Ah on produit des conserves quand même ?

Je farfouillais dans la cuisine et je suis tombé sur cette boîte.

Ah donc nous produisons quand même des boites de conserve au pays endémique ?

En plus ouverture facile, pas besoin d’ouvre-boite

Il y a de l’espoir alors. Sinon quand est-ce que l’on aura le plaisir de déguster des sardines en boîte 100% vita malagasy ?

elman

elman

Digital Native Allez on y croit !

Souscrire
Me notifier des
guest
Le formulaire de commentaire recueille votre nom, email et contenu pour nous permettre de garder une trace des commentaires placés sur le site. Veuillez lire et accepter les conditions d'utilisation et la politique de confidentialité de notre site Web pour publier un commentaire.
35 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Olivier

On fait mieux que les sardines puisqu’on met du caviar 100% malagasy en boîte au pays !

mpijery

La production n’a jamais été un problème, le souci, c’est la voracité de l’état dès que votre affaire commence à être florissante

Little Kelly

Si si ! Vary @anana, anamamy sy angivy, koba, anamadinika, ravitoto tous produits par Codal.

Malala

Hita eny @ sinoa daholo reo 🙂

Ianona

on exporte aussi des tonnes de haricots verts, des asperges, produits par lecofruit




Miserana

On n’est pas cap ou bien l’état ne nous soutient ni encourage à le faire. On nous a conditionné à apprécier les frip, les ‘bonne occ’ d’Europe ou d’ailleurs et voir le ‘vita gasy, ady gasy’ d’un mauvais oeil. À améliorer certes, mais il faut le vouloir et former toutes les générations à venir pour.
Ne pas oublier aussi le sport du ‘ory hava-manana’ en haut lieu.

Modifié 4 jours plus tôt par Miserana
mpijery

on a apprécié les frips et autres bonne occ’ car c’est moins cher, c’est aussi simple que ça! pareil que le riz, et l’état ne fait rien pour inverser ça, les producteurs locaux ne peuvent pas travailler à perte, et les importateurs trouvent des moyens légaux ou non pour limiter leurs frais

Miserana

La réflexion que m’avait fait mon grand-père c’est, à peu près: ‘Avant, on avait une fonderie et on produisait même des rails. Mais certains n’ont pas supporté la concurrence (moins cher que l’importation) du coup ils (avec les colons?) ont tout fait pour qu’il n’y ait plus aucune, jusqu’à maintenant‘.

Ils y a certes plusieurs urgences dans le pays mais le secteur industriel est délaissé. Ce ne sont pas les matières premières qui manque mais je dirai l’audace et la ténacité (je parle pour moi aussi) ou même la solidarité en toute confiance qu’on a perdu avec notre ‘fahaleovan-tena’.

Katsaka2

Les tentatives étatiques en la matière sont des échecs. Rappelons: KAFEMA, KOBAMA, SOTEMA, COTONA, SIRAMA, etc. Je me rappelle de l’inauguration de l’usine KAFEMA.
Mon analyse est que des saboteurs en puissance étaient là, en plus de cette mentalité tsy novidin’ny babako… Pour pouvoir diriger ou membre de ces instances, il fallait aussi s’habiller …., en rouge, puis bleu, puis orange, puis cravate bleue, puis cravate orange qui fait que les gens ordinaires, compétents et non politisés sont oubliés.

Koto

Ary tsy ho afaka mihitsy io. Rehefa ny katso ny matso tamin’ny TVM dia nanao fialatsiny ny MCC, betsaka no nanontany hoe « Ngah tsy mba mahaleo tena mihitsy TVM fa tsy maintsy mila MBS, Viva etc… foana » :

  • MMC : « Tsy izay no responsable an’izan sy ny fanomezana ny tsena
  • Ny hafa : « 2008 izy vita tsara fa nodorana 2009 », « manaova raha mahavita » etc …

Ilay tia kely sy miaro ny tsy mety aloha vao ny tombotsoa iombonana nefa mba firy no mandoha hetra? Mampametrapanontanina hoe tonkony mbola andoha hetra ihany ve izahay ity raha ohatr’izany




Ianona

ça doit être plus coûteux de fabriquer des produits finis, sans parler du transport, vu qu’on est à l’autre bout de la planète, si on veut approvisionner l’europe

Ianona

vous savez que beaucoup de marchandises sont acheminées de Chine vers l’Europe en Train? Il traverse pas mal de pays, mais c moins coûteux et rapide.

Debile Profond 2.1.5 ™

J’ai vu un reportage en Afrique de l’ouest ou une usine de concentré de tomates ne le faisait plus avec des tomates cultivées localement, mais bien a partir de fûts de concentré en provenance de chine et mis en boite donc en Afrique.

De même au Sénégal plus personne n’élève de poulets mais ils importent des caisses de 5-10 kg d’ailes de poulets hollandais de Bolloré …




Rahandy

Si Lecofruit le fait, en conserves, en frais aussi pour Rungis. Voyez un peu chez Intermarché, et autres GMS. Et en bio aussi

Bob

Juste le marché local déjà, avec tout ce qui est importé, il y a à faire..

Nasser

Les produits finis nécessitent plus souvent des investissements colossaux, or les ressources sont très limitées pour la plupart des malgaches, les litchis, vanille etc sont du ressort des collecteurs et non des producteurs eux-mêmes.

Nasser

Même avec une petite production l’argent est toujours le nerf de la guerre à Madagascar pour entreprendre. L’investissement de départ et surtout les fonds de roulement (tenir 3 ans avant son premier bénéfice par exemple).

Je trouve que c’est particulièrement compliqué pour quelqu’un qui débute à partir de rien ou de peu, ce n’est pas impossible mais …

J’ai pas mal de connaissances qui n’ont pas pu tenir. Après ça dépend de l’activité. Certaines personnes ont plus de chances que d’autres ( héritage, sponsor,etc.).

Les réussites que je connaisse sont surtout ceux qui ont fait de la vente, et qui à travers les recettes ont rapidement diversifiées dans d’autres actifs (production,immobiliers par exemple).

Modifié 3 jours plus tôt par Nasser




Le Maizina

A ma connaissance, CODAL n’a jamais arrêté de produire des boîtes de conserve: Koba, foie gras, etc…

jacques

 » <i>Sinon quand est-ce que l’on aura le plaisir de déguster des sardines en boîte 100% vita malagasy</i>  » ?

En fait, Elman, il y a eu une période, celle de la 1ère république, où le bled regorgeait de petites industries. À une quinzaine de km de Diego, dans le village d’Antongombato était implantée une usine de conserverie de poissons, c’était une usine nippone. Puis un type du nom de Ratsiraka est arrivé et tout est parti en c…
comment image

Rafangy

exact, il y en avait aussi d cote de fort dauphin, et je ne parle pas de ces petites unites industrielles eparpillees ici et la:conserverie de tomates a ambatoboeni,sevima(ste d’exploitation de la viande de Mada) a soanierana, l’autre conserverie a ambohimahasoa et soit dit en passant qui a electrifie la localite apres Antananarivo, et, etc et puis la revolution d’un capitaine de fregate a tout emporte

Nasser

Un moyen des développer ce pays serait de construire des grandes surfaces du type Carrefour, Auchan avec tous les produits utiles mais tous fournis par des entreprises locales tant qu’on peut le faire.

Ça créera rapidement des emplois et forcera la qualité en mode concurrence.

Ianona

on a déjà les marchés pour ça

Nasser

Là je raisonne en termes de qualité, de concurrence et de création d’entreprises. Dans les pays développés il y a aussi des marchés.

Je parle plutôt de substitution à l’importation et potentiel à exporter nos propres produits dans le futur avec les normes qui s’imposent.

Les produits des supermarchés à Madagascar sont à 90% importés, ça aura un impact sur la devise et la création d’entreprise,donc à la croissance si on substitue l’importation via la concurrence locale.

Modifié 3 jours plus tôt par Nasser




Nasser

C’est tout à fait reproductible mais il faut surtout penser aux produits d’importations, car à travers eux on perd la force de notre devise et potentiel d’emploi car on achète de l’extérieur.

Ils se vantent de l’industrialisation pour développer Madagascar mais là c’est la pratique directe d’industrialisation. Quand je regarde des paquets de thé à Shoprite une seule marque locale et 20 d’ailleurs.

Des produits simples comme le vinaigre de cidre on importe en Afrique du Sud alors que nos pommes pourrissent dans le Vakinakaratra, pareil pour les compotes etc.

Leader price a complètement exportée toute sa gamme française, on retrouve la même chose en France à Madagascar.

C’est là qu’un bon président ( celui qu’on rêve de siéger un jour) devrait travailler, on construit des champions nationaux sur tout le territoire voire au-delà.

Nasser

Quid de la clientèle après s’ils vont consommer ou préférer le marché traditionnel. Mais pour des produits d’importation ils vont surement acheter car pas le choix, pas d’offre locale ou manque de qualité au pays.

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!