« Les journalistes peuvent continuer à travailler sur le terrain »

Oui c’est formidable ça. Mais ?

Mais « les crieurs et vendeurs de journaux ne pourront pas travailler ».

Euh…

Sinon en France on avait un Premier Ministre et un Directeur Général de la Santé qui étaient au front. Et quasiment que eux deux, de temps en temps selon les circonstances on avait le Ministre de l’Intérieur ou celui de la Santé en renfort.

A Madagascar on a donc tous les Ministres qui veulent être au front devant le micro. Super cacophonie donc.

elman

elman

Digital Native Allez on y croit !

Souscrire
Me notifier des
guest
Le formulaire de commentaire recueille votre nom, email et contenu pour nous permettre de garder une trace des commentaires placés sur le site. Veuillez lire et accepter les conditions d'utilisation et la politique de confidentialité de notre site Web pour publier un commentaire.
6 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
libertad

conaissant la ministre BM avec sa grande gueule, ce n’est ni plus ni moins qu’une avocate du diable, il suffit qu’elle invoque la raison que tel ou tel journaliste (de l’opposition) ne possède pas de carte de journaliste et voila, elle muselle la presse de manière subtile.

raossy

Voilà, comment faire à BM pour avoir un moment de calme. çà ne fera que du bien à tout le monde
comment image

libertad

si elle et son mari et son autre homologue à la présidence pouvaient la fermer pour de bon, on se sentirait bien mieux

Rasendra

Il paraît qu’ils ne se supportent plus ? Ils vont jouer au « je te tiens, tu me tiens par la barbichette ».

kof

Ils devraient préciser : les journalistes complaisants peuvent continuer à travailler sur le terrain. 

RAPAT

LAMENTABLE c’est une gestion calamiteuse et de l’argent jeté par les fenêtres sans aucun lien avec les besoins réels
Quand est ce qu’ils prendront conscience de la gravité de la situation et ne plus penser qu’à leur propre personne et à juste se montrer




Do NOT follow this link or you will be banned from the site!