Et donc vraiment rien de positif lors de mon passage à Tana ?

Ça c’est positif. Où ca ?

J’étais en train de relire les quelques articles que j’ai postés lors de mon passage à Tana et donc, il n’y a vraiment rien de positif ?

Des trous sur les routes partout, des ordures partout, une connexion et une couverture internet perfectible … oui d’accord, mais encore ?

Il y a un point que je n’ai pas abordé, ou très peu : l’insécurité. Et bien je ne sais pas si c’est parce-que je débarque de France mais une fois à Tana, non je n’ai plus éprouvé ce sentiment d’insécurité, aigü il n’y a même pas un an.

Il m’est arrivé de sortir tard

Et pourtant, pendant ce bref séjour, il m’est arrivé à de nombreuses reprises d’être dehors, tard dans la nuit. Et dans des quartiers peu recommandables en plus, genre Anosivavaka, Ambohimanarina, Ambanidia ou encore Tsarasaotra.

Et effectivement, à aucun moment, je n’avais cette angoisse et cette boule au ventre, cette peur de se faire agresser. Oui, apercevoir ces patrouilles de PM déambuler dans les rues a sans doute joué. Savoir que des mesures ont été prises pour démanteler les réseaux de kidnappeurs a également certainement influé et donc au final, le sentiment d’insécurité s’est quelque peu atténué.

Mais comme je l’ai dis, j’étais juste de passage et pour vous qui y vivez à l’année, la perception est sans doute différente.

A part certains chantiers qui n’ont plus bougé depuis quelques années

Autre point positif : j’ai le vague sentiment que le bâtiment, l’immobilier se portent bien ? Non pas que je construis moi-même mais en regardant autour de moi, en discutant autour de moi, je sens comme un vague frémissement dans le secteur immobilier ? Et comme on dit, quand l’immobilier va …

Ça remblaie de partout. Où sommes nous ?

Pareil pour les nouvelles routes, et j’en ai déjà parlé, toutes ces rocades en cours de construction ici et là, ça montre qu’il y a de l’action, ça va dans le bon sens.

Et enfin, j’ai vu beaucoup de jeunes qui « en veulent » : qu’ils travaillent à leur compte ou pour un tiers, ça trime, ça bosse dur, ça gagne bien leur vie, ça accède à des postes à responsabilité, ça ne se décourage face à la complexité de la vie à Tana et pourtant Dieu sait si quelques fois ce n’est pas du tout évident.

Donc oui il commence à y avoir un petit quelque chose. Mais tout ceci est encore fragile, surtout quand on repense à tout ce qui s’est passé ces 10 dernières années.

J’ose espérer en tout cas que tout le monde est maintenant bien conscient que c’est tellement facile de détruire et tellement compliqué de construire, de bâtir ?

Je ne crois pas tellement à ces histoires de patriotisme et autres amour de la patrie : je suis pragmatique, que les gouvernants fasse leur job et les administrés le leur (éducation dans la cellule familiale, discipline, etc.) et tout le monde s’en portera bien.

La dernière image que j’ai en en tête est celle de la mayonnaise : nous en sommes actuellement à la phase où l’on tourne encore délicatement le jaune et où l’on commence à injecter quelques gouttes d’huile.

Après, soit la mayonnaise prendra bien et montera bien.

Ou au contraire, tournera lamentablement.. et sera donc fichue.

La frontière entre les deux est ténue.

Partager l'article
elman

Digital Native Allez on y croit !

45
Poster un Commentaire

avatar
  Subscribe  
Me notifier des
Molaly
Invité
Molaly

Merci pour cet aperçu. Comme vous dites : allez on y croit !

Ianona
Membre
Gold

Il y a le volet social qui reste une catastrophe.

Je parle de la santé, quand le prix des médicaments est tout simplement aberrant et coûte la peau des fesses. Ici j’achète un même médicament 2 fois plus cher qu’à Maurice, alors que le pouvoir d’achat des gasy est 10 fois moindre.

Les hôpitaux restent des mouroirs. Se soigner à Mada est un luxe suprême.

En fait, c’est le premier point que le gouvernement doit considérer, faire en sorte que les gens soient en bonne santé, se soignent bien. Que leur premier réflexe ne soit pas de courir chez le tradipraticien, le mpanotra et chez Jessica pour soigner le moindre mal.

Le jour où les gasy sauront qu’ils ne sont pas condamnés à mourir dès qu’on leur diagnostique une maladie un tant soit peu grave, alors là, on dira que les gouvernants ont réussi leur mission.

Imaginez, si quelqu’un fait un AVC là, qu’on l’emmène immédiatement à l’hôpital, sachez que cette personne a 99% chances de mourir ou d’avoir des séquelles à vie parce que les médecins ne vont jamais l’opérer dans les minutes qui suivent pour la sauver.

kof
Membre
VIP

Le problème c’est que le social il faut le payer. Tant que le pays (les gens, l’état… peu importe, c’est pareil) n’a pas un rond, il n’y aura pas de social. Seule solution : s’enrichir, se développer.

Naona
Invité
Naona

Si, si, le pays est riche, c’est bien ce que le « filoha hajaina » avait avancé durant la campagne présidentielle, non ! En même temps, vous n’avez pas l’impression qu’on fait du surplace depuis plus de 50 ans. Vous dites cher Kof que la seule solution est de s’enrichir, se développer, nous sommes bien d’accord mais à qui veut l’entendre, les richesses sont détenues par quelques individus et autres péquins. Pour le moment, les malgaches n’auront toujours que des miettes, et sans le savoir, nous sommes divisés comme un gros cake, sommes-nous conscients de ce qui nous arrive ? Autant vous dire que pour s’enrichir et c’est du long terme, il faudra déjà changer notre mentalité, après on verra

Ianona
Membre
Gold

On remblaie à tout va, Andranotapahina n’existera plus dans quelques années.

Ianona
Membre
Gold

Le chantier de la francophonie: il reflète bien la nullité de Rajao, l’impunité des hvm, le détournement de fonds à tour de bras de ceux qui étaient au pouvoir. Ils n’ont pas honte en voyant ça?

Raleva
Invité
Raleva

alors que ce grand bâtiment est déjà exploitable avec un peu de moyens, si la volonté est là. mais puisque c’est Rajao le père, on attendra son retour 🙂

kof
Membre
VIP

Fondamentalement, il y a un truc que je ne comprends pas. Mada a une main d’oeuvre parmi les moins chères du monde. Des millions de petites mains et de forces de travail qui coutent presque rien. L’étape d’après c’est gratuit, l’esclavage quoi. Et on n’arrive pas à exploiter ça à grande échelle pour enrichir le pays?




Ianona
Membre
Gold

Et est-ce qu’elles ont aussi la volonté de travailler?
Est-ce qu’elles ont aussi la compétence?

kof
Membre
VIP

Bien sûr que les gens ont la volonté de travailler. Et oubliez la compétence. C’est un luxe pour le pays. Juste développer des secteurs où les gens utilisent leurs mains et leurs jambes sans leurs têtes. Comme Henry Ford a fait aux états-unis (au début du 20ème siècle) quand il a inventé le concept de travail à la chaîne dans ses usines. Un ouvrier visse un truc, un autre plante un rivet, un autre encore pose un machin etc… Et chacun ne fait que ça. C’est pénible, c’est chi*nt, c’est tout ce qu’on veut mais c’est un boulot qui nécessite juste bras et jambes et qui ne nécessite pas de compétence particulière. Et qui apporte un minimum de salaire et de dignité. Et voilà concrètement comment on transforme de la main d’oeuvre non qualifiée, abondante et bon marché en richesse.

Ianona
Membre
Gold

Quand je vois tous les glandeurs le long des rues de Tanà, je me demande bien où est la volonté de bosser.

J’en connais pas mal qui n’ont pas de bepc, mais qui sont tellement fiers et miavona asa, qu’ils préfèrent être chômeurs ou faire du bizna plutôt que d’aller bosser dans une zone franche.

kof
Membre
VIP

Quand je vois tous les glandeurs le long des rues de Tanà, je me demande bien où est la volonté de bosser.

Peut-être parce qu’il n’y a pas de boulot? Tout simplement?

Ianona
Membre
Gold

Dans le coin où j’habite il y a pas mal de zones franches qui recrutent des personnes peu qualifiées non stop toute l’année. Mais les gens préfèrent ne rien faire, vendre au bord de la route ou toujours vivre au crochet de leurs parents plutôt que de faire un boulot décent.

Il y a aussi plusieurs offres d’emploi en ligne, mais là, ce sont les compétences qui sont rarissimes.




Raleva
Invité
Raleva

les gens assimilent les zones franches à l’esclavage et ils n’ont pas vraiment tort.

kof
Membre
VIP

et ils n’ont pas vraiment tort.

Je ne sais pas ce que les gens là-bas pensent mais ça en dit long sur ce que vous pensez. Vous êtes au courant qu’ils vivent dans le pays en paix le plus pauvre du monde? S’ils n’ont pas de qualification, vous pensez qu’ils valent mieux que ce que ces zones franches ont à leur offrir, quelles que soient les conditions de travail?

Ianona
Membre
Gold

ayant travaillé dans une zone franche pendant 5 ans, je peux vous dire que les conditions de travail ne s’apparentent en rien à de l’esclavage.

Les objectifs sont définis dès le début, seulement les gens veulent faire le moins pour gagner le maximum. Ils préfèrent un travail peinard, pendant lequel ils seront bien payés en tournant les pouces, eh non, tout le monde n’a pas la chance d’être fonctionnaire.

Naona
Invité
Naona

Eh oui, c’est une mentalité

Naona
Invité
Naona

Alors que le monde d’aujourd’hui est à l’automatisation, vous nous parlez de Henry Ford et de son travail à la chaîne. Disons que nous avons notre Henry Fraise depuis plus d’un demi-siècle pour nous (rires). Même si notre pays est en retard sur tout, il semblerait que nous sommes au XXIème siècle, s’il vous plaît. Les regards se tournent vers Iavoloha, où est le programme ambitieux de l’homme fort de Madagascar. Tramway, autoroute, Miami, des WC on ne sait plus comment, bref, ça promet bien du boulot tout ça, non !

Debile Profond 2.1.5 ™
Membre

Vous avez raison avec la comparaison de l’innovation technologique de Ford au siecle dernier avec ses chaînes de productions humaines et les chaînes de productions automatisée d’aujourd’hui.

Nous toujours avec le blocage des anciennes chaînes de l’ancienne colonisation qui ralentissait l’esclave qui a gardé le « mora » après l’abolition de l’esclavage…

Vous avez aussi raison en vous demandant où est l’homme Ford de Madagascar d’aujourd’hui ?




sarah
Membre
sarah

nous, par contre, on est toujours aussi parano sur place. Prendre des tas de précautions pour ne pas se faire voler, quel que soit le quartier, bien fermer les portières surtout avec les embouteillages, etc.
Oui, il y a des constructions…mais perso, j’ai toujours autant de mal à finir ma maison, hahaha.
Par contre, il y a de beaux trottoirs…que les marchands et les ateliers de moto et de soudure vont tout de suite occuper.

tsaravavaka
Invité
tsaravavaka

ouais… pour l’insécurité, les résidents ne vous diront pas la même chose… Elle est maximale, même dans des villes autrefois tranquilles comme Antsirabe – 9 cambriolages de maisons en ville, avec des fumigènes somnifères pour endormir les habitants,par une bande de 6 voleurs armés de
barre à mine. La bande a été démantelée par les flics, non sans avoir vidé leur chargeur sur les flics ( l’un des bandits a été tué ). L’inefficacité de la police, l’impunité de la justice, la possibilité de sortir de prison facilement génèrent un sentiment d’impunité… Il faudra des années pour remettre au pas l’appareil d’état, totalement défaillant et corrompu… Beaucoup de fonctionnaires mal payés, plus enclins au racket des taxis-brousse qu’aux enquêtes de police.

ramatoa
Invité
ramatoa

ben, ils ont été bien démantelés alors! ce n’est pas un bon signe ça pour vous?
ou vous voulez qu’ils (les cambrioleurs) continuent encore leurs missions ?

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!