Et voilà déjà la rentrée

Une traversée mouvementée

Mince, lundi 3 septembre 2018 déjà et ça y est, la plupart d’entre nous retrouvons déjà le chemin des écoliers.

Rentrée professionnelle, reprise du train train quotidien du boulot, rentrée scolaire pour les enfants, rentrée sociale, politique …

Et justement sur le terrain politique, ce sera le dernier trimestre de tous les dangers à Madagascar. On savait plus ou moins que cette élection de novembre ne sera pas sans risque, surtout avec la mauvaise foi des uns et des autres, le manque total de fair-play voire de simple courtoisie.

Que faire alors ?

Aller vers la Présidentielle semble risquée. Aller vers une énième Transition n’est pas une perspective réjouissante non plus.

Encore une fois, lentement mais sûrement, Madagascar semble donc se diriger vers une nouvelle crise dont il a secret.

Et le constat est que c’est toujours pareil à Madagascar : on y parle de démocratie mais quand on commence à laisser une marge de manoeuvre aux uns et aux autres, même une toute petite, et bien voila, ça part inévitablement en vrille.

Pourquoi ?

Car tout ce beau monde aura beau jeu d’y aller de sa petite interprétation personnelle et quand ça ne va pas dans leur sens, on bascule immédiatement dans la violence.

Respect, auto-discipline connais pas, si tu ne penses pas comme moi c’est que tu es contre moi. Et « je ne réponds plus de mes partisans« .

Comment rétablir le concept d’Etat nation ? Comment arriver enfin à ce fameux « tan-dalana misy Fanjakana« , juste, mais ferme ? Cette fameuse refondation, nécessaire certainement, mais dont on ne sait plus si il faut la faire avant ou après la Présidentielle.

Beaucoup de questionnement donc en cette rentrée. Le problème est qu’une fois de plus, nous n’avons pas de véritable cap que l’on peut suivre sereinement, nous naviguons à vue, au gré des ballottements des vagues.

Hélas, le vent commence aussi à lever.

Je vous souhaite néanmoins une bonne rentrée à tous et dans l’incertitude, commencez à faire des petites réserves en tout genre, personne ne sait malheureusement combien de temps cette croisière mouvementée va durer.

NDLR : je me suis fixé le pari d’écrire une chronique sans citer le moindre nom de qui que ce soit, cela a été compliqué tellement ça démangeait, mais au final, pari réussi.

Partager l'article
elman

Digital Native Allez on y croit !

1
Poster un Commentaire

avatar
  Subscribe  
Me notifier des
ramatoa
Invité
ramatoa

merci pour le souhait, pour mon enfant ce sera demain
J’espère et je prie que tout va s’arranger car nulle pourrait garantir la tranquillité dans notre pays s’il y aura des pépins aux alentours de cet élection

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!