Donc ce n’est pas le Président de la République le plus important ?

Si c’est juste pour singer la démocratie ailleurs…

Gné ? Oui oui, le sujet semblant vous intéresser, attardons-nous y un petit peu alors 🙂

Effectivement je maintiens ma position : personnellement, je me fiche complètement de savoir qui sera le prochain Président de la République à Madagascar.

Ce qui m’importe davantage, ce sont les conditions dans lesquelles il aura été élu. Ainsi que l’organisation institutionnelle… constitutionnelle même, de cette prochaine mandature.

Jusqu’ici nous sommes d’accord sur ces 2 points : ces conditions et cette organisation ne conviennent absolument pas. Depuis 60 ans, le constat est implacable: nous pataugeons lamentablement à chaque élection, avec à chaque fois un nouveau Président élu, à coups de forceps. Et enfin mandat bancal car il  n’y en a que pour Antananarivo, le reste du territoire étant superbement ignoré à tous les niveaux.

Des élections insatisfaisantes disions-nous. Je ne les décrirai pas, vous savez aussi bien que moi de quoi il en retourne. Inégalités flagrantes des chances entre les candidats, tricheries, argent roi, tripatouillage et on en passe. 

Entendons nous bien : je ne dis pas non plus que tout le monde doit pouvoir être candidat. Quand on a 200 partis politiques dont 99% ne représentent que leur modeste petite personne, allons, soyons sérieux 🙂 Mais là encore, des solutions existent, elles seront présentées en temps et en heure.

Non je ne vais pas exposer ces solutions aujourd’hui. Ce serait tellement facile pour les petits malins copieurs-colleurs de se les approprier indûment, sans même avoir le schéma d’ensemble.

Au niveau Constitution de la Vème République, et bah oui car c’est bien de cela dont il s’agit, soyons clairs : ce sera la dernière chance pour ce pays, sinon rendez-vous dans 70 ans pour atteindre le niveau du Rwanda d’aujourd’hui.

Mes petits camarades ont également déjà travaillé, beaucoup travaillé même sur la question. Je ne détaillerai pas ces travaux, ils seront présentés en temps et en heure. Même pas un petit indice à se mettre sous la dent ? C’est frustrant ça 🙂 Allez, quelques mots clé au hasard pour vous aider à patienter alors : décentralisation effective, fokonolona seront bien évidemment au menu. Mais ce ne sont que quelques items, il y en a des dizaines d’autres 🙂

Nouvelle Constitution, organisation des élections liées, inclusives et acceptées par tous, zay, vita ? C’est aussi facile que ça ? Hélas, pas tout à fait.

Tout ceci ne se fera malheureusement pas en 1 an. Et je m’arrêterai là pour aujourd’hui car cela fait déjà beaucoup de choses pour vous à assimiler n’est-ce pas ? 🙂

Dernier point : certains se demandent pourquoi on fait tout ça, si ce n’est pas pour prendre le pouvoir ? Si toutes les conditions d’équité entre les candidats sont réunies, certains pourraient effectivement y aller, pourquoi pas ?

Mais pour ma part, mon principe est simple : on ne peut pas être juge et partie. 

Subscribe
Me notifier des
guest
28 Commentaires
plus anciens
plus récents plus de votes
Inline Feedbacks
View all comments
mpijery
mpijery
17 jours plus tôt

J’ai quelques suggestions 🙂

  • Pour la décentralisation effective, le mieux serait de se débarrasser définitivement des découpages provinciaux et se focaliser sur les régions
  • Pour les députés, il faudrait songer à repenser une vraie représentativité au niveau des circonscriptions: ce n’est pas normal qu’un deputé soit confortablement élu avec 3000 voix alors qu’un autre ayant obtenu 10 000 voix reste sur le carreau. Aussi, ce serait pas mal d’instaurer un minimum de voix pour pouvoir être représenté dans l’assemblée (ex: 5 ou 10% au niveau national)
  • Et la plus importante: la séparation des pouvoirs: il devient urgent d’avoir une justice vraiment indépendante avec pourquoi pas des procureurs élus

et puis, tout le monde devrait être pareil devant la justice: aucun besoin de ces trucs “spéciaux” à gauche et à droite. Evidemment, il faut mettre des balises dans le cas des membres de l’exécutif en cours, mais qui feront juste partie des procédures, la cour qui jugera l’affaire restera une cour “ordinaire”.
La préalable sur tout ça est de s’assurer que la liste électorale est bien ficelée, les bureaux de votes bien digitalisés sécurisés

Rafangy
Rafangy
En réponse à  mpijery
17 jours plus tôt

-“Pour la décentralisation effective…., les provinces ont été instaurées après les évenements de 47: et ce dans le but de mieux diviser la’ile, voyez vous même: Moramanga et Andriba sont des localités baties par les hova mais affectées à d’autre provinces, Tsiroanomandidy est une localité sakalava mais rattachée à antananarivo, on a divisé les Bara en 2 avec 2 capitales distinctes Betroka et Ranohira; oui, dès les années 1920, Madagascar était deja divisé en 28 regions, pour preuve les ecoles regionales, mais cela va accelerer son developpement , d’où la notion de provinces, et celle de diego suare a éte crée en 1956; donc pour pouvoir mieu developper l’ile, il ne reste que les régions ainsi que l’autonomie budgetaire avec un pourcentage pour le budget géneral, par ex, les impots foncier et sur les propriétés baties doivent rester aux commune, le diverses taxes à partager entre les communes, regions et Etat central;
– “Pour les députés,…, la division en circonscriptions electorales ne reflete pas du tout la representativité, car pour les terres centrales, il faut 100 000 electeurs pour un député alors que pour le littoral, c’est 1 deputé pour 50 000 electeurs et encore! voyez, pour antananarivo atsimonrano et avarandrano, il n’y a que 2 deputés pour chacune de ces 2 circoscriptions pui totalisent autant d’electeurs que la province de diego toute entiere qui a elle , 9 deputés!
-“Et la plus importante: la séparation des pouvoirs: la grande question est :comment rendre la separation de pouvoir effective
et tout le monde devra etre pareil devant la justice , donc adieu les lalana ambanin’ny tany et mahitahita;
pour la liste electorale, moi, je suggere que tout le monde ne soit pas electeur, il faut un minimum par ex savoir lire ,ecrire et compter…..
moi, je garde toujours l’espoir que tous, nous verrons de nos yeux l’evolution de ce pays à l’image du rwanda

despote
despote
En réponse à  Rafangy
16 jours plus tôt

Ne pas savoir lire, ni écrire ni compter ne fait pas forcément d’une personne un mauvais citoyen, et l’inverse est tout aussi vrai. Et de telles règles s’avèrent tout simplement discriminatoires, et donc complètement anti-constitutionnelles.

Rafangy
Rafangy
17 jours plus tôt

“Quand on a 200 partis politiques…”
rectif pas 200 mais plus de 300

mpijery
mpijery
En réponse à  Rafangy
17 jours plus tôt

On pourrait ajouter des conditions pour l’obtention du statut de parti politique: obligation de présenter des candidats aux élections locales sous peine d’amendes/dissolution
Et pour gérer les caméléons: interdiction de changer de parti entre deux élections
Je lance juste des idées comme ça 😛




Katsaka 2
Katsaka 2
16 jours plus tôt

Si un projet de constitution d’un état fédéral est présenté par votre équipe, je signe sur le champs pour le soutiens actif.
Les expériences montraient que des textes de constitution pas assez clairs (souvent faits/écrits exprès par des “connaisseurs” souvent les mêmes) vont être tripatouillés immédiatement ou ignorés pour revenir à l’ancien monde. Chat échaudé craint l’eau froide.
Je considère que le reste va de soi mais je suis d’accord sur le principe

mpijery
mpijery
En réponse à  Katsaka 2
16 jours plus tôt

Je suis assez dubitatif sur le fédéralisme à la Malgache: si en plus ça reprenait les anciennes provinces, ce sera catastrophique
Et puis, les petites phrases “rentrez chez vous” ou “tu n’es pas à Antananarivo ici” seront de plus en plus fréquentes avec potentiellement des agressions (ça a déjà existé d’ailleurs). Bizarrement, à Antananarivo, on dit que c’est la ville de tous les malgaches car c’est la capitale, ce qui ne serait donc pas le cas des autres villes et endroits.
Il vaut mieux garder l’état unitaire tout en s’assurant que la décentralisation sera bien effective, je parle de la vraie car ça n’a jamais été appliqué en 62 ans

angady
angady
15 jours plus tôt

juste à propos du titre. perso, je me dis que ANR n’aurais jamais dû briguer la présidence. il est jeune et a la volonté de faire des choses, d’innover, de poser ses marques pour le bien de la communauté, mais aussi: il a accès à des fonds et des partenaires financiers. à rester entrepreneur et ouvrir une fondation, il aurait pu réussir. la chose publique, la vie politique, ce n’est pas fait pour tout le monde et là il est en train de se planter et faire couler le pays.
le problème à la base? croire qu’on ne peut faire des choses qu’en étant président de la république. eh bien non: plus tu es perché haut, moins tu as de possibilité de faire des choses concrètes sur le terrain.

Modifié 15 jours plus tôt par angady
Rakotomangamijoro
Rakotomangamijoro
En réponse à  elman
15 jours plus tôt

Exactement, c’est pour cela aussi que Ra8 a décidé de briguer la présidence.




Rakotomangamijoro
Rakotomangamijoro
En réponse à  elman
15 jours plus tôt

Oui, ce n’était pas l’idée du siècle mais qui aurait pu faire le travail comme il faut? Pour vrai, si à Madagascar on était vraiment libre d’entreprendre, je suis sûr que l’on aurait eu le même Tikoland de 2002-2009 maintenant.
Quelques exemples :
MBS : Je trouve quand même que c’était le #1 à l’époque. Surtout pour la qualité de la programmation, des images, des technologies utilisées, … Seul ombre au tableau, les nouvelles. On le sait tous pourquoi.
Magro : Il n’y a pas d’égale d’après moi à Madagascar même jusqu’à maintenant. Je ne sais pas ce qu’il y a en Europe mais en Amérique du nord, l’équivalent c’est Costco. Lorsque j’étais rentré dans un Costco, ça m’a rappelé tout de suite les Magro.
Alma : Il a beaucoup de travaux qui ont été effectué dans ce temps là qui ont tenu bon jusqu’à maintenant. Bref un bon concurrent de Colas.
Tiko : Est-ce que maintenant il y a une entreprise qui produit de la qualité que le Tiko d’avant? (Je ne suis plus sûr place mais j’aimerai savoir)
Il y a eu quoi d’autre? Rizerie d’Ambatondrazaka (Capable de traiter 14t/h de riz), …

Modifié 15 jours plus tôt par Rakotomangamijoro
Rakotomangamijoro
Rakotomangamijoro
15 jours plus tôt

Bon, j’allais écrire un long commentaire mais je vais résumé ma pensée.
Le président (ou l’équipe de la présidence) est important(e) mais c’est surtout la qualité de tous les autres équipes qui fait que ça marche ou pas.
Lorsque je parle des autres équipes, je parle de l’équipe :

  • qui organise les élections;
  • de la justice;
  • des services de sécurité. Je parle ici surtout de l’armée. Tokony tsy hiditra @ resaka politika mihitsy tompoko ny miaramila;
  • du gouvernement;
  • de l’assemblé législative et du sénat;

Si vous voulez un bon exemple, revoyez les dernières élections américaines. Chaque entité/équipe a tenu son rôle et surtout son indépendance.
Mais pour l’article je vois qu’il un y a un groupement de personne qui s’active. C’est bien. Très bien même. Si j’ai un conseil à donner pour ce groupe, c’est d’avoir plusieurs personne (de qualité) dans chaque équipe que j’ai mentionné ci-dessus.

Katsaka 2
Katsaka 2
15 jours plus tôt

Le problème de l’état fédéral à Madagascar est que l’idée a été salie et souillée en 2002 par des mercenaires et par quelques faits divers à Tamatave et à Diego (modia ianareo). Ces quelques évenements ne répresentent pas la réalité mais ca arrange certains qui prône la confiscation des pouvoirs.A propos de ce “modia ianareo”, il n’est pas exclusivement réservé à certaine catégorie de personne ou d’ethnie, je sais de quoi je parle.
L’état unitaire comme il est, arrange tous les brigands & consorts et surtout permet de maintenir tout une partie du pays à côté.
Le concept de décentralisation ne se fera pas à Madagascar à moins qu’ils feront semblant un petit bout de temps pour revenir en arrière. Rappelez-vous des progrès démocratique réalisé en 1991. Le flibustier était de retour, précédé par ses éclaireurs et toute la constitution a été triturée, surtout vidée de l’essentiel de 1991. Il est intéressant de constater que personne n’a bougé pour défendre cette constitution de0époque de Zafy.
Vu la fébrilité même ici, je crois que le pays est bien loin de s’en sortir.

mpijery
mpijery
En réponse à  Katsaka 2
15 jours plus tôt

La décentralisation pourra se faire en donnant plus de pouvoirs aux régions, avec bien sûr des élus à leurs têtes, bien définir en amont les sources de financement de chaque collectivité décentralisé afin de ne pas dépendre du bon vouloir du pouvoir central …
C’est possible en restant un état unitaire




mpijery
mpijery
En réponse à  elman
15 jours plus tôt

des gouverneurs non élus: ça fait toute la difference.

mpijery
mpijery
En réponse à  elman
15 jours plus tôt

bien entendu, ce n’est pas la seule condition, il faut aussi bien définir les compétences de chacun et le budget qui va avec: quelles redévances vont aux communes / régions etc…
Car jusqu’ici, tout part à la caisse de l’état central et la présidence distribue des sous comme elle veut

Rafangy
Rafangy
En réponse à  mpijery
14 jours plus tôt

une des onditions de reussite aussi, pour moi, c’est la designation des fonctionnaires non originaires du lieu où ils travaillent , comme ça ils n’auront aucune pression de la part de leur familles et proches du coin, par ex, mettez un antandroy prefet de vatovavy, ben il suivra les directives de l’administrtion centrale sans états d’ame, car il sait très bien qu’il n’aura aucun regret s’il vient à etre affecté, et d’ailleurs, c’etait le cas jusqu’en 1975 et nous savons le resultat

Rafangy
Rafangy
En réponse à  Katsaka 2
14 jours plus tôt

le problème de l’etat federal ici à gougou, c’est comment delimiter chaque etat federal, car à ce que je vois depuis des années, il est quasiment impossible pour deux ethies d’etre ensemble, par ex pour l’ancienne province de diego(diana et sava) tout ce qui est au sud d’ambanja sont des etrangers pour eux, pour fianar, le littoral a soutenu ratsiraka et sa revolution à condition qu’ils peuvent eux aussi etre designés dans la conduite des affaires du faritany, et justement, en 1982ou 83 des reunions houleuses ont eu lieu à anjoma parce que le president u faritany sortant veut rempiler alors que les elites du littoral veulent elles aussi prendre la place comme c’etait convenu en 1975;
non il n’y a aucun problème si antananarivo ne dispose pas d’accès à la mer

Rakotovelo
Rakotovelo
13 jours plus tôt

État, gouvernement et développement !
Il me semble indispensable avant toute discussion politique, sociale et économique de comprendre quelle est la différence essentielle entre état et gouvernement ! Les politiciens et autres intellectuels connaissent déjà cette différence, ce texte incomplet n’est qu’une vulgarisation, et n’a pour autre but que de rappeler des éléments rudimentaires. Des élections organisées sans minimum d’explication risquent de rester vaines et amener à des situations instables comme ce fut le cas depuis 62 ans ! 
D’abord, l’État est le concept politique général qui définit la manière dont la société est organisée et qui détermine la composition des institutions qui régissent la vie au quotidien des citoyens dans le pays. Dans un pays démocratique, l’État regroupe trois pouvoirs : le législatif, l’exécutif et le judiciaire. Pour chacun d’eux, il existe une institution unique et indépendante des autres, chaque pouvoir est responsable de sa propre organisation et contrôle. Le pouvoir législatif appartient au Parlement et au Sénat (dans un système bicaméral), le pouvoir judiciaire aux juges et l’exécutif au gouvernement.
Ensuite, le gouvernement est responsable du pouvoir exécutif de l’État (il n’est pas l’État qui est au-dessus de lui). Cela signifie qu’il garantit que les lois sont respectées (lois votées au Parlement et au Sénat). En outre, parmi ses responsabilités, il doit assurer notamment la sécurité (intérieure et extérieure), le système éducatif, la santé, l’environnement et les relations internationales. Le gouvernement est composé de personnalités importantes dont le président, le premier ministre (il y a des variances) et les ministres qui gèrent des questions comme la culture, l’égalité ou l’économie.
Dès lors, la différence entre État et gouvernement est que l’État est le « tout », le gouvernement n’est qu’une partie de ce dernier. Le gouvernement est responsable de mener à bien le pouvoir exécutif de l’État. L’État est la manière dont on organise la nation (une organisation résultant de son évolution historique), le gouvernement est le président de cette nation et l’ensemble des ministres. Chacun des trois pouvoirs a son propre système de contrôle mais l’État a une supra-organisation qui permet de contrôler ces trois pouvoirs contre toutes dérives. Ce résumé sans ambition aucune n’est qu’un bout de texte pour essayer de comprendre grosso modo la hiérarchie entre l’État et le gouvernement qui est le pouvoir exécutif de l’État ! C’est à ce niveau que la réflexion pour redresser le pays devrait commencer !
L’instabilité à Madagascar, par exemple, viendrait de la domination excessive du gouvernement dans tous les affaires de l’État ! « C’est le petit qui impose ses lois ! » (Et sans jeu de mots avec le petit timonier). Il devient juge et parti ! 
Alors, partant de cette précision textuelle, il est grand temps que les politiciens (amateurs) et surtout le peuple malgache connaissent le B A BA de l’organisation de la nation. Il nous faut un État fort qui est stable et que les trois pouvoirs soient indépendants et équilibrés. Ce n’est pas pour rien que on dit toujours que « l’Afrique n’a pas besoin d’hommes forts mais plutôt d’État fort pour pouvoir se développer » plus sûrement et de pouvoir avancer de manière plus pérenne ! 




Rakotovelo
Rakotovelo
En réponse à  elman
13 jours plus tôt

Je ne sais pas franchement ! Mais c’est ce que nous avons (mal) copié du système occidental : Un modèle “sadasada” sans réel contre-pouvoir qui est générateur de dictature !
Ce que je pense est que la dominance d’un pouvoir exécutif dans tout système est malsain car devient source des dérives actuels. C’est la copie “sadasada” qui est surtout condamnable. Utiliser le terme démocratie pour justifier tous les actes mafieux, que Madagascar subit maintenant, est une des conséquences néfastes ! Nous avons devant les yeux un cas d’école !
Il faudrait construire un État suffisamment fort (à concevoir et qui peut être différent du trio actuel) pour pouvoir destituer fermement un exécutif (ou son équivalent) qui dérape sans passer ni par une révolution ni par la violence ! Cet État peut être fédéral ou centralisé si l’on veut mais il faut surtout un État fort. Personnellement, l’organisation en régions a ma préférence (mon opinion importe peu) mais elles doivent être autonomes (avec leurs élections de conseillers et de gouverneurs) sauf sur les prérogatives régaliennes de l’État qui garantit par ailleurs la transparence et la sincérité des élections régionales.
Entre parenthèses, Il me semble que la prédominance excessive de la composante économique dans les affaires de l’État et la non neutralité d‘une grande partie des forces de l’ordre constituent deux facteurs d’instabilité du pays (il y en a d’autres). Le cocktail est explosif.
Chaque système a ses bons et ses mauvais côtés mais il y a une constante : un réel contre-pouvoir au sein même de l’État (pouvoir législatif et pouvoir judiciaire indépendants, en l’occurrence) est nécessaire pour éviter les dérives d’un exécutif (cf. Madagascar).
Construire un État fort est un (très) long mais indispensable chemin à faire ! Et ce chemin ne s’arrêtera jamais car c’est lié à l’histoire du pays ! A chaque génération d’apporter ce qui lui semble meilleur pour améliorer l’état du pays ! Bon courage !

Katsaka 2
Katsaka 2
13 jours plus tôt

Il me semble que vous (Rakotovelo) voit les choses un peu conceptuellement pour ne pas dire de la théorie et je respecte. Votre raisonnement me fait penser à cette malgachisation dans les années 70 dont on connaît la suite.
Concretement, je ne peux pas accepter que des préfets (et autres administrateurs civils) qui sont désignés par la seigneurie (au sens du pouvoir) commandent des élus. Une bête copie copie de la coloniale voire un réliquat que les pouvoirs successifs ont gardé consciencieusement. En attendant donc un hypothétique décentralisation, un gouvernement qui abroge ces postes de préfets, administrateurs civils et ferment l’ENA est un gouvernement qui va dans le sens concret de la décentralisation, c’est à dire les élus locaux sont prépondérant devant ces bouffeurs de budget. Dans la situation actuelle, ils ont encore augmenté les quantités des personnes désignées. Ceci n’est pas nouveau, chef de région désigné par les précédents président etc.
Le Nigeria est un état fédéral. A ce que je sache il n’y pas de guerre éthnique là bas. Le problème est plutôt réligieux. Par contre dans les anciennes colonies … qui sont toutes des états unitaires, quelques soucis éthniques apparaîssent (Sénégal, Côte d’Ivoire etc.)

Rakotovelo
Rakotovelo
En réponse à  Katsaka 2
13 jours plus tôt

Je me permets de revenir sur un point. Il me semble que j’ai annoncé ma préférence qui est de construire un état fédéral avec des conseillers et gouverneurs élus (et surtout pas nommés) pour chaque région autonome. On est d’accord la-dessus car loin de la malgachisation ratée des années 70. Le pouvoir central avec ses prérogatives régaliens est là pour assurer entre autres le processus électoral dans la transparence et la sincérité des votes tant sur le plan régional que national.

Fil info

Commentaires

Voir d'autres articles