Ça fait 25 ans que je travaille !

Ça fait 25 ans que je travaille !

Le choc, la révélation que j’ai eu dimanche dernier au bazar de Noël du LFT en réalisant que ça fait 25 ans que je travaille ! Par travailler, j’entends donc travailler pour gagner ma vie, gagner de l’argent. Et c’est bien ce que je fais depuis que, comme bon nombre d’entre vous de ma génération, j’ai eu mon bac en juin 1992. Mon premier petit boulot en parallèle de mes études ? Opérateur de saisie 🙂

Donc 1992-2017, le compte y est, ça fait bien 25 ans ! Un quart de siècle à expérimenter tout plein de métiers, à lancer plein de projets, certains couronnés de succès, d’autres un peu moins.

J’ai réfléchi à la meilleure manière de fêter ça dignement et le meilleur que j’ai trouvé, même si je pensais garder ça pour mes mémoires, c’est de partager ça dès aujourd’hui avec vous, chers actunautes.

Plus précisément ? En allant directement à l’essentiel, en vous livrant ce qui me semble positif ou tout du moins ce qui a bien marché durant ces 25 dernières années, professionnellement parlant : allez, c’est parti les 25 ans en 10 points.

1- C’est pas en bossant pour les autres que vous deviendrez milliardaire

Décidément, cette obsession de devenir milliardaire 🙂 Mais contrairement à un précédent article caricatural, pour être sérieux aujourd’hui, ma première conclusion est que ce n’est donc pas en faisant consciencieusement vos 8 heures par jour pour le compte d’un tiers que vous deviendrez très riche un jour.

Vous êtes d’accord ? Certes, travailler pour les autres est un passage obligé pour avoir du bagage, de l’expérience mais croyez-moi, si vous voulez gagner beaucoup d’argent, énormément d’argent, il va bien falloir que vous la lanciez un jour votre propre entreprise n’est-ce pas ?

2- Notez tout

Oui, gardez une trace de tout. De vos idées, de vos inspirations soudaines. Notez les, couchez les sur papier, envoyez-vous un mail, tapez en détail votre description, imprimez votre idée de génie. L’inspiration s’envole, les écrits restent.

Faites des brouillons, des ébauches, des esquisses. Peut-être que ça finira définitivement à la poubelle. Ou pas. Mais croyez-moi, il m’est arrivé à quelques reprises de tomber sur un vieux brouillon dans mes archives, un plan vieux de quelques années.. et de le concrétiser avec succès des années plus tard après l’avoir écrit ! Il n’y avait plus qu’à, il suffisait de. Il y a un temps pour tout dit le dicton, je le pense aussi.

3- Si vous ne le faites pas, quelqu’un d’autre le fera

Ça m’est arrivé à plusieurs reprises d’avoir des idées de génie, que ce soit à Mada ou ailleurs. Des projets, des nouveaux concepts totalement inédits, voire révolutionnaires. Ou au contraire quelque chose d’extrêmement simple, mais qui n’existait pas encore au moment où je l’avais pensé très fort.

Par manque de temps, par paresse ou parce-que j’ai oublié de noter comme au point 2, et bien c’est passé aux oubliettes. Et évidemment, quelque temps plus tard, quelqu’un d’autre aura eu la même idée. Sauf que lui il le concrétisera 🙂

4- Travaillez intelligemment

J’entends souvent : “pour réussir, il faut bosser dur, il faut trimer, il faut suer”. Avec l’expérience, vous pouvez trimer comme un âne mais vous ne réussirez pas pour autant 🙂

Travaillez intelligemment plutôt.

Avez-vous remarqué qu’il y a des gens qui mettent plusieurs heures pour comprendre et apprendre quelque chose ? Tandis que d’autres ont juste besoin de quelques minutes voire beaucoup moins ? Essayez d’être toujours dans la seconde catégorie.

5- Positivez vos échecs

L’opinion publique, les medias, la famille, la société en général focalisent davantage sur les success story et préfèrent occulter les échecs, les fails. Ça fait honte, ça fait pitié, c’est pas vendeur. Et pourtant derrière une grosse success story, combien d’échecs cuisants avant d’y parvenir ?

Ceux qui ont réussi ont tiré parti de leurs échecs, ils ont analysé et compris pourquoi ça n’a pas marché les fois précédentes. Et ils ne referont plus les mêmes âneries.

Attention je ne dis pas que l’échec est un passage obligé, les vraiment très talentueux réussissent parfois à réussir sans passer par la case échec, et souvent alors qu’ils sont très jeunes. C’est rare mais ça existe.

6- Ecoutez les autres.. mais c’est vous qui décidez

Il est toujours utile d’écouter l’avis des autres. Mais leurs avis c’est toujours basé sur leur propre vécu, leurs propres expériences. Mais ça c’est leur vie. Pas la votre.

Donc écoutez poliment mais au final c’est vous qui menez votre propre barque, c’est vous qui tranchez en votre âme et conscience.

Et même si vous vous plantez et que c’est eux qui avaient raison (avec l’horripilant “je te l’avais bien dis” qui va bien avec), vous savez quoi ? On s’en fout mais grave. C’est votre échec à vous, voir point 5.

7- Il n’y a pas que l’argent

La réussite n’est pas forcément synonyme d’argent. Ceux qui ont la fibre créative voire artistique sauront de quoi je veux parler.

La satisfaction du “avant il n’y avait pas” suivi du “mais je l’ai créé et maintenant il y a” n’a pas de prix. C’est très jouissif. Orgasmique même 🙂

8- La patience et la pédagogie

Tout le monde ne pense pas à la vitesse de la lumière comme moi 🙂 Donc quand on est amené à travailler avec d’autres personnes qui n’ont pas les mêmes facilités intellectuelles que moi (ni la même modestie 🙂 ), il faut avoir l’humilité de cette patience et de cette pédagogie.

Et je suis entièrement d’accord avec le “seul on va plus vite mais ensemble on va plus loin”.

9- Travailler n’importe où, n’importe quand, n’importe comment

Ces 25 dernières années, j’ai toujours eu un ordinateur et une connexion pour bosser. Mais les progrès technologiques en la matière me rendent admiratifs. Et j’ai constaté qu’aujourd’hui, je peux travailler n’importe où, n’importe quand, n’importe comment.

Dans la voiture, en mangeant, dans le bus, travailler sur autre chose dans une réunion barbante, même en faisant caca (si,si, une petite brève vite fait entre 2 ploufs par exemple), les conditions de travail ont sacrément évolué dans les ntics.

Mais je pense que ça ne s’arrêtera pas là, on en reparle dans 25 ans 🙂 Je prévois qu’il y aura un nouveau bond technologique à venir, comme l’a été l’écran tactile de l’iPhone il y a 10 ans.

Ma prévision en détail ? On surfera sur le web juste par la pensée. Le cerveau sera directement connecté au web, sans implant ni opération chirurgicale. Vous seriez étonné de savoir ce qu’ils sont déjà capables de faire aujourd’hui avec des capteurs sensoriels.

10 – Aimer ce que l’on fait

Et enfin, pour terminer cet article de 1100 mots (rédigé en 37 minutes sur mon téléphone), pour réussir, il faut y croire et aimer ce que l’on fait. Si c’est juste un job alimentaire, passez votre chemin, vous ne serez jamais riche à milliards avec.

Par contre si c’est un projet pour lequel vous y croyez avec vos tripes, l’argent viendra tout seul. Oui d’accord il faudra peut-être manger des pâtes et des oeufs pendant un moment, mais c’est le passage obligé si vous souhaitez un jour vous asseoir aux plus belles tables étoilées du monde.

A propos de elman

Digital Native

Allez on y croit !


Copyright Actutana Inc. - Tous droits réservés.  © 2017