Digitalisation : mais qu’est-ce qu’on attend ?

Le lego vous le commencez quand vous voulez

Ayant déjà travaillé dans ce domaine de l’e-gouvernance à Madagascar, je connais très bien le sujet … ainsi que la problématique afférente 🙂

Non ce n’est pas simple effectivement dans un pays comme Madagougou de tout numériser du jour au lendemain. Même si tous les ingrédients semblent exister, la connexion, le hardware, l’électricité (solaire ou Jirama) et les compétences informatiques, dans les faits, on ne transforme pas numériquement un pays plus grand que la France (en superficie) d’un simple claquement des doigts.

Le problème principal est que l’océan des besoins numériques est tellement immense (car les outils sont quasiment inexistants) qu’au final, on ne sait pas trop par quoi commencer.

Des outils utiles

Le mot-clé est là : utile. La digitalisation c’est d’abord et avant tout un outil utile. Utile pour tout le monde : à la population, mais aussi à l’administration. C’est un outil qui permet de réaliser et de simplifier beaucoup de tâches administratives, dans les 2 sens.

On n’organise plus les vies de 26 000 000 de personnes avec une machine à ecrire à ruban et des piles d’archives papier. En 2020, tout devrait être numérisé. Au niveau local, régional et national.

Quand je dis la vie des gens, c’est de la naissance de chaque individu jusqu’à son décès. Entre ces deux intervalles, il se passe une foule d’événements qu’il faut impérativement numériser.

De l’État-civil aux certificats de residence, la carte d’identité, le permis de conduire, le passeport, la sécurité et la prévoyance sociale, la situation sociale, les soins, les impôts, la scolarité, le mariage, le foncier, et de bon nombre encore d’autres services administratifs, vous comprenez maintenant les mauvaises performances de notre administration, qui doit se palucher tout ça sur la machine à ecrire des années 50 ?

Je prends mon cas personnel : je suis né à Diego Suarez, vous imaginez la galère à chaque fois quand je dois demander un acte de naissance de moins de 3 mois ? Connaître quelqu’un sur place, aller à la mairie, envoyer en taxi brousse sur Tana, envoyer l’original en pigeon voyageur par un passager en avion à Ivato… et tout ça pour m’apercevoir ici en France que l’acte est bourré d’erreurs ?

La mauvaise nouvelle est qu’il faudra des décennies pour arriver à digitaliser tout ça. La bonne, c’est que c’est comme un jeu de legos, on peut y aller brique par brique. Et d’ailleurs il faut y aller brique par brique.

Sarotra be, manahirana be

Car c’est bien souvent le problème : découragés par l’ampleur de la tâche, « ouh la la c’est trop gros, c’est trop compliqué« , et bien du coup on ne fait plus rien.

Sans parler de la réticence de bon nombre d' »agents de l’État malagasy » qui voient plus dans cette digitalisation de l’Administration une menace pour leur manger quotidien qu’autre chose.

En 2020, je constate avec plaisir que les briques que j’ai apporté il y a 15 ans dans l’e-gouvernance malagasy sont toujours là, présentes aujourd’hui.

Malheureusement, et 2009 est passé par là, il n’y a plus eu de nouvelles briques depuis, du coup c’est frustrant de constater tout ce retard numérique.

A contrario, quand je vois tout ce qu’ils ont fait ici en France, eux ils n’ont pas perdu leur temps ces 15 dernières années, bien au contraire wow !

La « foule d’événements » dont j’ai parlé plus haut, et bien c’est très simple : tout a été intégralement digitalisé et informatisé, c’est aussi simple que cela.

Même mon premier job étudiant d’opérateur de saisie en France il y a 30 ans, et bien ça a été bien enregistré sans que je n’ai à faire une quelconque démarche, ma future retraite vazaha vous en remercie 🙂

Et donc, concrètement, pour Madagougou, qu’est-ce qu’il faudrait faire ? La bonne nouvelle est que je sais parfaitement ce qu’il faudrait faire et la manière de le faire.

La mauvaise c’est que je n’ai pas envie de partager, de peur que les idiots se l’approprient et ne le saccagent bien comme il faut, comme d’habitude.

elman

elman

Digital Native Allez on y croit !

Souscrire
Me notifier des
guest
Le formulaire de commentaire recueille votre nom, email et contenu pour nous permettre de garder une trace des commentaires placés sur le site. Veuillez lire et accepter les conditions d'utilisation et la politique de confidentialité de notre site Web pour publier un commentaire.
8 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Afist

En tout cas ça pose problème pour les magouilles, vous vous souvenez des pneus à quelques G d’Ariary ? Sinon on va lancer le chantier quand mamimbahoaka ne pourra plus se présenter car on a encore besoin des doublons avant

Ianona

Et puis il y a aussi le fait qu’il n’y ait pas de continuité de l’État. Une organisation qui marchait avec un tel gouvernement est remise en cause par le suivant et ainsi de suite.

Rakotomangamijoro

On commence par quelque chose de ce genre : https://fr.wikipedia.org/wiki/Carte_d%27identit%C3%A9_estonienne

Avec ça comme base, on peut faire beaucoup de chose…

Modifié 1 mois plus tôt par Rakotomangamijoro
e-Gouvernance Madagascar

La digitalisation est en cours. Vous pouvez suivre l’état d’avancement sur ce site https://digital.gov.mg/

Rakotomangamijoro

Ouin, j’ai vu le site mais ça ne dit rien. Est-ce qu’il y a un plan de match quelque part sur le site? On commence par quoi avec quel échéancier puis on continue avec quoi. On demande ça pour avoir une vue d’ensemble où est-ce que l’on veut aller?

Modifié 1 mois plus tôt par Rakotomangamijoro




Rafangy

« La Présidence s’est engagée à créer une administration de proximité, à l’écoute de la population et de ses besoins, et à améliorer la qualité de vie des citoyens et de faciliter le travail des entreprises. »
c’est cela l’etat d’avancement? à part le programme loharano publié le 24 juillet , il n’y a rien

Le Maizina

Ce ne sera jamais fait! N’oubliez pas que cette « digitalisation » devait se faire en 10 jours, annoncée il y a de cela plus de 4 mois! TpkL & TpkV!

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!