Je possède quelques rizières dans la région Analamanga

Euh.. oui, et ?

Et ces rizières sont un peu éparpillées aux 4 coins de Tana.

Re euh oui et ? Et sur chacune de ces rizières, je me vois mal demander à des étrangers de venir cultiver du riz, puis que je rachète MON propre riz sur MA rizière, même à prix préférentiel.

Non ce que je fais, et c’est la tradition, c’est que ce sont des autochtones qui s’occupent de MA rizière, et je partage MES récoltes avec eux.

Aucun mouvement financier de part et d’autre.

Donc c’est pour cela que ce « partenariat » avec des Arabes est, comment dire, très inhabituel.

Maintenant, imaginons que je sois propriétaire de milliers d’hectares de rizières, je ne verrai aucun inconvénient à ce que l’Etat vienne m’approcher et que l’on voit ensemble comment on peut « industrialiser » tout ceci ensemble, toujours avec les autochtones : nouveaux process, nouvelles machines, etc.

Donc encore une fois, prouvez moi le réel intérêt d’avoir à travailler NOS terres avec des étrangers. Le but ce n’est pas d’abord que tout ceci profite en priorité aux autochtones ? Et que l’on ne vienne pas me dire que l’on n’a ni l’argent ni les compétences locales.

Et donc avec modèle que l’on nous propose, je ne vois pas où est l’intérêt pour les autochtones. Des emplois payés au lance-pierres ?

elman

elman

Digital Native Allez on y croit !

Souscrire
Me notifier des
guest
Le formulaire de commentaire recueille votre nom, email et contenu pour nous permettre de garder une trace des commentaires placés sur le site. Veuillez lire et accepter les conditions d'utilisation et la politique de confidentialité de notre site Web pour publier un commentaire.
13 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Ralay

C’est la facade. D’ici la fin du mandat, on sera peut etre vraiment de quoi il retourne.

Lalabe

Je retourne les propos de Rajoelina en 2009 contre lui, « mivarotra tanindrazana Ravalomanana ». A partir de là, quoi qu’il raconte, le « vahoaka » n’est pas là pour subir ses errements avec les arabes « choukrane »

ilpensiero

on voit la différence entre Ravalo et Rajoelina, ce dernier possède des avocats du diable qui essayent tant bien que mal a prouver qu’ils ne vendent ni ne prêtent des terrains aux étrangers

Ralay

Meme le diable serait outre d’etre compare a lui.

mpijery

si, ils ne vendent, ni ne prêtent des terrains aux étrangers: ils les mettent à disposition, mais dans ce cas, je pense que c’est encore pire

ilpensiero

si on fait une comparaison bête: tiens je te prête ma voiture, tiens j’ai une voiture a ta disposition, on sent bien la différence




mpijery

La voiture est à ma disposition, et si le propriétaire veut en profiter, il doit me payer, pas bête 😛

ilpensiero

je crois fermement qu’on n’a pas besoin d’étrangers pour dire quoi faire pour cultiver nos terres, il ne s’agit pas de fierté mal placé mais de réalité, regardez rien que e cas des collecteurs; pendant la saison des récoltes ils peuvent obtenir des bénéfices dont la plupart des malagasy n’ont pas idée, des millions, des milliards, les affaires devraient bien marcher… mais voila, quand les infrastructures, les routes, les la pont sont endommagées (tsy azo hoanina ny lalana tompokolahy sy tompokovavy), les paysans ils ne peuvent rien vendre, ils n’y a pas d’acheminement de riz dans les grandes villes, c’est simple; les reseaux de routes c’est le poumon économique d’un pays. mais bon
Concernant les technologies sensés remplacer les méthodes « nolovaina tamin’ny razana », rien ne devrait empêcher l’Etat de fournir la technologie et les formations aux paysans, s’ils acceptent, tant mieux, s’ils refusent tant pis.
Donc, l’idée de donner des terres du Bas Mangoky aux arabes parce qu’ils ont la technologie n’est pas indispensable ou du moins ce n’est qu’une extension de plus parmi les champs de cultures qu’il y a a Mada et encore, ça reste a prouver

Debile Profond 2.1.5 ™

l’idée de donner des terres du Bas Mangoky aux arabes parce qu’ils ont la technologie

ça me tue, de toutes façons avec ou sans technologie c’est pas les arabes qui vont cultiver eux même ces terres, ils emploierons des autochtones en les sous payant, en les faisant travailler sous leurs conditions et leurs coutumes. (un musulman ne peut obliger un autre musulman a travailler pour lui, mais il a le droit de faire ce qu’il veut avec les infidèles, a méditer !)
Quand un ressortissant étranger va travailler chez eux la première chose qu’ils font est de confisquer leur passeport pour mieux les « tenir », que vont ils confisquer chez nous pour faire travailler les riziculteurs gasy leur propre terre en mode esclaves ?

kof

Vos intentions sont bien sûr louables et on aimerait tous que ce soit ainsi. Mais ce qu’il vous manquera, comme presque à tout le monde dans ce pays, y compris l’Etat, c’est l’argent. C’est tout en fait. Si vous trouvez l’argent pour investir au départ dans vos milliers d’ha, puis pour tenir le temps que votre exploitation soit rentable en tenant compte du remboursement du prêt et des intérêts, alors oui formidable. Tout va bien dans le meilleur des mondes. Mais la réalité endémique est toute autre. Les chances sont que vos milliers d’hectare restent en friche, faute d’argent.

Pour moi l’intérêt de ce modèle est la production de richesse. Ni plus ni moins. Tout ce que ces 60 000 ha vont produire va se rajouter au PIB annuel. Je ne compte même pas sur la création d’emploi car si l’exploitant mécanise un maximum de choses, il y aura un minimum d’emplois créés. Créer de la richesse, par tous les moyens, doit être notre seul objectif. Pas d’état d’âme. Nous sommes le peuple le moins productif au monde, ou pas loin. Et les conséquences sont dramatiques.

Olivier

Oui, il est utile de voir ce que des étrangers pourraient faire avec des surfaces agricoles en location. Il y a beaucoup à gagner si tout cela est bien encadré (techniques, investissements, nouvelles spéculations agricoles, …)
À mon sens il faudrait à minima, respecter les conditions suivantes :
– on ne doit « pousser » aucun agriculteur malgache déjà installé même s’il ne possède pas de titre foncier (si il cultive réellement).
– la location doit être soumise à une obligation de culture dans un délais raisonnable
– les cultures pratiquées par le locataire ne doivent pas impacter celles des petits paysans de la région alentour (imaginons que le locataire pompe toute l’eau du canal par exemple).
– le loyer doit servir au développement de l’agriculture de la région (et non dans les nombreuses poches de l’état, occultes ou non)
– inutile de bloquer des surfaces immenses telles que 600 km2, demandons à ces locataires de faire leurs preuves sur 500 ou 1000 hectares par exemple.




kof

Un contrat a été signé. ça signifie que l’Etat endémique a imposé des choses et que cette société s’est engagé à les respecter. Reste à voir lesquelles. D’où la nécessité absolue de voir le contenu de ce contrat. Pour moi le scandale c’est la non divulgation de ce contrat. Il s’agit d’un contrat public techniquement parlant. D’ailleurs à ce titre, un appel d’offre aurait dû être effectué pour faire jouer la concurrence.

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!