C’est compliqué quand un Malgache donne des leçons à un autre Malgache

Pendant que les Malgaches s’étripent…

Gné ? Oui oui, c’est la réflexion nocturne qui m’est venue, en faisant mon tour d’horizon rapide du web et des réseaux sociaux.

« Voici les défauts des Malgaches : ils sont comme ceci, ils sont comme cela, le gros problème se trouve par ici, ça pêche par là »… Un Malgache qui tiendrait ces propos ? Ouh la la, 3ème guerre mondiale en perspective ! « Mais tu te prends pour qui pour donner des leçons comme ça » ? « Oui mais tout le monde n’a pas eu l’argent comme toi pour suivre des hautes études« . « Et toi le beau parleur, t’as fait quoi pour le pays » ? « Et si au lieu de donner des leçons tu revenais un peu au pays pour montrer ce que tu sais faire » ? « Est-ce que au moins tu envoyes de l’argent à Madagougou pour contribuer » ? etc.

Bref, ça resitue très vite le niveau du débat. On oublie les idées, les propositions, les remises en question, nope, on ramène tout ça très vite et rageusement au niveau de la personne, avec des attaques personnelles bien dénigrantes comme dirait le blogueur suisse.

Et encore une fois, on en arrive encore à mon histoire de levels. Un level 5+, qui vit confortablement sur le plan matériel, qui évolue au quotidien dans un environnement milamina, mirindra, qui aspire à circonvoluer dans des sphères culturelles et intellectuelles stratosphériques, mais a-t-il une simple chance de se faire comprendre ni même de se faire entendre par des pauvres bougres qui survivent au quotidien en level 0 ?

Soyons sérieux, aucune chance letsy ê. Même s’ils sont tous les 2 Malgaches, qu’ils ont tous les 2 un nom à rallonge, les similitudes s’arrêtent là. Socialement, culturellement, c’est le nord et le sud, au sens propre et figuré de l’expression. Donc pour moi, il n’y a aucune forme de discussion ni de rapprochement possible, connaissant en plus les frustrations, les rancoeurs et la mentalité très spécifique de celui qui est resté dans l’hémisphère sud. Sauf pour les oiseaux rares qui connaissent bien les codes du nord et du sud bien entendu 🙂

Et bien entendu comme toujours, il y a des exceptions, des gens évolués qui ont encore le courage de rester vivre à Madagougou, mais rapportés à la population totale, c’est vraiment une espèce en voie de disparition.

Beaucoup de nos compatriotes éparpillés aux 4 coins du monde ont rapidement compris ce décalage et ont aussi compris que ce fossé ne pourra jamais être comblé. Ils n’ont donc pas insisté car la vie étant tellement courte, ils ont fait le choix de continuer leur belle vie ailleurs, sans plus se préoccuper outre mesure des rageux restés au bled. Ils sont tristes pour ce bled mais akory atao.

Voila donc où nous en sommes aujourd’hui et malheureusement, c’est parti pour rester comme cela un bon moment. Et encore une fois, ne venez pas parler de patriotisme, tout le monde l’est un peu, mais comme toute chose, misy fetrany, il y a des limites. Donc la conclusion semble sans appel : les Malgaches étant incapables de s’entendre, il ne faudra pas compter non plus sur les Français, les karana ou les Chinois pour venir sauver ce pays.

Non eux ils sont là pour leurs intérêts, point barre. Pas de sentiments, business is business, les Malgaches qui sont incapables de s’entendre entre eux, c’est vraiment le cadet de leurs soucis.

Pendant que vous les Malgaches vous vous tapez dessus entre vous pour savoir qui a la plus grosse, nous on fait du business et du pognon et nous le faisons bien.

elman

elman

Digital Native Allez on y croit !

Souscrire
Me notifier des
guest
Le formulaire de commentaire recueille votre nom, email et contenu pour nous permettre de garder une trace des commentaires placés sur le site. Veuillez lire et accepter les conditions d'utilisation et la politique de confidentialité de notre site Web pour publier un commentaire.
10 Commentaires
plus anciens
plus récents plus de votes
Inline Feedbacks
View all comments
erik13

Tout ça est vrai à 200% et ça rejoint un peu ce que je disait hier: les malgaches on du mal à assumer et à faire face à la dure réalité/vérité.
Aucune remise en question, tsy misy manaiky manana kilema sy défauts zany eo e!
Et quand on ose critiquer ou faire quelques remarques: « tony ko miseho milay, tsy ampahafirin’izay manana sns sns… »
Moi quand on me critique c’est vrai que ça peut me blesser. mais derrière il faut prendre du recul et analyser, apprendre, évoluer…

erik13

entre être ou ne pas être ils ont choisi! 😀

Miserana

A force de paraître, ils espèrent un jour finir par être… peut être ?

erik13

par disparaître je le crains bien




Miserana

Bekasy, c’est toi?

florent

l’espoir fait ………..

florent

200% d’accord.

florent

« Donc pour moi, il n’y a aucune forme de discussion ni de rapprochement possible, connaissant en plus les frustrations, les rancoeurs et la mentalité très spécifique de celui qui est resté dans l’hémisphère sud. »

C’est triste mais c’est la vérité. Je crois qu’à un moment donné, il faut se rendre à l’évidence (détaillée ci-dessus).

Personnellement, je suis loin d’être maso. Aoka izay ! Aleo samy mihinana ny patsany.

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!