Amnesty international fustige les autorités malgaches

AMNESTY INTERNATIONAL
LE 5 AOUT 2020
DÉCLARATION PUBLIQUE

Madagascar : Les autorités ne doivent pas utiliser la lutte contre le COVID-19 comme prétexte à la répression des droits humains Amnesty International demande aux autorités de cesser de donner les mesures de lutte contre la pandémie de COVID-19 comme excuse pour sanctionner les médias, les figures de l’opposition ou toute personne critiquant les actions du gouvernement. Les autorités doivent garantir le respect total et effectif des droits humains de chaque citoyen, y compris les droits à la liberté d’expression, de réunion pacifique et la liberté de la presse. 

Le 16 juillet, Harry Laurent Rahajason, ancien ministre de la communication sous l’administration de Hery Rajaonarimampianina et figure de l’opposition, a été arrêté et placé en détention préventive dans la prison d’Antanimora, dans la capitale. Rahajason, également connu en tant qu’ancien journaliste sous le pseudonyme de « Rolly Mercia », a été accusé de complicité d’atteinte à la sécurité de l’État, après avoir été accusé d’avoir organisé et financé une manifestation. Ladite manifestation, interdite en raison de l’état d’urgence, appelait à la libération d’un dirigeant étudiant, Berija Ravelomanantsoa, placé en détention préventive depuis le 8 juin. Harry Laurent Rahajason attend toujours de connaître la date de son procès. Suite à son arrestation, le parti d’opposition HVM, auquel Rahajason appartient, a demandé sa libération immédiate. Il s’agit là de la dernière d’une série d’arrestations qui ont eu lieu depuis le début de l’année et qui indiquent une tendance à criminaliser systématiquement les voix dissidentes ou critiques, en particulier dans le contexte des efforts du gouvernement pour riposter au COVID-19.

Le 4 avril, la journaliste Arphine Helisoa a été arrêtée et envoyée en détention préventive après avoir été accusée de diffusion de fausses nouvelles et d’incitation à la haine envers le président, Andry Rajoelina. À la faveur d’une grâce présidentielle accordée aux journalistes en prison, elle a finalement été libérée le 4 mai après avoir passé un mois en détention préventive. C’est la deuxième fois qu’Arphine Helisoa, perçue comme proche de l’opposition, est accusée de diffusion de fausses nouvelles par les autorités judiciaires de Madagascar. Elle a également été inculpée en septembre 2019.

Le 8 avril, un présentateur de télévision a également été envoyé en détention préventive, accusé d’avoir diffusé de fausses nouvelles sur les réseaux sociaux au sujet du nombre de cas de COVID-19. Concernant les cas de la journaliste Arphine Helisoa et de la présentatrice de télévision, la ministre de la communication et de la culture, Lalatiana Rakotondrazafy, a déclaré à RFI que les deux femmes étaient accusées non pas en tant que journalistes, mais en tant que personnes individuelles.

Le 16 avril, Reporters sans frontières (RSF) a dénoncé le bâillonnement d’une chaîne de télévision d’opposition, Real TV, le 6 avril. La chaîne devait rediffuser une interview de l’ancien président Marc Ravalomanana, rival de longue date de l’actuel président, dans laquelle Ravalomanana critiquait la gestion par le gouvernement de la pandémie de COVID-19. Mais l’émetteur et l’antenne de la chaîne ayant été endommagés, l’interview n’a pas pu être diffusée. Selon la déclaration de RSF, cela est « d’autant plus inquiétant que cela est arrivé peu de temps après que Real TV et deux autres médias d’opposition (…) ont reçu un avertissement officiel du ministère de la communication et de la culture concernant leur couverture du coronavirus, y compris leur non-retransmission en direct des bulletins d’information des médias d’État sur la pandémie ». L’avertissement faisait également référence à l’interview diffusée initialement le 25 mars et dans laquelle Ravalomanana déclarait que le gouvernement avait trop tardé à fermer les frontières du pays et qu’il ne pouvait pas gérer la crise tout seul. Le ministère a déclaré que l’interview constituait une « incitation à la haine envers les autorités et à la désobéissance civile ».

RSF a demandé au gouvernement malgache de veiller à ce qu’une enquête approfondie et impartiale soit menée afin d’identifier les responsables présumés. Depuis l’apparition du COVID-19, le gouvernement malgache a pris des mesures
répressives pour contrôler les informations partagées par les médias et les personnes. La loi 91-011 de 1991 relative aux situations d’exception, prévoit la réquisition de tous les médias (radios et télévisions) qui doivent uniquement partager les informations officielles. Parmi les autres mesures restrictives, on peut citer l’interdiction pour les stations de radio de diffuser des émissions au cours desquels le public peut appeler. Ces mesures porteront certainement atteinte à l’exercice du droit à la liberté d’expression et à la liberté de la presse. Dans une déclaration publiée le 19 mars 2020, le bureau du Haut-Commissariat des Nations unies aux droits de l’homme, tout en reconnaissant la nécessité pour les gouvernements de lutter contre la désinformation, par exemple en fournissant des informations fiables, a appelé les gouvernements à éviter la criminalisation des informations relatives à la pandémie, notamment en raison de l’effet dissuasif qu’elle aurait sur la liberté d’expression.

elman

elman

Digital Native Allez on y croit !

Souscrire
Me notifier des
guest
Le formulaire de commentaire recueille votre nom, email et contenu pour nous permettre de garder une trace des commentaires placés sur le site. Veuillez lire et accepter les conditions d'utilisation et la politique de confidentialité de notre site Web pour publier un commentaire.
24 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
babakaty

Tant qu’il n’y a pas de répercussion sur leur trésorerie ,ils s’en foutent comme leur premier coup d’Etat….En attendant les financements des bailleurs continuent de pleuvoir…

Modifié 1 mois plus tôt par babakaty
zafimbaza

Comme de juste le DJ va s’asseoir sur l’avis d’Amnesty International . Sous son air de Lapinou, il est rempli de haine et entend bien barrer la route à tout ce qui le gêne afin de préserver ses acquits obtenus à force de coup d’Etat et de fraude.

oscar

rempli de haine contrairement a ravalomanana qui lui a tout pardonné

libertad

mieux vaut un repenti qu’un rancunier avéré

libertad

c’est moi ou parfois je vois quelques réactions similaires entre le DJ et hitler lorsque ce dernier a accédé au pouvoir? en tout cas, tout comme Hitler, le DJ il n’en a rien a faire d’Amnesty

Rafangy

c’est mon impression aussi, voyez: hitler=dj, goebbels=MBA,goring=baomba,mais avec des differences enormes quand meme:hitler a reussi a faire de l’allemagne la 1ere puissance en europe en moins de 10 ans, la femme de goebbels, bien que tres proche de hitler n’a pas tenu de poste de responsabilite;goring a developpe la luftwaffe en la portant maitre du ciel europeen avant l’entree des americains dans la guerre




libertad

ben on va dire qu’il est comme Hitler peu avant son declin; l’armée du 3ème Reich connaît d’affreuses défaites sur tous les fronts mais le führer ne veut rien savoir, au contraire il fait des descentes parci parla pour trouver réconfort envers les sympathisants comme les jeunesses hitlériennes=tanora gasy v…

Rafangy

j’ai oublie hier une autre grande difference entre le regime hitlerien et le regime dijaka:les lois et directives que le furher a decretées sont toutes respectées à la lettre par les autorités nazie, tandis qu’ici, le mamimbahoaka et ses mpisolelabody les reservent uniquement aux gens qui ne portent pas la cravate orange

kof

Je suis pas d’accord pour comparer le DJ à Hitler ni son régime au 3ème reich. Faisons attention à ne pas tomber dans l’excès non plus. ça ne sert aucune cause, bien au contraire. Andry Rajoelina n’est pas Adolf Hitler.

kof

Même pas…




Debile Profond 2.1.5 ™

Mobutu, Bokassa …

kof

Même pas ces types-là en fait. Le pays endémique n’est pas encore une dictature. Mobutu et Bokassa étaient d’authentiques dictateurs et ceci dès leur accession au pouvoir. Non, le DJ est incomparablement incompétent c’est tout. Endémiquement. ça va pas plus loin. Et ça suffit en fait. Pas la peine de le diaboliser 🙂 .

libertad

il a écrit son mein kampf quand même, intitulé « par amour de la patrie ». C’est quand même chôquant que les potes du fiston du DJ appelle notre pays « madagougou », il peut faire de ce qu’il veut de sa vie. On a déjà une idée de ce que pensent les amis du fiston de notre président de notre pays.

mpijery

En fait, le diaboliser, c’est lui donner plus d’importance qu’il n’en a 😛 c’est presque de la fascination 🙂

kof

Exactement. N’est pas le diable qui veut. 🙂




gerard

que ceux qui comparent l’actuel dirigeant de Madagascar aux pires dictateurs que la terre a connu se demandent si dans les pays dirigés par ces monstres un site comme Actutana aurait eu quelque chance de d’exister et de perdurer

Ianona

Actutana est bien censuré à Mada, non?

libertad

peut-être, que je sache, Staline et Kim Il Sung ne sont pas de vrais hommes de terrains, quand je dit terrain je veux dire affronter le danger lui même, comme Hitler quand il a mené le putsch de la brasserie, et en plus Staline et Kim il sont très a cheval en matière de culte de personnalité

Modifié 1 mois plus tôt par libertad
Rafangy

oui vous avez entierement raison, le dj n’a pas le millionieme de la competence du furher, presque 600j et toujours rien, alors que l’autre, en moins de 10ans, il a pu hisser son pays a la 1ere marche

libertad

le fûhrer a mené un putsch lui même sur le terrain, contrairement au DJ qui a préféré s’enfuir, un vrai patriote

angady

on sent bien la crainte du karma, là. ils savent bien comment ils sont arrivés au pouvoir et craignent qu’on utilise leurs armes contre eux.




Do NOT follow this link or you will be banned from the site!