Les prix des légumes sur les grands marchés ont été multipliés par deux

Les acteurs font état des « difficultés » du transport pour justifier de cette hausse brutale.

Pas plus tard qu’hier j’ai évoqué la nécessité de la gratuité du riz et des légumes, que l’État nationalise ce secteur, le temps du confinement.

Donc déjà t’as plus de travail, t’as plus d’argent, t’as aucune aide et maintenant le prix des marchandises est multiplié par deux ?

Il vaut mieux se jeter du haut du Rova ce sera moins douloureux non ?

elman

elman

Digital Native Allez on y croit !

Souscrire
Me notifier des
guest
Le formulaire de commentaire recueille votre nom, email et contenu pour nous permettre de garder une trace des commentaires placés sur le site. Veuillez lire et accepter les conditions d'utilisation et la politique de confidentialité de notre site Web pour publier un commentaire.
3 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Nasser

Au lieu de faciliter la circulation de ces vivres les forces de l’ordre rackettent les petits paysans autour d’Antananarivo et les bloquent s’ils ne donnent pas de sous.
 
Les citadins comme les paysans meurent donc à grand pas et les prix flambent. Ces productions ne coutent pas pour autant très chères si les aides accordées ont été utilisées à bon escient.

Kijy

Bien vue et analyse objective, la rackette liée aux restrictions est l’une des raisons de la hausse. Il y a aussi les profiteurs : dès l’annonce du cinfinement un citron était vendu à 200 ar à 5000 ar…. Triste situation, mais cela va nous amener encore à prendre des mesures anti-économique ou qui ne feront qu’accentuer les dégâts. Nationalisation? On revient encore au temps de la revolution socialiste? Les politiciens qui gèrent esuivalent aux népotisme et marchés noirs. D’abord comment sont stratégiquement gérées les ressources liées à cette pandémie. C’est facile de dire que nous avons tout et on n’a pas besoin d’autres ressources ( au senslarge) extérieures. C’est justement la maniere dont on fait face à cette situation de crise sanitaire que la redevabilite doit être exigée : c’est là où le bât blesse et où le rôle de l’Etat est determinant. Il faut faire attention que toute distribution de revenu sans commune mesure avec la production réelle ne sert qu’à nourrir l’inflation : c est une logique économique de base, sinon on va au marché avec des brouettes plein de billets de banque. C’est pour dire que gerer un Etat ne se résume pas à dire « il n’y a qu’à….. » mais il faut une bonne décision, prise par un homme ou femme d’Etat, animé(e) par le vrai développement de notre pays sans arrière pensée et des dirigeants compétents connaissant les paramètres et la réalité profonde vécue par toutes les categories de la population malgache. Bref, pas si simple mais non impossible.

libertad

on a déjà le coliséum, on attend quoi pour gagner de l’énergie grâce a la souveraineté qu’on a gagné avec ce… cet immonde construction qui n’a pas sa place? hé Lalatiana qu’en dis tu?

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!