Le patron de la division mobilité d’Intel fait les frais du retard de la firme sur le marché des terminaux nomades

Anand Chandrasekher présentant le smartphone propulsé par Intel Atom Medfield

Pour certains observateurs, c’est juste une démission comme tant d’autres tandis que pour les autres, ce départ du numéro un de la division mobilité du fondeur de Santa Clara est la conséquence directe du retard considérable d’Intel sur le marché de la mobilité.

De manière officielle, Anand Chandrasekher a démissionné de son poste de Directeur de la division Ultra Mobility Group de la maison Intel et ce, afin de poursuivre d’autres intérêts. En faisant le rapprochement avec d’autres évènements, on serait plutôt amené à croire que ce départ précipité du patron de la branche mobilité n’est pas uniquement lié à des intérêts personnels. En effet, jusqu’à l’heure actuelle, les processeurs estampés de la marque Intel taillés sur mesure pour les terminaux nomades sont uniquement restreints aux annonces et à la présentation de solutions prototypes, supposées être fonctionnelles. Dans ce contexte, les CPU embarqués de la firme de Santa Clara sont pour le moment battus à plat de couture par les puces basées sur l’architecture ARM, un marché sur lequel les Qualcomm, Texas Instruments, Samsung et Nvidia règnent en maître. On se souvient également des propos du numéro un de la filiale française qui avançait, avec une assurance certaine, que les puces Atom dédiées aux smartphones et autres tablettes tactiles arriveront durant cette année 2011 mais pour le moment, il n’en est rien.

Suite à la démission du patron de la division UMG, ce sont Dave Whalen et Mike Bell, tous deux co-Présidents du pôle Architecture: Intel Architecture Group, qui assureront l’intérim. Pour rappel, cette branche est chargée de mettre au point l’architecture x86 répondant aux exigences de la mobilité et permettant à la gamme Atom d’être embarquée sur les solutions nomades. Si le départ d’Anand Chandrasekher résulte réellement de la difficulté de la maison Intel à investir le marché des terminaux nomades, on se demande pourquoi les responsables de la division architecture ne seraient pas concernés par les « sanctions » puisque c’est cette branche qui a mis au point Moorestown, une architecture ayant connu un flop total et qui travaille sur Medfield, annoncée comme étant optimale pour les solutions mobiles. Le DG de la structure IAG se veut cependant être rassurant en affirmant que la firme est entrain de finaliser le projet Medfield et que cette année 2011 verra assurément la sortie du premier terminal propulsé par les processeurs Atom basés sur cette architecture.

Pour l’heure, quelques tablettes tactiles reposent sur le couple Intel Atom Windows 7 mais ces solutions sont loin d’être convaincantes et de ce fait, ne rivaliseront jamais avec les modèles ARM/ OS optimisés pour dispositifs nomades. Si Intel tarde à rentrer sur ce marché, son retard sera difficilement rattrapable même si le PDG du fondeur de Santa Clara affirme que la course vers la mobilité relève plutôt d’un marathon qu’un sprint.

elman

Digital Native Allez on y croit !

Poster un Commentaire

avatar
  Subscribe  
Me notifier des
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!