Crash économique : pour bien comprendre ce que nous vivons et ce qui nous attend

Rajouter des milliers de personnes sur le carreau, pas très malin

Aujourd’hui, nous sommes tous, à l’échelle individuelle, préoccupés chacun par notre sort. C’est un comportement normal mais qui nous empêche d’avoir une vue d’ensemble des dégâts à l’échelle macroéconomique.

Mais d’abord, l’économie c’est quoi ?

Dans un langage simple, c’est un système composé d’acteurs dont les principaux sont l’État, les entreprises et enfin les salariés. Je n’inclus pas le secteur primaire, qui sont des acteurs à part.

Donc nous avons les entreprises, qui produisent des biens et des services. Ces entreprises, pour fonctionner, emploient des collaborateurs moyennant un salaire.

Ces salaires seront à leur tour utilisés par les travailleurs pour acheter des biens et des services dans d’autres entreprises et ça y est, la boucle est bouclée, nous avons notre système économique qui fonctionne. Au passage, l’État se sucre pour permettre aux services publics de fonctionner.

Ça c’est donc le schéma normal, en temps normal. Malgré ses défauts, ça fait des siècles que ça fonctionne comme cela, avec des crises qui interviennent ponctuellement, mais au final, le système se rétablit toujours et fonctionne tant bien que mal.

Avec ce covid19 à quoi avons-nous assisté ?

A la désorganisation totale du système économique. Le confinement et la restriction des déplacements ont obligé à réduire massivement le volume de travail habituel.

Du coup, les entreprises ont quasiment été mises à l’arrêt. Une entreprise qui ne produit plus ne peut plus payer ses charges et les salaires. Plus de salaires, donc plus de consommation. Le château de cartes économique s’est effondré, le cercle vertueux s’est rapidement transformé en cercle vicieux.

Chômage technique, chômage tout court, perte totale de revenus du jour au lendemain, fermetures d’entreprises et d’usines, c’est violent.

Et c’est bien, en l’espace de 5 mois, ce qui s’est passé à Madagougou. Personne n’a été épargné, à part les quelques privilégiés qui avaient assez d’épargne et d’économies pour voir venir. Mais la grande majorité de la population et des entreprises en ont tous bavé, c’est une certitude.

Et cette covid19 a mis sous les feux des projecteurs la faiblesse de tout notre système économique à Madagascar. Un État faible qui ne survit qu’à coup de subventions de la communauté internationale, une population avec des revenus faibles, des entreprises avec une faible trésorerie, bref, une extrême fragilité à tous les niveaux.

Et toujours dans ce chapitre des mauvaises nouvelles, nous l’avons tous vu, il est donc très facile de détruire ce tissu économique, en moins de 5 mois. Et nous savons tous que pour rebâtir quelque chose de détruit, ça va être très compliqué et que cela prendra un certain temps.

Et donc ?

Le système finit toujours par repartir, c’est une certitude. Les entreprises veulent tous redémarrer mais pour ça, il faut des clients pour acheter.

Et pour acheter, les clients ont besoin d’un travail, de gagner de l’argent. Bref, nous sommes maintenant dans la démarche inverse, à savoir comment transformer le cercle vicieux en cercle vertueux.

Et pour ça, il n’y a qu’un seul moyen : il faut que l’argent puisse recirculer dans toutes les strates du système, et vite.

La dernière mauvaise nouvelle c’est qu’enfin, le coronavirus est toujours là. Il faudra composer avec et vivre avec, nous n’avons pas vraiment le choix.

Portez-vous bien et bon courage à tous.

elman

elman

Digital Native Allez on y croit !

Souscrire
Me notifier des
guest
Le formulaire de commentaire recueille votre nom, email et contenu pour nous permettre de garder une trace des commentaires placés sur le site. Veuillez lire et accepter les conditions d'utilisation et la politique de confidentialité de notre site Web pour publier un commentaire.
8 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
gasy

oui, ca va etre compliquE.

les karana investissent dans l’immobilier et les entreprises qui produisent. les gasy riches investissent dans le 3V

dpnc ca sera plus compliquE pour madagougou que pour les autres.

Modifié 25 jours plus tôt par gasy
babakaty

Et du coup ,la tresorerie pour investir est angloutie et bloquée dans l’immobilier ,malgré le fait que les karana ont plus de faciliter pour réinvistir ils n’en font rien ,c’est le stand by pour le moment,ils n’ont pas envie de s’endetter d’avantage dans une economie sans visiblité

babakaty

Ça c’est sûr…

Zanatompo

C’est un tort de penser que seul Madagascar ou les pays africains sont de cette situation. La situation s’accélère juste à Madagascar.

Peu de pays y échapperont.

http://theeconomiccollapseblog.com/archives/buy-lots-of-food-and-store-it-some-place-safe-because-very-difficult-times-are-approaching




Soso

Il faut tenir compte que les collapsologues sont aussi dans leur monde à part et très souvent leurs analyses sont biaisées 🙂

libertad

le modèle économique de Rajoelina et sa clique est simple:

  • faire fermer les usines de Ravalo et le faire payer des soi-disant impôts qu’il n’a jamais payé;
  • réduire l’effectif du Sénat parce que ce dernier serait budgétivore, qu’avec le budget du sénat, on pourrait construire 5 ou 6 universités (allez voir si le sénat a autant de portefeuille que la présidence ou la primature ou l’assemblée);
  • taxer les rénovations d’habitations, tu dois payer une taxe le mètre carré au maire si tu veux repeindre ou rénover le carrelage de ta maison;

Tous les argents qu’ils peuvent retirer potentiellement au peuple ils comptent financer l’IEM avec sans doute. Allez voir aussi si les millions/milliards de dollars de financements que le DJ continue a recevoir pourrait en faire plus que d’universités. Quand on a un DJ au pouvoir, n’espérez rien de bon

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!