Coronavirus Madagascar : “Et toi l’elman, tu ferais quoi” ?

Confinement impossible

Hier soir, quelqu’un m’a twitté cette question. Mon premier réflexe a été de répondre ironiquement “rien, ce n’est pas moi à d’y répondre” mais après réflexion, je me suis ravisé.

Même après bientôt 4 mois d’expérience coronavirus, je n’ai pas la prétention d’être un spécialiste coronavirus. On en apprend quasiment tous les jours un peu plus sur ce virus et comme un certain nombre d’entre vous, j’ai vu l’évolution terrifiante de cette pandémie. J’ai vu aussi les différentes tactiques adoptées un peu partout dans le monde.

Quelles tactiques ?

Des tactiques qui semblent parfois totalement opposées. Elles différent selon la culture du pays, son historique, son économie, ses moyens, son niveau de richesse, ses modes de vie.

Mais quelle que soit l’approche, il y une constante commune à tous les pays : il faut isoler les habitants détectés positifs. Et soigner ceux qui sont gravement touchés, et plus particulièrement ceux qui nécessitent d’être hospitalisés en réanimation.

Et bien entendu, on en arrive à la question qui vous intéresse tous : on fait quoi pour Madagascar ? 

Quarantaine ou confinement ?

Après mûre réflexion, après observation attentive de cette première quinzaine chaotique au pays, en prenant en compte les réalités socio-économiques du pays, voici les 3 conclusions auxquelles je suis parvenu :

– On arrête le confinement total

– On continue la recherche de tous les cas contacts.

– Un cas contact a été détecté dans une commune, on place immédiatement cette commune en quarantaine. Plus personne n’y rentre, plus personne n’en sort, et ce pendant 15 jours ou du moins jusqu’à ce qu’il n’y ait plus de nouveaux cas détectés.

Sur le papier, c’est selon moi la méthodologie la plus adaptée à notre pays. Mais elle ne résout pas tout car que fait-on dans les grandes villes ? Antananarivo ? Toamasina ? Fianarantsoa ? Antsiranana ?

Prenons le cas d’Isotry par exemple, qui selon les informations communiquées jusqu’ici, semble être un foyer dans la Capitale. Et bien il n’y a pas 36 millions de possibilités, mais 3 seulement ;

– on met en quarantaine le quartier d’Isotry.

– on met en quarantaine un périmètre de X kilomètres autour d’Isotry

– on met en quarantaine tout le centre ville.

Attention, une quarantaine n’est pas forcément un confinement. Une quarantaine c’est on bloque tous les accès, plus personne ne sort, plus personne ne rentre pendant au moins 14 jours, jusqu’à ce que l’on ne détecte plus de nouveaux cas dans le périmètre.

Surveillance des cas confirmés

Et enfin une proposition, qui ne va pas plaire à tout le monde mais c’est l’option choc qui a permis à d’autres pays de gérer convenablement l’épidémie chez eux : on trace les personnes contaminées. Peu importe la technique, que ce soit par gps téléphone portable, par puce de zébu ou par un bracelet électronique, il faut que les dirigeants puissent localiser en temps réel chaque point rouge représentant un malade sur une carte. On fait d’abord la guerre, on la gagne, on discutera informations et libertés plus tard.

Dernier point, le plus délicat. Confinement ou pas confinement ? Le confinement total ne marche donc pas pour les pays pauvres comme Madagascar. Ceux qui peuvent le faire le feront, ceux qui doivent travailler pour vivre ne le feront donc pas. Si on pouvait généraliser le port d’un masque pour ceux qui ne peuvent rester chez eux, on peut rêver mais pourquoi pas ?

Dans tous les cas, toute la population doit bien comprendre qu’il n’y a pas de solution miracle, que cette guerre est compliquée et sera longue, très longue. Et que comme dans toute guerre, il y aura des victimes, amboary ny saina.

Portez-vous bien. Et restez chez vous (si vous le pouvez).

elman

elman

Digital Native Allez on y croit !

Souscrire
Me notifier des
guest
Le formulaire de commentaire recueille votre nom, email et contenu pour nous permettre de garder une trace des commentaires placés sur le site. Veuillez lire et accepter les conditions d'utilisation et la politique de confidentialité de notre site Web pour publier un commentaire.
8 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
kof

Il y a un 2eme problème et il est de taille : la maladie s’est déjà diffusée au-delà des cas contacts traçables actuels. Le cercle des cas contacts s’est élargi au point qu’il est désormais impossible d’estimer son rayon.

Dans ces conditions, la seule solution est d’établir une veille sanitaire à travers un maillage étroit de tout le territoire. Il faudra désormais être capable de détecter le moindre malade pour l’isoler et tracer ses contacts. C’est ni plus ni moins ce que font les Coréens.

Donc effectivement il faut arrêter le confinement pour produire de la richesse et procéder de cette façon. Le monde entier a faim de masques, y compris de masques barrière en tissu. Transformez les usines textiles des zones franches en usines de fabrication de masques en tout genre. Il y a moyen de gagner beaucoup d’argent là pour le pays.

LOlivier

Oui, uniquement micro-confinement par masque et distanciation.
Je porte le masque un peu pour moi mais surtout pour les autres.
Tout est bon même si c’est pas parfait : masque fait maison, cache nez, chaussette, essuie-tout, …
Mais juste fais-le ! Tout le temps.
Si on le fait tous, ça peut changer la donne.
Je mets un masque pour les autres. Les asiatiques le font naturellement (hors covid), pourquoi pas nous?

Soso

Le confinement ne fonctionne pas chez nous car les mafy loha ne sont pas sanctionnés.

Comment sanctionner un mafy loha qui affirme devoir sortir pour chercher à manger?

Voici ma proposition: il est impossible de lui coller encore une amende. Par contre, lorsque le mafy loha se fait attraper dans les rues, l’Etat pourrait l’affecter à un service public pendant 7-15j et le nourrit. Les hôpitaux/zones de quarantaine auront besoin de monde d’ici peu et vu la mentalité des babakoto, personne ne veut être “tratra farany”.

Alors là, plus d’excuses et surtout le vary mora s’adressera à ceux qui font du service public.

Ianona

pour ma part, les enfants restent à la maison, les adultes qui peuvent se confiner se confinent. Ensuite tout le monde dehors doit porter un masque, sinon verbalisation. Sensibilisation générale pour apprendre les gestes barrières, les mesures d’hygiène.

Roger

Le confinement est quasi impossible pour le cas de Madagascar. L’eau n’arrive même pas à domicile pour la majorité de la population. Ce n’est donc pas une question de “mafy loha”, la population est en mode survie 365 jours par an. D’ailleurs, le gouvernement ferait bien de faire attention à ne pas provoquer le chaos en affichant sa nervosité. Les règles du jeu ont changé, cette crise est longue et sans précédent et il n’y a plus la carte joker de l’exil pour les plus protégés d’entre eux ! Un conseil : vous ne pourrez pas confiner tout le monde alors rendez le masque obligatoire, même traditionnel, suivez l’exemple de Hong Kong, de la Corée du Sud. Arrêtez de vous calquer sur la France, la pire en gestion de crise !

Soso

Masque, ok, Roger. Mais dans un pays aussi grand que le nôtre (en surface, on s’entend 🙂 ) et sans moyen, nous ne pouvons pas ignorer le virus et faire en sorte comme si Covid19 n’était pas là avec comme seule arme: le masque.




Roger

C’est pourtant ce qu’a adopté Hong-Kong, 7 millions d’habitants soit 7 fois Tana. Port généralisé du masque, bilan 800 cas. Il faut commencer par les villes les plus peuplées. Un masque, ce n’est pas compliqué à créer et ça ralentit la propagation du virus. Sans hôte, le virus disparaît. L’occident vient juste de le comprendre. A Mada, il n’est pas encore trop tard.

tsiky

Comme je l’ai deja dit à plusieurs reprises, le confinement à madagascar est difficile à réaliser . Vos propositions sont plutot réalistes et réalisables

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!