux voies alors qu’il y a suffisamment d’espace pour en faire quatre…

rnaivos
En réponse à  Coco
2 mois plus tôt

Quand je vois qu’au by-pass, on a fait que deux voies alors qu’il y a suffisamment d’espace pour en faire quatre…

Y avoir construit 2 voies pourquoi pas si c’était ce que pouvait financer les moyens du moments. Par contre y avoir laisser construire des maisons et des immeubles tout le long est une faute. Qui a donnée les permis de construire ?

Il y a un adage que j’ai déjà lu sur Actutana : Prévoir Grand mais commencer petit

mpijery
mpijery
2 mois plus tôt

La région Analamanga va très bien, c’est Tana-Ville qui est encombrée et les autres villes sont encore récupérables.
À mon avis, le mieux est de laisser la capitale comme telle en tant que « vieille ville » mais faire en sorte de déplacer ailleurs toutes les « commodités ».

  • Ce serait l’occasion de se débarrasser définitivement des quartiers entiers bâtis sur du marécage
  • La population bougera d’elle-même quand elle se rendra compte que la ville est morte

Mais pour ça, il faudra des gestes forts de l’état:

  • démenagement des ministères
  • encourager et faciliter la relocalisation des entreprises
  • prévoir des grandes places pour les marchés (les Malgaches raffolent de ça)
  • mettre en place des transports adéquats entre les différentes villes (en finir avec le fonctionnement aléatoire des taxi-brousses actuels: ça devrait être facile d’aller travailler à 50-70km de chez soi

La liste n’est pas exhaustive

tsytiafoza
tsytiafoza
En réponse à  mpijery
2 mois plus tôt

Si au moins ils étaient convaincus de leur projet de nouvelle ville à Imerintsiatosika ou Arivonimamo là, ils auraient:

  • installé le nouveau stade là bas au lieu de bidouiller le stade de Mahamasina
  • bâti le colisé là bas au lieu de gaspiller le rova
  • et ce foutu projet de téléphérique, on s’entête à le faire à Tana
  • le tramway, pourquoi pas là bas?

Tous ces projets là bas, je vous dis qu’une vraie nouvelle ville sera née en même temps que l’achèvement des ouvrages. Mais bon, voir grand n’est pas et ne sera jamais leur truc.

Hary
Hary
En réponse à  tsytiafoza
2 mois plus tôt

Je suis d’accord .
Je ne connais pas la composition de leur équipe orange ,mais pour un grand projet comme Tanasoleil , rien ne les empêche de travailler avec des experts internationaux en urbanisation .
Car il faut prendre en compte l’aspect technologique, économique, environnemental ,humain mais surtout culturel et identitaire .
La nouvelle ville doit être moderne mais doit être culturellement Malagasy.

Bon voici un exemple prenant en compte le facteur humain ( On a le droit de rêver ) :
Proposer aux propriétaires des terrains actuels de devenir propriétaire des futurs appartements ou leur proposer en priorité du travail dans les futurs usines moyennant une formation.
Mais bon je doute que TanaSoleil soit un projet inclusif des habitants.

dtesfa
dtesfa
Actif
En réponse à  mpijery
2 mois plus tôt

C’est que le président égyptien Al-Sissi fait actuellement avec une nouvelle capitale qui fera tout de même 7 fois la taille de Paris.

no name
Gold
2 mois plus tôt

je veux bien quitter cet endroit si on me donne les moyens (que je n’ai pas pour le moment) de m’installer à la campagne et qu’on m’assure ma sécurité (pas de dahalo ni de hala botry)

idefix
idefix
Gold
2 mois plus tôt

Nous raserons Analamanga pour construire Analavoasary Tompokolahy sy tompokovavy 😛

zana
Actif
2 mois plus tôt

Haussmann avait pensé à restructurer surtout les réseaux de voiries de Paris car la peste sévissait encore au beau milieu du XIXè siecle, Paris à cette époque a connu ne forte hausse de sa population, alors que les réseaux de voiries existaient à peine (à noter que les rues sont constitiuées par des pavés à cette époque) et les eaux usées fautes d’infrastructures adéquates sont déversées directement dans les rues.
Après ses grands travaux dans la région Bordelaise, il avait commencé à agrandir tout d’abord les rues et ruelles avec en parallèles la construction de vraies réseaux de voiries ( buses en béton pour les évacuations d’eaux usées de diamètre 3000 mm, visitables jusqu’à présent en souterrain), élargissement des rues avec des tracées orthogonales. C n’est qu’après la construction des Voiries Réseaux Divers (VRD) que les bâtiments hausmanniens ont été construits. La logique effectivement c’est la construction des VRD avant celle des immeubles et bâtiments.
A Madagascar et plus exactement à Antananarivo, cette logique a été suivie dès 1959, avec une population dans les environs de 300 habitants, les dimensions des buses souterrains effectivement sont de 1000 mm tout au plus. Les ingénieurs de cette époque n’ont pas la vision du baron Haussmann. Les buses de 1000 mm ont tenu le coup jusqu’au début des année 1970,car je me souviens la cité d’ambodin’Isotry était sous l’eau lors des fortes pluies.
Il est temps de renouveler la ville d’ANTANANARIVO, et de le rendre dans sa physionomie des année 1960. On doit détruire toutes les constructions après 1960 et déplacer la population dans les régions périphériques. Mais il faut construire des routes qui relient les différentes villes nouvelles. C’est faisable si tous les acteurs de ce projets agissent avec logique.

Hary
Hary
2 mois plus tôt

L’urbanisation de Haussmann était politiquement possible grâce au régime autoritaire de Napoléon 3.

Tant qu’ à faire , il faudrait aussi créer des nouvelles villes modernes à coté de chaque grande ville de Madagascar et reléguer ces anciennes grandes villes comme villes historiques.

Si le projet est viable alors les financements suivront mais bon pour cela , il faut voir grand et loin et opter pour une continuité entre les gouvernants.

Béroud
1 mois plus tôt

Mon professeur d’histoire, en France, il y a plus de 70 ans nous avait explique que tous les Bois (Boulogne, Vincennes) et toutes les grandes avenues avaient été réalisés à la demande de Napoléon III, afin que l’on puisse aisément mettre des troupes dans ces Bois, et que l’on puisse tirer au canon sur les avenues nouvelles, ce qui n’était pas possibles dans les rues de l’époque où des émeutiers pouvaient avec des pavés et une ou deux charettes monter une barricade infranchissable même pour des cavaliers. C’était certainement une des principales raisons, mais toutes les vérités ne sont pas toujours bonnes à dire. Merci, Napoléon III !

ACTUTANA