La crise sera longue, grave et dure

Alors, quelle mouche a piqué elman ?
Souvenir …

Je lis les publications sur les réseaux sociaux et ce que j’en lis c’est que les Malgaches semblent enfin comprendre que cette pandémie de la covid 19 n’est pas passagère, elle semble bien partie pour nous accompagner un bon moment dans nos vies.

Pour ma part, je l’ai compris immédiatement dès la mi-mars, dès le premier jour de notre confinement total ici en France. On ne met pas une puissance économique à l’arrêt comme cela sans qu’il n’y ait des motifs graves pour le justifier, et la covid19 en fait donc partie.

1 chance sur 100 de mourir

Parmi 100 personnes contaminées, l’une d’entre-elle ne s’en sortira pas. Une roulette russe insupportable, qui nécessite donc de mettre l’économie mondiale à l’arrêt. Puis une fois que les chiffres auront baissé, deconfiner tout le monde en tentant de relancer l’économie et de tenter de rattraper le temps perdu.

Mais dès que ça recommence à bouger trop rapidement, le virus se rappelle très vite à notre bon souvenir.

Je ne sais pas vous mais moi, ça me rappelle une voiture qui a des problèmes de refroidissement. Vous tirez dedans, la température du liquide grimpe dangereusement et dépasse très vite les 100°. Vous roulez modérément, la température se maintiendra modérément.

Et c’est un peu le message qu’on essaie de nous faire passer : modérez-vous, vos activités, votre prédation sur les ressources naturelles, votre appétence pour le profit, votre pollution permanente. Vous ne voulez en faire qu’à votre guise ? Alors il va falloir composer avec cet ennemi invisible.

Homo sapiens

L’homme s’est toujours adapté à son habitat, son environnement, ses contraintes. Mais là, avec cette covid 19, il va falloir sérieusement se réinventer et trouver d’autres modes de vie pour éviter que le liquide de refroidissement ne se remette à bouillir.

Et pour cela, il va falloir faire une grosse pause et profiter de ce moment pour revoir tout le circuit de refroidissement dans son intégralité. Les durites, le bocal, le thermostat, le radiateur, les sondes, la pompe à eau. Si on veut repartir sur des bases saines, il convient donc de changer pas mal d’éléments, qui ont peut-être bien marché jusqu’ici, mais qui finissent par montrer leur usure et donc leurs limites.

Et donc concrètement, dans la vraie vie ? Sans verser dans l’utopisme irréaliste, peut-être vraiment reconsidérer notre mode de vie ? Comme le liquide de refroidissement, la Terre est vraiment en surchauffe. Moins de pollution ? Moins de gaspillage ? Moins d’excès ? Je ne sais pas précisément mais le fait est là : il y a assurément des choses à changer.

Je ne parlerai même pas de cette mondialisation cupide et effrénée, toujours à la recherche de compétitivité et de rentabilité. Sur ce plan là, les esprits sensés commencent à réaliser qu’il ne serait peut-être pas stupide de consommer les pommes de terre du champs d’à côté plutôt que d’aller les acheter à l’autre bout du monde car moins chers ?

Donc voilà où nous en sommes aujourd’hui. Le momentum de cette covid 19 devrait donc nous inciter à nous poser, à réfléchir, à penser ou à inventer l’après covid. Pas forcément dans le sens de « profiter« , de « rebondir« , d' »exploiter« , mais plutôt dans le sens de « rationaliser » et de « mieux gérer« .

Moins de profits

Oui, mais une meilleure qualité de vie, tout en respectant notre environnement. Dans la chronique 0, je vous parlais de cette terre rouge et brûlée que nous laisserons à nos enfants.

Nous y sommes.

elman

elman

Digital Native Allez on y croit !

Souscrire
Me notifier des
guest
Le formulaire de commentaire recueille votre nom, email et contenu pour nous permettre de garder une trace des commentaires placés sur le site. Veuillez lire et accepter les conditions d'utilisation et la politique de confidentialité de notre site Web pour publier un commentaire.
18 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
mangableu

2020 est vraiment une année qui prête à réfléchir. Et il ne faut surtout pas attendre l’Etat pour agir (positivement) et faire changer les choses;

gerard

bonjour
« Moins de pollution ? Moins de gaspillage ? Moins d’excès ? »
oui, vu depuis la France ou il n’est pourtant pas certain que tout le monde mange à sa faim

mais peut on parler d’excès et de gaspillage généralisé à Mada ?

hors sujet, encore qu’il s’agisse aussi d’excès, des excès d’un fournisseur tout puissant qui ne croit pas nécessaire de mettre ses conditions générales de vente en accord avec ses propositions commerciales, j’ai proposé il y a peu une « tribune libre » concernant les CGV de Telma qui s’est perdue? ou bien a t’elle été censurée ??

kof

Ce n’est qu’une pause. Longue peut-être mais tout reprendra comme avant. L’homme n’a jamais renoncé au progrès, pour le meilleur et pour le pire. C’est dans sa nature. Si tant est que la covid-19 est le résultat d’une certaine course effrénée et irréfléchi au progrès. Sanitairement parlant, ce que nous vivons aujourd’hui n’est rien comparé à ce qu’ont vécu les premières communautés humaines qui se sont sédentarisées au néolithique et après. Avec l’élevage, la sédentarité et la promiscuité, beaucoup de pathogènes qui font encore des ravages aujourd’hui ont sauté de l’animal à l’homme. Des maladies comme la tuberculose ou la grippe. ça ne les a pas arrêté et heureusement pour nous aujourd’hui.

La covid-19 on ignore encore d’où ça vient. Mais la pandémie est devenue inévitable à cause du progrès, notamment en matière de déplacement. Avions, trains et voitures font que le virus se déplace à vitesse V. Si ça se trouve c’est une maladie très ancienne qui resurgit quelques fois par siècle ici et là mais qui s’éteint à chaque fois dans son coin toute seule faute de vecteur pour l’amener loin. Sauf que cette fois-ci le virus a trouvé tout ce qu’il lui faut pour faire le tour du monde rapidement. Du coup devons-nous renoncer aux avions, aux trains et aux voitures? Je ne crois pas non 🙂 . Bien sûr il faut tirer les leçons qu’on peut tirer mais c’est même pas sûr qu’il y en ait une. C’est juste le prix à payer du progrès. Il faut aller de l’avant. D’autres progrès en viendront à bout.

kof

Oui c’est ce qu’il faut. Là c’est sûr le virus ne passera pas à travers. A condition que la personne soit en contact avec le minimum de personnes en attendant le résultat. Au moins s’assurer que tous ses contacts soient traçables en cas de résultat positif.




mangableu

Et votre gardien aux mains vertes, comment il va en ce moment?

libertad

que les fanatiques arrêtent de se voiler la face, Rajoelina et son IEM ils n’ont servi pas a grande chôse et ne serviront pas a faire grand chose, c’était ni plus ni moins qu’une vaste supercherie pour accéder au pouvoir et de s’enrichir de plus en plus. Qu’il y a ce coronavirus ou pas, son IEM il n’est pas fait pour la population malagasy, et puis le problème ce n’est pas les « bonnes intentions » de l’IEM, c’est la personne qui se cache derrière, le DJ lui-même, on peut dire que le covid-19 est une situation réelle qui a permis de prouver sa capacité de diriger, son soi disant dynamisme et jeunesse, rien qu’en 4 mois il a fait ce qu’aucun dirigeant depuis 60ans n’a pu faire, il n’a aucun sens de la priorié mais un sens aigu du spectacle et du show

Ralek

Je ne parlerai même pas de cette mondialisation cupide et effrénée, toujours à la recherche de compétitivité et de rentabilité. 

Voilà, c’est vraiment une des choses que moi je ressentais avant crise Covid, que c’est un système très fragile, et que ça ne peut que nous mener droit dans le mur au moindre souci. Et surtout, hors propos écologiste et extrémiste, ça montre à quel point un pays qui n’a pas une grande productivité est un pays qui peut se retrouver à terre assez rapidement.
Quand j’ai quitté la région parisienne il y a 4 ans , je me suis tout de suite mis à la mode des locavore. Je privilégie toujours les circuits court.
Maintenant, revenons à notre cher pays.
Je me suis toujours posé la question, pourquoi nous ne sommes pas auto-suffisant? On a tout pour l’être, terre fertile et main d’oeuvre. Le fait d’être auto-suffisant et indépendant des autres est déjà un grand pas pour notre développement.

Modifié 1 mois plus tôt par Ralek




kof

Du coup on peut poser la question autrement : pourquoi les endémiques laissent une petite poignée faire la pluie et le beau temps sur leurs vies? Après tout, si j’étais de cette poignée ce n’est pas moi qui irais changer les choses.

Moi je dirais plutôt qu’on ne peut pas être autosuffisant quand ceux qui ont la chance d’avoir un travail salarié se contentent de travailler 35h/semaine dans un pays où on gagne 2$ et des poussières par jour. ça dénote bien d’une mentalité globale anti-travail ambiant. Pour prendre le cas français, le travailleur français travaillait 48h/semaine avant 1936. Et il a fallu attendre Jospin et une productivité conséquente pour arriver aux 35h. Et nous avec tout à faire et à construire on est déjà aux 35h lol . On est d’accord pour dire qu’au mieux le niveau de développement de Madagougou est celui de la France au 19ème siècle et encore.

Modifié 1 mois plus tôt par kof
Ralek

Je pense qu’il faudrait oublier le modèle français, voir occidental… Tellement la mentalité endémique est à l’opposé.
Je ne sais pas ce qui pourrait nous aller mais pas le modèle européen/occidental.

kof

Le chinois travaille encore plus dur que le français.

kof

Il n’y a pas de model français, occidental ou klingon. Il y a le modèle qui marche (on travaille bien et dur) et celui qui ne marche pas (moramora et mety eo foana io e). A vous de voir lequel suivre 🙂 .

Modifié 1 mois plus tôt par kof
Ralek

Bah, rien de nouveau sous le soleil, une question de profit pour une poignée quoi.




Do NOT follow this link or you will be banned from the site!