Le Malgache ferme sa gueule quand il a du travail et du riz

Et on en fait quoi de tous ces gens ?

Gné ? Encore une chronique bien provocatrice sur les bords ?

Euh non même pas. C’est du vécu tout simplement, parmi les petites gens. Quand il y a du “kandra” journalier qui lui permettra d’acheter son riz au quotidien, ça y est, pour le Malgache ses besoins physiologiques sont assouvis, il peut passer à l’étage suivante de la pyramide.

Entendons-nous bien : Madagascar c’est pas tout à fait comme ailleurs. C’est à plus de 80% des paysans, rares sont ceux qui ont une vie “normale“, à savoir aller à l’école, des études supérieures, diplômes, travail, vie sociale, etc.

Donc je le répète, pour 80% et plus, c’est un petit job journalier informel, acheter quelques kapoaka de riz avec, zay, vita.

Vous comprenez maintenant ce PIB annuel d’à peine 500€ par tête de pipe dans ce pays. Et encore, ce chiffre est certainement biaisé car ce sont donc .. les 20% qui y contribuent réellement. Qui sont formels, qui créent de la valeur ajoutée, dans les services, l’industrie (un grand mot), les business formels, etc.

Intuitivement, pour augmenter la richesse nationale, on sent donc qu’il n’y a pas 36 millions d’options. La vraie richesse réside … dans la main d’oeuvre qualifiée. Les diplômés doivent être chouchoutés et l’Etat doit se débrouiller pour les valoriser, se débrouiller pour qu’ils aient un travail qui correspond à leur formation. Ou les remettre à niveau dans le cadre d’une formation continue si nécessaire.

Le pays est grand, c’est pas les idées de business et d’activités qui manquent. Ce qui manque, c’est plutôt l’imagination au pouvoir, la créativité, l’audace, le culot…

Je regardais cette interview sur TV5 de ce “Caviar de Madagascar”.. C’est exactement ça : de l’imagination, de la créativité et de l’audace. Des gens qui au départ n’en savaient pas plus sur le caviar que vous ou moi, mais qui ont appris sur le tas, ont expérimenté, se sont… caviardé, mais se sont entêtés et résultat des courses ?

300 emplois créés directement et on ne parle même pas des emplois indirects et des retombées socio-économiques locales que tout ceci implique..

Et des vazaha bien évidemment derrière ce projet fou.

Donc que fait l’Etat ? Son rôle est justement de mettre en place les conditions pour que des projets comme ça, il y en ait des centaines qui .. émergent (beurk). Des milliers même. Et ce, dans plein de secteurs différents.

En lieu et place, bah rien. On importe des bateaux de PPN et on construit donc des téléphériques en s’endettant de 150 millions d’€.

Avec une telle politique, les 80% n’ont hélas pas fini de manger leur kilo de riz tous les jours. Et avec la démographie, le PIB par habitant, même biaisé, ne cessera de baisser.

Subscribe
Me notifier des
guest
9 Commentaires
plus anciens
plus récents plus de votes
Inline Feedbacks
View all comments
idefix
idefix
4 mois plus tôt

L’idiot en chef est fière de montrer son nouveau Iphone à la populace 😛

idefix
idefix
En réponse à  elman
4 mois plus tôt

L’ iphone 13 mini et le 13 standard n’ont que 2 objectifs 🙂

Rakoto
Rakoto
En réponse à  elman
4 mois plus tôt

Je pense que l’iphone est avec une autre personne derrière. Lui il tient un micro.

Rafangy
Rafangy
4 mois plus tôt

“En lieu et place, bah rien…”
si , l’Etat presse de telles entreprises jusqu’à ce qu’il n’en sorte plus rien! voyez comment l’Etat agit avec le secteur tourisme avec ces prets à taux zero pour payer leurs impots




angady
angady
4 mois plus tôt

force est de constater qu’on dans un monde à deux (voire plus) vitesses. d’un côté, on a le monde qui a suivi la vague de la formalisation: éducation de base, enseignement supérieur, diplômé, travail régulier ou entrepreneur, paie des impôts, fonde une famille, accumule des biens et accessoirement sauve un peu d’argent pour ses vieux jours.
et puis on a la majeure partie de la population, payé au lance-pierre, vit au jour le jour, fait beaucoup d’enfants à gauche et à droite (je ne veux pas généraliser, mais ce n’est pas rare non plus), bref une société non-structurée qui passe sous le radar du fisc et de bien des statistiques économiques, politiques, de santé publique, et d’autres termes en “-ique”.
personnellement, j’observe comment la société formelle se déstructure au fil des ans et je vois mal comment on pourrait renverser la tendance puisque déjà, l’éducation a perdu beaucoup de sa valeur, la production locale tend vers zéro, de même que les maigres exportations qui datent d’avant l’indépendance.
et puis, il y a les 2 plus gros maux qui gangrènent le pays depuis trop longtemps: l’insécurité et la corruption. si seulement, on se concentrait nos efforts sur ça, on pourrait espérer au moins vivre en paix, même pauvres, on s’enfout.

Fil info

Commentaires

Voir d'autres articles