Hommage à nos capitaines d’industrie

Hommage à nos capitaines d’industrie

Le week-end dernier, un post publié sur FB par nos amis d’Incubons et particulièrement discuté, voire disputé, m’a donné envie d’écrire sur le sujet et de rendre hommage à nos parents entrepreneurs, grands capitaines d’industrie à Madagascar.

Et rendez-vous compte, à leur époque, ils n’avaient pas Internet, ils n’avaient pas de site web ni de page FB, ils n’avaient pas de liens sponsorisés, ils ne twittaient pas, ils n’avaient pas de mailing-list. Ils n’avaient pas de mail tout court et pour correspondre, ils envoyaient un pigeon voyageur ils mettaient un timbre sur une enveloppe et le téléphone, le fax ainsi que le telex faisaient office de luxe suprême.

Et pourtant, à force de persévérance et d’opiniâtreté, à la force du poignet et de la volonté, ces grands hommes (et femmes) ont réussi à monter leur business, à le rendre florissant, prospère et surtout pérenne.

Pérenne car en 2017, j’entends par exemple que cette grande chocolaterie de la place (il n’y en a qu’une), créée en 1940 et reprise en 1977 par une grande famille malgache, se distingue encore aujourd’hui à l’international, s’octroyant même le luxe d’ouvrir une boutique à Paris dans le XIIeme arrondissement !

On passera également sur l’histoire du petit laitier sur sa bicyclette dont on connaît tous l’histoire, magnifique pour ses partisans et détestable pour ses détracteurs mais le fait est là : avec son CEPE en poche, le capitaine est toujours à la barre en 2017, et on apprécie toujours autant entre autre ses yaourts, son beurre et son fromage fondant.

Et on aurait même envie qu’il ne fasse que ça et qu’il ne se fourvoie pas une fois de plus dans ce panier à vieux crabes qui n’a aucune idée de ce qu’entreprendre et créer veulent dire. Et encore moins ce que la politique et la chose publique signifient, mais ça c’est autre débat hors sujet aujourd’hui.

La plupart de ces parents industriels ne sont pas nés avec une cuillère en or dans la bouche. Comme tout le monde ils ont fait des études classiques, quelques études supérieures pour certains, puis se sont lancés dans l’aventure de l’entrepreneuriat.

Lire sur Jeune AfriqueMadagascar : qui sont les capitaines d’industrie de l’île ?

Ils n’ont pas attendu un hypothétique financement pour se lancer, certains ont même vendu tout ce qu’ils possédaient car ils croyaient en eux et en leur idée. Ils ont foncé et c’est leur foi et leur passion en ce qu’ils faisaient qui ont fait que ça a marché. L’argent était réellement un moyen, pas une fin en soi.

Et c’est ça qui distingue un vrai entrepreneur qui lance son business : un vrai état d’esprit de gagnant, de « winner » comme on dit, qui n’a qu’une seule priorité : son produit.

Il y pensera matin, midi, soir, en semaine, en week-end. Il en rêvera même la nuit, son entourage et ses amis le prendront pour un illuminé, mais lui il y croira. Et puis un jour la mayonnaise commencera à monter, à force d’un travail de tous les instants et d’un marché qui répondra positivement au produit. Le plus dur ne fera ensuite que commencer : se développer, continuer d’exister, garder une longueur d’avance sur la concurrence.

Chocolaterie, papeterie, imprimerie, laiterie : les parents ont initié la démarche. Les chiens ne faisant pas des chats, les enfants ont perpétué la tradition en innovant dans de nouveaux secteurs. Les fientes de chauve-souris de Batman pour le plus connu et médiatique, mais n’oublions pas celui qui a créé son empire de pizzas sur tout le territoire ou encore ceux qui ont percé dans les nouvelles technologies.

Tous ces chefs d’entreprises ont l’entrepreunariat dans leur adn (sans jeu de mots). Et ce qu’ils ont créé est bien palpable, bien tangible : c’est donc la preuve que l’on peut créer son entreprise à Madagascar.

Mais la mauvaise nouvelle est que tout le monde ne pourra pas le faire : il y a beaucoup de qualités et de pré-requis pour ça. Donc si avant même d’avoir commencé quoi que ce soit vous exigez la villa et la Ferrari dans le garage, le tout financé par une banque, passez votre chemin, vous n’êtes pas fait pour monter votre propre boîte. Idem si vous ne supportez pas les critiques émises pour votre bien.

La bonne nouvelle est que les créateurs d’Apple et Google avaient gardé leur job d’employés à temps plein, en même temps qu’ils avaient lancé leur entreprise, qui sont devenues ce qu’elles sont aujourd’hui 🙂

elman

elman

Digital Native Allez on y croit !

Souscrire
Me notifier des
guest
Le formulaire de commentaire recueille votre nom, email et contenu pour nous permettre de garder une trace des commentaires placés sur le site. Veuillez lire et accepter les conditions d'utilisation et la politique de confidentialité de notre site Web pour publier un commentaire.
27 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Niomanina

Je n’ai rien contre les businessmen de la liste de Jeune Afrique mais il n’y a que des héritiers dans l’article. Il n’y a pas de self-made-men (et women) comme Ra8, chef Mbinina, Bakoly Razanakanavalona, … qui ont commencé from scratch.


D’après la très controversée étude faite par une université britannique dirigée par le professeur Richard Flynn.
Nous malagasy sommes classé 23ème peuple le plus intelligent du monde (par moyenne du quotient intellectuel). Pourtant 177ème en PIB/habitant

1er de l’afrique dite noire et 5ème du continent africain
classement:
1er: Maurice
2ème: Seychelle
3ème: Maroc
4ème: Algérie, Tunisie, Libye ex aequo
5ème: Madagascar
6ème: Egypte

Pourtant nous sommes le seul pays qui n’est pas en guerre dont le classement économique n’est pas du tout corrélé avec ce classement du Pr Flynn.

Ce qui fait que nous avons une très grande potentielle de richesse humaine il ne reste qu’à les valorisé. Et là on revient à l’éducation tant de fois discutée ici.

babakaty

, en parlant des grands héritiers,les Raboanarijaona,les Ramaroson,les Ranohisoa et autres ne sont plus dans le circuit des grands industriels malagasy? Alors que leur père avec Ramanandraibe et Andriatsitohaina ont fondé le Fivmpama

mclient

, non, mais c’est pas la grande prospérité en ce moment.

mclient

, le bizness de mbinina a l’air de marcher. le transport aussi au vu du montant qu’ils ont versé dans la banque 🙂




Ianona

, L’informatique, et comme le dit Niomanina, les gasy sont intelligents (tsy @ ratsy ihany) et il faut les booster dans les études, mais tt ça commence dans les écoles, et avec l’enseignement à mdg, c pas gagné d’avance.
Les mauriciens, eux, ils sont nettement moins intelligents et class que certains gasy et pourtant leur pays avance, parce que le gouvernement met du sien aussi et parce qu’ils ont une certaine fierté nationale.

mclient

, oh que si! enfin pas à mada mais ailleurs, on apprend aux écoliers à être curieux, à faire des expériences, à être attentif à ce qui les entoure.

Niomanina

@mclient,

Est-ce que cela signifie que les gens ne lavent pas leurs vêtements? ne font pas leurs vaisselles? ne se lavent pas? … pendant les crises 🙂

mclient

, non. le problème de la savonnerie tropicale, c’est la concurrence et surtout l’importation.




mclient

, malheureusement, tout le monde ne fait pas comme vous. au fait, nos industries devraient sensibiliser la population à acheter malagasy.

Afist

, allez prendre le taxi be et vous verrez que l’usage du savon est pratiquement inconnu

mclient

, c’est un indicateur qui signifie que notre économie va mal. très mal.

Niomanina

,

« Le monde irait beaucoup mieux s’il est interdit d’hériter »
Tout le monde part sur le même starting-block 🙂

mclient

, bah non. les parents bossent pour leurs rejetons. si l’héritage est interdit, personne n’irait bosser dur: ça ne servirait à rien 🙂




Niomanina

@mclient,

Bien sûr que c’est une société utopiste mais d’après Star Trek ce sera le cas en l’an 2500 🙂 et ça réglera beaucoup de problème de ce monde actuel. 🙂

Ce sera la seule façon de préserver la planète de la destruction des ressources.

Il y a beaucoup plus d’égalité
Les gens ne veulent plus accumulé des richesses
Il n’y a plus d’empire économique et de milliardaire au dessus des gouvernements
Celui ou celle qui devient riche l’est par ses efforts seuls et le mérite

Pour l’instant ça reste une science fiction mais il y avait quand même beaucoup de prévisions dans cette série culte qui se sont déjà réalisées.

Couple de Noir et blanc
Les smartphones, tablette, selfie
La vidéo et voix sur IP
L’imprimante 3D

Mandress

,

Amin’ny 2500 izany ve dia mbola ilana governemanta? Lasa « Totalitarian world. »
Ny isan’ny mponina malagasy dia ho eo amin’ny 350million (2500 AD) raha izao 2.86% izao ny fitombony isan-taona.
Raha mbola misy ny tsy fitovian-tsaranga vokatry ny tsy rariny dia tsy maintsy eo disadisa.
Rehefa mandroso be ny OGM dia mety ho marina fa rehefa teraka dia tena samy mitovy. Kanefa dia ahiko hoe impossible satria misy foana ny vintana sy ny indro kely amin’ny fiainana tsy ampitovy.
Tadidio, Kaina sy Abela mpirahalahy nifamono.
Startrek nareo izany mitovy amin’ilay paradisa very eo amin’ny relijiona, tsy misy mpanota, tsy misy mialona, tsy misy maty, tsy misy marary.
Ny fiainana izao aloha dia ny mifanohitra amin’izany antsoina hoe « dystopian world. »
Ny fikarohana ny hanjanahana planeta Mars sy ny hafa no mahamaika ny vazaha izao.

iarivo

Ah bon ?
Vous connaissez au moins le « développement durable » ?
Nous n’avons pas à attendre les années 2500 pour s’occuper de l’environnement, de la préservation de la planète et des richesses naturelles puisque le « développement durable » et autres RSE ont démarré au début des années 70 !!!
Et pour couronner le tout, il y a de plus en plus de millionnaires, de multi-millionnaires et mêmes de milliardaires dans le monde à chaque année, à chaque mois qui passe !!!

kof

,
« D’après la très controversée étude faite par une université britannique dirigée par le professeur Richard Flynn.
Nous malagasy sommes classé 23ème peuple le plus intelligent du monde (par moyenne du quotient intellectuel). Pourtant 177ème en PIB/habitant »

Conclusion de l’étude : le QI ne se mange pas… 🙂

Peut-on avoir plus d’infos que ça sur cette étude? lien ou autre…

Ianona

A ma connaissance il y a d’autres chocolateries à Mada, dont une à AMbohidratrimo, je ne me souviens pas du nom, mais elle produit aussi de très bons chocolats.




mclient

, ce n’est pas seulement une question de chiffre d’affaire. le gout du chocolat robert est nettement mieux que la concurrence locale.

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!