Attention! Applications espionnes inside

Un utilisateur averti en vaut deux

La nouvelle a fait l’effet d’une bombe. En effet, le très sérieux quotidien américain Wall Street a révélé dernièrement que plusieurs logiciels espions se cachent sous les fameuses applications que l’on télécharge et que l’on installe dans les smartphones.

Au terme d’une longue et vaste enquête, le journal WSJ a conclu que plusieurs applications révèlent certaines informations personnelles des utilisateurs à différents organismes à vocation commerciale et ce, à leur insu. Les deux acteurs majeurs dans le domaine sont pointés du doigt, à savoir la marque à la pomme: Apple et le géant des moteurs de recherche: Google. Le premier est le propriétaire du célèbre terminal iPhone mais surtout du système d’exploitation iOS pareillement au second, qui est le fabricant de l’OS Android. Les apps malveillantes découvertes par les investigateurs sont effectivement dédiées à ces deux plateformes pour terminaux convergents.

Ce qui est réellement inadmissible pour l’opinion public, c’est que les deux géants du secteur n’ont établi aucune balise pour prévenir cette pratique, autrement dit, n’ont jamais contraint les développeurs mais également éditeurs d’applications à demander l’aval des utilisateurs avant de procéder à cette opération de divulgation de données privées. Qui plus, rares sont les professionnels du développement d’applications qui disposent d’une politique de confidentialité concernant la gestion de ces informations personnelles. Une affirmation d’un responsable d’une maison de développement d’applications a mis la puce à l’oreille du journal américain. En effet, ce dernier se vantait que sa société est capable de mesurer le temps moyen ou la fréquence d’utilisation des applications téléchargées pour chaque utilisateur.

L’enquête du quotidien Wall Street s’est basée sur les 101 applications les plus populaires, iPhone et Android confondus. Il se trouve que 56 de ces programmes collectent et fournissent les identifiants uniques des terminaux intelligents dénommés phone ID, 5 transmettent l’âge ainsi que le sexe des utilisateurs et 47, donnent la position géolocale. Selon toujours le périodique WSJ, les principaux destinataires de ces données sont des divisions de Apple et Google. Ces dernières sont la régie publicitaire de la firme de Cupertino: iAD et celle du Big Brother: adMob. Les sociétés de développement d’applications composent les destinataires restants.

Partager l'article
elman

Digital Native Allez on y croit !

Poster un Commentaire

avatar
  Subscribe  
Me notifier des
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!