Gné, un Malgache SDF à Paris ?

Ouh la elman, t’es un menteur, la France n’est donc pas ce petit paradis terrestre dont tu nous rabâches les oreilles à longueur de journée, puisqu’il y a des 4’mis à Paris ? Et Malgaches qui plus est ?

Euh on se calme. D’abord je n’ai jamais dit que la France était un petit paradis sur Terre. Ce que j’ai dis, et que je continue à dire, c’est que la France offre d’énormes facilités. Si vous pouvez y acquérir facilement une 4L et un frigo, personne ne viendra malheureusement vous les apporter à votre porte, avec le plein en prime.

Donc désolé mais beaucoup de facilités ne veut pas dire automatiquement fiainana mirindra sy milamina. Il y a quand même quelques conditions.

Et parmi ces conditions figurent bien évidemment avoir un travail, qui comme je le dis, nourrira toujours son homme en France. Quand on est un étranger, pour avoir un travail, il faut d’abord avoir des papiers.

Et comme j’ai déjà eu l’occasion de le dire, la manière dont vous quitterez Madagougou influera sur votre future vie en France. Si vous quittez le bled en visa touriste et que vous jouez au clandestin sans papiers une fois que votre visa sera terminé, laissez tomber, ce sera galère sur galère et la plus grosse galère sera, comme dans notre exemple, de finir à la rue.

Car pas de papiers égal pas de travail, aucun employeur digne de ce nom ne se risquera à employer des clandestins, il a pas envie d’aller en taule non plus. Donc ce sera de l’informel, « au black » comme on dit, avec toutes les incertitudes qui vont avec. Sans oublier la crainte au quotidien de se faire embarquer au moindre contrôle de police.

Car sans papiers signifie aussi que vous n’existez pas aux yeux de l’Administration française. Pas (ou peu d’aides), une sécurité sociale à minima, impossibilité de travailler légalement, impossibilité de louer un logement.

Bref, un véritable enfer. Je sais que beaucoup de nos compatriotes préfèrent cet enfer plutôt que de rentrer à Madagougou, avec le secret espoir de se faire régulariser. Mais seuls quelques uns y arriveront.

Voila. C’est l’un des côtés « face » réclamés par certain(e)s sur actutana, io izy io zany. Vivre dans un autre pays, quel qu’il soit, nécessite une certaine préparation : sur les plans psychologiques, matériels et administratifs.

Voila les réalités tompokolahy sy tompokovavy. A partir de là, chacun est libre de chercher son petit bout de gazon vert n’importe où, mais dans tous les cas, faites les choses sérieusement et dans les règles sinon ça tournera très vite au vinaigre.

Sur ce, je vous souhaite d’avance de très agréables fêtes de fin d’année. Et celui qui conduit c’est celui qui ne boit pas, et si tout le monde a bu, il vaut mieux rester dormir dans les parages 🙂

elman

elman

Digital Native Allez on y croit !

Souscrire
Me notifier des
guest
Le formulaire de commentaire recueille votre nom, email et contenu pour nous permettre de garder une trace des commentaires placés sur le site. Veuillez lire et accepter les conditions d'utilisation et la politique de confidentialité de notre site Web pour publier un commentaire.
5 Commentaires
plus anciens
plus récents plus de votes
Inline Feedbacks
View all comments
Soso

Saotra e 🙂 Joyeuse fête à vous 2!

gerard

une histoire vue en France, et peut être pas si rare….

un couple malgache que nous connaissions un peu, viens chercher un avenir meilleur là bas
comme la vie est un peu difficile la dame se trouve un Français qu’elle épouse illico pour le temps d’obtenir la nationalité…et divorce aussitôt le sésame obtenu

l’époux lui, est ramassé par la police, expulsé, et se refait une vie au bled

Katsaka2

Votre transformation me fait penser à ce clip « Effrekata ». Ca vous parle?

Malala

Joyeuses Fêtes daholo nareo !

Katsaka2

Joyeuses fêtes!

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!