La qualité de vie

La qualité de vie endémique

La nuit dernière, je me suis amusé à googler « qualité de vie » pour essayer de qualifier un peu plus ce concept que nous connaissons tous, et qui aura certainement autant de réponses que d’individus interrogés sur la question.

Et c’est tout à fait normal : selon l’étage où vous vous situez aujourd’hui sur notre célèbre pyramide de Maslov, votre perception de la qualité de vie sera totalement différente de celle de votre voisin. Si par exemple pour certains avoir une meilleure qualité de vie signifie avoir l’eau, l’électricité et la sécurité, pour d’autres, une meilleure qualité de vie serait par exemple de pouvoir évoluer dans un environnement social et culturel un peu plus sophistiqué. Pour d’autres ce serait tout simplement pouvoir profiter de la cellule familiale dans de bonnes conditions, être en bonne santé, etc. Bref, encore une fois, autant d’individus interrogés, autant de réponses possibles et imaginables.

Je ne vais donc pas me lancer dans une nouvelle dissertation philosophique sur le concept de bonheur, de richesse et de bien-être, encore une fois je vais être plutôt « terre à terre » pour ne pas parler dans le vide.

Ma vie en France par exemple. Oui, encore une fois, ça en devient lassant, j’ai l’eau et l’électricité 24/7/365. C’est tellement d’un banal que de prendre sa douche chaude tous les matins (et les soirs) que pas une seconde, on n’imagine que dans certains pays ça puisse être devenu un luxe suprême. Et les toilettes, on en parle ou c’est même pas la peine ?

On continue dans la série des biens d’équipements : après la douche, prendre le beurre, la confiture et le lait dans le frigo toujours plein. Faire chauffer le lait au micro-onde ou sur la gazinière, utiliser une bouilloire pour ceux qui prennent du thé, faire réchauffer le pain dans le four.

S’attabler tout en regardant les dernières infos à la télé, lancer la machine à laver, passer un petit coup d’aspirateur, prendre la voiture, le bus, le train, la trottinette … Et tout ça en toute sécurité, vous n’avez pas à penser à tout bout de champ qu’on vous attaquera, volera, violera, dépouillera.

Bref, une tranche de vie des plus banales ici en France, une vie que vivent des dizaines de millions de Français. A ce stade, la recherche d’une meilleure qualité de vie se situe plus dans la gymnastique de l’esprit, les derniers livres à lire, la culture, la musique, les expositions, les dernières innovations technologiques, les derniers films à voir au cinéma, etc.

Il y a encore 2 ans je vivais à Madagascar. Et encore une fois, nonobstant ceux qui me pensent déconnecté des réalités là-bas, je sais d’où je viens. Le réveil au matin sans eau je connais. Sans électricité non plus. La bouffe qui a pourri dans le frigo car sans électricité pendant 3 jours, je connais. Aller faire pipi et caguer dans la cabane au fond du jardin, j’ai expérimenté. La machine à laver HS, forcément, sans eau ni électricité ça va pas marcher comme dirait l’autre.

Donc un début de matinée qui commence assez mal, vous êtes déjà de méchante humeur. Puis en allant au garage, vous vous apercevez que la porte a été fracturée. La batterie de la voiture et l’autoradio envolées bien entendu. Estimez vous heureux que ce ne soit que ça, dès fois c’est le moteur de la voiture qui est parti. Pour certains actunautes c’est carrément la moto qui a sauté le tamboho.

Après avoir remis la voiture en état, hop vous allez emprunter des routes moyenâgeuses, avec plein de trous comme votre train avant les aime. Dans les embouteillages, vous avez largement le temps de penser aux réparations à prévoir sur la voiture : encore quelques centaines voire des millions ar en perspective. Arrivé au bureau, c’est rare que l’électricité et la connexion internet marchent en même temps. Sans oublier l’eau.

Donc où est la qualité de vie dans ce combat au quotidien ? Et évidemment, obligation d’avoir une santé de fer car le médical au pays endémique, c’est encore une autre paire de manches. Le gouvernement cherche des « cerveaux » patriotiques mais quand on a un quotidien apocalyptique comme cela, qui serait assez fou et prêt à sacrifier sa bonne qualité de vie pour revenir vivre dangereusement au far-west et au Moyen-âge ?

A part un profil atypique comme l’elman justement, non je ne vois pas 🙂

elman

elman

Digital Native Allez on y croit !

Souscrire
Me notifier des
guest
Le formulaire de commentaire recueille votre nom, email et contenu pour nous permettre de garder une trace des commentaires placés sur le site. Veuillez lire et accepter les conditions d'utilisation et la politique de confidentialité de notre site Web pour publier un commentaire.
45 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Banksybeat

Bonjour. Les jeunes non mais peut-etre les jeunes retraites qui veulent servir au pays. C’est la seule categorie que j’ai vue venir s’installer a Dago apres 2009.

mangableu

Na izaho aty koa aza dia manontany tena hoe raha hiverina any moa dia hanao inona? Marina fa « sarotra » ihany ny miaina an tanin’olona fa rehefa mandinika sy mahita ny zava-misy any Madagasikara aho dia aleoko alavitra « miaritra trefle » aty toy izay hiverina any.

Rafangy

raha izaho aloha dia tsotra ny valiteniko:mijanona any amin’izay misy anareo any fa ny eto aza efa mitady lalana dholo hivoahana ka ny efa any ve no hiverina indray! asa, afaka 10 taona any angamba mety azo hiverenana indray eto?

Middle

Izaho tsy jeune retraité fa nody en 2012, convaincu be tamin’izany saingy tsy poins e, trefle contré hatreto

Murray Anja

Izaho tena nierireritra lalina mihintsy alohan’ny odiana tamin’ny 2012. Mbola tanora sy feno patriotisme be tamin’izay. Sartotra amiko ny mi-admettre fa tena nanenina aho.

Coco

Le constat est fait depuis longtemps, depuis le putsch de 2009, nous l’avons tous vécu : tant que cette équipe de f*za soit-disant patriotes et révolutionnaires seront aux commandes, ce cadre de vie, cet environnement malsain, cette « non-qualité » de vie évolueront dans le sens négatif. Cela ira en s’empirant car ce que vous décrivez, Elman, sont des conséquences, des effets, des impacts, des fuits ( cas français), des séquelles ( cas gasy ). Que ce soit la qualité de vie française / système de liberté, bonne gouvernance, contrôle et lutte contre la corruption, etc. ou que ce soit la précarité de la vie gasy / mauvaise gouvernance, prédation et corruption dans tous les domaines, abus de puissance publique, etc. cette causalité systémique exige que pour changer ce cadre, cet environnement, ce contexte il nous faut changer de … gouvernants, de leaders, de dirigeants, de décideurs. Sinon, continuons nos lubies de velirano. Tout simplement, dégager cette engeance de tgv-mapar-armada-ird-irk-que-sais-je-encore ? Car c’est de là que provient le mal : il ne faut pas se leurrer en confondant la cause et les effets, en continuant à se raconter des histoires de lendemains de velirano que nous savons tous n’être que des leurres.
J’ai toujours été étonné par ceux qui disent  » laissez-les travailler, ils ont été élus, leur mandat est de 5 ans, revendiquons plutôt pour une amélioration de la qualité de vie  » . Pour moi, cela revient à dire « discutons avec nos voleurs, trouvons un consensus avec nos bourreaux, marchandons avec les escrocs, esperons que nos prédateurs vont changer, qu’ils vont essayer de réaliser leurs promesses » ! Je n’ai jzmais compris cette posture de déni de la réalité qui est adoptée par la majorité des gasy actuels : comment croire que ces gens-là avec tout ce qu’ils ont montré comme nuisance et arrogance depuis 2009 puissent encore être conçus dans l’esprit des gasy comme acteurs potentiels d’une « amélioration » … qu’il s’agisse de qualité de vie ou d’un simple tronçon de route à réparer ?
Prenons juste les exemples récents : ne pas savoir distribuer des primes de fin d’année, ne pas savoir organiser les examens du bac, anti-dater et falsifier des documents officiels par manque d’argument, persister à nommer des faussaires de diplômes, frauder avec violences dans toutes les élections, réprimer avec violence toute vélléité d’opposition, … etc. Déjà même cette volonté de changer de nom et de titre tous les semestres ( tgv, mapar, armada, irk, ird, ) montrent une inconstance et une immaturité relevant de la psychanalyse, à mon avis. Et le bouquet : ils s’attendent à ce que des  » cerveaux » viennent maintenant à leur aide, c’est sur…-ubuesque . Croire que quelqu’un de sensé viendrait travailler avec eux, c’est avoir un sens très développé de l’humour noir.




carole

Izahay aty fa tsy hiara-miasa aminy ka. Je croyais que l’équipe et l’argent étaient déjà prêts, avant l’élection même…tsss!

Il faut bien s’organiser pour avoir cette qualité de vie ici: trouver un job qui permet de se payer un bon quartier et de bien s’alimenter. Il y a des quartiers qui n’ont aucun problème avec l’eau et l’électricité, idem pour la sécurité. Mais cette dernière relève de la loterie quand même car les karana kidnappés vivent dans des forteresses. Prochain business à Mada: transformation des voitures pour les blinder, lol

yoko

Pour votre info, il y a 16 000 expatriés Français dans ce pays ( chiffre en baisse constante, ils étaient 19 000 il y a quelques années ) : ce sont donc des Elman inversés. Sujet jamais abordé sur ce forum , à tort à mon avis ( en Afrique, le sujet d’observation le plus intéressant, c’est le Blanc, précisément par ce qu’il est une pièce rapportée et non endémique ). Un livre leur a été consacré ( « rade terminus » de Nicolas Fargeau dont je conseille impérativement la lecture : on y débine aussi bien les Malgaches que les Vazahas ).

Une étude sociologique devrait être effectuée sur cette population, et je n’ai pas la place ni le temps de le faire : comment en effet accepter de choisir un pays aussi déglingué en lieu et place du confort du mode de vie à l’occidental ? Je ne suis pas d’accord avec Fargeau et la phrase-culte de son livre ( « nous avons tous de mauvaises raisons d’être là » ) ; en schématisant, il y a plusieurs cohortes :
– ceux qui ont de bonne raisons d’être là ( expatriés professionnels, investisseurs, mariage dans le pays, ce qui est mon cas etc… )
– ceux à qui le biotope convient ( notamment ceux qui aiment la mer, pêche au gros, navigation de plaisance, ou amateurs du 4×4, devenus presque impraticables en Europe ou hors de prix );
– anciens d’Afrique ( beaucoup de Français qui ont passé 30 ou 40 ans en Afrique ne peuvent plus s’habituer au mode vie européen et choisissent souvent Mada pour leur retraite );
– ceux qui n’ont plus les moyens d’être ailleurs : cette catégorie est en voie d’apparition et n’avait pas été listée par Fargeau dans son livre qui date d’une quinzaine d’années. Il y a de véritables cas sociaux chez les vazahas, qui choisissent ce pays dans lequel il sont moins dévalorisés ( à 1000 € par mois, on gagne l’équivalent d’un député, on peut même se payer une femme de ménage ). Au pays des aveugles, les borgnes ne sont-ils pas rois ?
– ceux qui ont des mauvaises raisons d’être là : repris de justice, faillis, surendettés, pédophiles et j’en passe… Mada avec son laxisme à tous les étages est leur terrain d’élection ( si vous passez vos vacances dans les régions côtières, vous en croiserez sûrement : changez de trottoirs, surtout si on vous propose un terrain « titré / borné » ).

Coco

Comme quoi, il faut relativiser les choses … quand j’entends « il nous faudrait des chefs vazaha » de l’avis de presque tous ici, je me demande d’où vient cette naïveté de croire que vazaha = chef

Middle

vous connaissez des gasy, qui dans la vie quotidienne, appellent leurs supérieurs « lehibe »? Le mot « chef » est profondément ancré dans la culture qu’un trouffion de 2eme classe exigera le terme « chef » face a des gens qui constituent la majorité: à savoir des ruraux ou des ruraux urbanisés. Donc Vazaha = chef. Le plus beau logement et surtout les canons du coin (qui y vont volontiers)




Rafangy

un jour, nous avons été à la prison d’ambatolampy, arrivés devant le portail; nous avons demande au groupe de gardes penitentiaires (dont l’epaulette comporte 2 barrettes) devant qui est le chef, alors un des gardes a répondu: nous sommes tous chefs! ben, nous avons detourné la tête pour qu’ils ne nous voient pas ricaner;

zainjafy

J’aimerais que elman énumère quelques choses de positif à Madagascar

R.V

Il suffit de faire un copier-coller des articles de papyzano, il ne voit que des choses positives !

Debile Profond 2.1.5 ™

Toute chose a son contraire, donc si il y a quelque chose de négatif il y a forcément son côté positif aussi … 😛




mpijery

La physique quantique peut-être: on est à la fois pauvre et riche 😛
On est déjà infiniment petit

Debile Profond 2.1.5 ™

On est déjà infiniment petit

Des nanos cerveaux patriotiques a recruter donc, car il n’y a que les petits cerveaux qui peuvent être convaincus par l’IEM … 😛

Miserana

On a déjà des bra-guket non?

Je Comprends Pas Et...

La physique quantique peut-être: on est à la fois pauvre et riche
On est déjà infiniment petit

Joli !

Coco

Tout le monde, y compris Elman, le souhaite ! Mais dites-vous bien Zainjafy que rien de bon n’a encore émergé jusqu’ici depuis ce régime de Anr. Le semblant de positif a été initié par Rajao.

Rafangy

et pourquoi il n’y a plus de « et où sommes-nous? »




SRA

Je dirais dans la montée de Nanisana vers Ampasapito.

Rafangy

je crois que la cagnotte de 1000 € de elman sont encore là….

Ralek

La météo en haut à droite?

Ralek

Je dirais la montée de la route circulaire vers Ampahibe, pas loin de cité planton.
Tout en haut, le camp militaire R.A.S et la Min.De




angady

la qualité de vie peut aussi être avoir du personnel à la maison pour faire la bouffe, le nettoyage, le marché, garder les gosses, la lessive, le repassage, les réparations à la maison et avoir du temps pour soi, pour les loisirs. au pays endémique, tu peux avoir ça.

amatchi

il y a une chose dont personne ne parle et qui pour moi, à Tananarive, n’a pas de prix: le climat, pas besoin de regarder la météo, tous les jours ciel bleu au réveil, pluie à heure fixe et certains mois de l’année, et j’en oublie! si vous transportiez ce climat dans mon pays basque, je crois que je repartirai,

amatchi

je prendrai celle du pays basque et je laisserai à Tana celle de Tana, Monsieur Rabat Joie!

mpijery

Je vais être encore plus rabat-joie; vous ne pourrez jamais transporter le climat 😛




amatchi

non, réaliste mais on peut rêver, d’autant que c’est gratuit

mpijery

ou encore, monsieur va finir par se faire la bonne, ou madame avec le gardien, les possibilités sont infinies 😛

Tojo

Notre qualité de vie est simple :
pas de télé ni écrans pour les enfants la semaine sauf 1h ou 1h30 le Samedi ou Dimanche (DVD), pas d’intérnet à la maison , pas de produits ni plats transformés au repas toujours du fait maison (j’ai cuisiné deux loaka pour demain soir et Mercredi midi ce soir : saosisy sy anandrano et poulet champignons, poulet acheté à la ferme), plus de sucre blanc à la maison depuis 5 ans, fruits et légumes à volonté, pas de yaourt fruité transformé mais yaourt fait maison, pas de boissons gazeuses sucrées non plus, pas de gâteaux au goûter mais fruits /pain et carré de chocolat ou bout de fromage pour les enfants, pour les bières on achète aux brasseurs locaux (biosarde, bellifontaine, la chuche) qui font beaucoup mieux que les grands groupes, laisser les enfants s’ennuyer et les inonder de livres, ballades en forêt le Samedi après midi ou Dimanche matin,seance de méditation, yoga ou massage à côté de la cheminée le Dimanche après midi.
Voilà ce qu’on a instauré à la maison depuis quelques années et ça marche bien et sans mpanampy svp.
La qualité de vie passé plutôt par une bonne santé et une bonne hygiène de vie de nos jours.

Bien sûr, le minimum y est :eau, électricité, sécurité, transport.
Mais j’avoue que cette qualité de vie je ne sais pas si je l’aurais eu en étant resté à Mada. Ou en étant célibataire et vivant seul any ambanivohitra mais pas à Tana.




Tojo

La lecture est primordiale pour les enfants de nos jours. Un livre peut vous transporter partout si vous êtes un passionné.
En faire un métier avec les écrans est autre chose d’ailleurs aucun domaine n’y échappe maintenant mais faire passer leur temps devant less écrans aux enfants je dis niet alors qu’il y a tellement de choses à faire.
Je suis tombé sur cet article il y a quelques temps. Quelques jours après j’ai flippé quand j’ai vu un enfant sachant à peine marcher faire un geste de zoom avec ses doigts sur un livre dans une salle d’attente.

mobile.francetvinfo.fr/sciences/high-tech/bill-gates-steve-jobs-quand-les-patrons-de-la-silicon-valley-interdisent-les-portables-et-les-reseaux-a-leurs-enfants_2514445.amp

Tojo

@ Elman,
Tout à fait, et c’est à peine 1 ou 2% des enfants qui ont ces gadgets qui ont cet esprit curieux, bricoleur. Le reste reste avachi et légumineux devant les écrans.
Souvent les parents mettent les écrans pour être tranquilles et pour ne pas entendre les enfants.
Et les récentes études sont assez inquiétantes.

https://www.bfmtv.com/sante/une-etude-fait-le-lien-entre-exposition-des-enfants-aux-ecrans-et-troubles-du-langage-1839757.html

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!