La densité de la population : la clé du coronavirus

L’avantage d’avoir connu très tôt l’épidémie en France permet d’avoir des retours d’expérience intéressants.

Et l’un de ces éléments clé s’appelle : densité de la population. Les premières observations ont permis de montrer que plus le nombre d’habitants au kilomètre carré était important, et plus les chiffres du coronavirus étaient élevés : plus de cas, plus de réanimations, plus de décès. A contrario, dans les régions rurales, moins de population, moins de circulation, les chiffres sont beaucoup moins explosifs.

Et pour Madagascar ?

Et tout ceci serait a priori une bonne nouvelle pour Madagascar. Évidemment, tout est relatif, il faut rester prudent. Mais le fait est qu’il y a beaucoup moins de circulation des populations chez nous. A priori, certains villages au fin fond de la brousse ne devraient jamais entendre parler de coronavirus. Enfin, sauf quand on voit ce qui est en train de se passer à Andohatapenaka évidemment.

La moins bonne nouvelle concerne donc les grandes villes, à forte densité de population. Et évidemment, Antananarivo en tête de gondole. Une population “mifanitsa kitro“, des gens entassés les uns sur les autres, qui se déplacent dans tous les sens, qui grouillent de partout : un formidable terrain de jeu pour le virus.

A fortiori, toutes les grandes villes sont donc concernées : Antananarivo, Antsirabe, Toamasina, Fianarantsoa, Antsiranana, Tulear, etc.

Et les premiers chiffres de ce début d’épidémie vont en ce sens : Antananarivo, le plus grand nombre de cas, avec notamment Isotry, quartier phare de la promiscuité, de la surpopulation.

100 000 cas en France

Ici, en France, pareil, c’est l’île de France qui concentre le plus grand nombre de cas. C’est surpeuplé, il y a beaucoup de circulation au quotidien, bref, là aussi un terrain de jeu idéal pour le covid19. En province, on enregistre des cas aussi bien entendu, mais bien en deçà de l’explosion des cas en région parisienne.

Mais dans tous les cas, même au fin fond de la brousse malagasy (et non pas malgache), la prudence s’impose. Nous l’avons vu, un seul cas peut engendrer des milliers d’autres, et très vite. La moitié de la planète est aujourd’hui en confinement, et c’est la seule “arme” dont nous disposons pour le moment pour freiner la propagation de cette chose. Le problème c’est que nous ne pourrons pas rester ad-vitam cloîtrés à la maison, à moins de revenir à l’âge de pierre.

Donc il est vraiment grand temps de trouver une solution : vaccin, chloroquine, bcg, anti-histaminique, ou que sais-je d’autre, messieurs les sachant et les chercheurs, il est temps de sortir un lapin de votre chapeau !

Je me rappelle comme si c’était hier des différents paliers que l’on a connu en France.. Les 100 cas.. puis 500… 1000.. 5000.. la barre des 10 000.

A cette heure, la barre des 100 000 cas est sans doute franchie.

Celle des 10 000 morts aussi, aujourd’hui ou demain.

elman

elman

Digital Native Allez on y croit !

Souscrire
Me notifier des
guest
Le formulaire de commentaire recueille votre nom, email et contenu pour nous permettre de garder une trace des commentaires placés sur le site. Veuillez lire et accepter les conditions d'utilisation et la politique de confidentialité de notre site Web pour publier un commentaire.
4 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
tsiky

Les gens n’ont pas conscience de la dangerosité du covid19. En plus le pouvoir rassure et explique que tout est maitrisé.

kof

La seule chose qui pourrait jouer en faveur du pays endémique c’est l’âge de sa population. Covid-19 tue évidemment dans toutes les classes d’âge mais beaucoup moins les jeunes et rarement les enfants.

Mais tout le reste joue contre Mada. A commencer par l’état de santé plus ou moins précaire de la population, même jeune, ainsi que la malnutrition. Car on sait hélas que c’est une maladie qui s’attaque surtout aux personnes affaiblies, par une maladie chronique, l’âge ou autre chose. En France, 30% des personnes décédées sont diabétiques par exemple. Ce qui est énorme vu le pourcentage de diabétiques dans la population générale.

C’est une maladie cruelle qui vient un peu faire le boulot de la sélection naturelle qui n’opère plus bien grâce aux avancées de la science et de la médecine en particulier.

Ianona

Le seul petit truc qui me rend optimiste est le traitement chloroquine + azithromycine pour soigner tout ces tarés. Au moins il marche même si ce n’est pas à 100% efficace.

Lucky Luke

C’est ingérable à Mada. Pas la peine de se voiler la face, même d’un masque, le coronavirus est là et se répand.

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!