Le plus dur n’est pas d’arriver au sommet

Se sont-ils réellement préparés à exercer le pouvoir ?

Le plus dur n’est pas d’arriver au sommet. Mais d’y rester. Et à de rares exceptions près, en politique, c’est très précisément le problème à Madagascar : on est très fort pour prendre le pouvoir et arriver ainsi au sommet, par tous les moyens : putsch, élections… Mais une fois qu’on y est, on se retrouve Gros Jean comme devant, on ne sait plus trop quoi faire.

Cela s’appelle simplement se préparer à exercer le pouvoir. Se préparer ce n’est pas simplement pondre à la va vite un programme « Je vais faire ceci je vais faire cela tompokolahy sy tompokovavy« , se préparer c’est porter bien en amont une réflexion profonde sur la manière d’exercer le pouvoir, une fois que l’on sera effectivement amené à l’exercer.

Tous ces pseudos politiciens endémiques savent-ils au moins ce que le mot politique veut dire ? Non ce n’est pas seulement vola, v*dy et voninahitra, la politique, dans son sens plus large, celui de civilité ou Politikos, désigne ce qui est relatif à l’organisation et à l’exercice du pouvoir dans une société organisée.

Ça c’était la définition la plus simple. Mais ça va encore beaucoup plus loin que ça, il y a même des (grandes) écoles qui vous préparent à ça, qui vous apprennent à devenir un politicien, à prendre le pouvoir … et surtout à l’exercer correctement, au bénéfice de la communauté et non pour l’intérêt supérieur de votre ration dans votre gamelle.

Avons-nous toute cette réflexion, toute cette démarche intellectuelle à Madagascar ? Vous connaissez malheureusement la réponse.

Exercer le pouvoir, on l’a vu, ça se prépare et ça s’apprend. Il y a de la littérature fournie qui en parle, depuis les temps anciens (grecs notamment) jusqu’à nos jours. Différents courants de pensée peuvent exister bien entendu et c’est tant mieux, cela évite la pensée unique dont on a vu les dégâts au cours de l’Histoire. Et bien entendu, il n’existe pas non plus d’exercice parfait du pouvoir, cela se saurait. Par ailleurs, ce qui était valable à un temps T, à un moment, pourra ne plus l’être quelques années plus tard.

Comme on le voit, tout ceci se prépare, longuement, soigneusement. Et tout ceci ne laisse donc aucune place à l’improvisation, comme on le voit aujourd’hui au pays endémique. Bien entendu, il y a encore encore beaucoup à dire sur ce sujet de l’exercice du pouvoir, nous aurons largement le temps d’y revenir … d’ici 2023 🙂

elman

elman

Digital Native Allez on y croit !

Souscrire
Me notifier des
guest
Le formulaire de commentaire recueille votre nom, email et contenu pour nous permettre de garder une trace des commentaires placés sur le site. Veuillez lire et accepter les conditions d'utilisation et la politique de confidentialité de notre site Web pour publier un commentaire.
23 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Li Va

L’important, c’est aussi de préparer les hommes et les femmes qui vont exercer le pouvoir. Leur resilience, leur culture générale, leur résistance à la facilité et aux diverses tentations, leur intégrité, leur puissance de travail et de production… car le résultat obtenu sera à leur image. Dirigeants de m…, pays de m… Dirigeants vertueux, pays béni.
Et de préparer les équipes car ce n’est pas l’affaire d’un dirigeant, aussi éclairé soit-il

Li Va

Heureusement qu’il y a un peu plus de 25 millions d’enfants de Madagascar de par le monde. (chiffres insee et forim)

Claude

Désolé, c’est hors-sujet :
SVP, pourriez-vous nous dire depuis quand les épouses des Chefs d’Etats doivent être nommées SE Mme Trucmuch épouse de SE Mr Trucmuchduq, Président de la République de Pangalapiinana ?
Merci

Ravelo

Aucun? Non. Ce serait trop reducteur.




zainjafy

Le plus dur n’est pas d’arriver au sommet. Mais d’y rester.
Hery était donc très fort

mpijery

Contrairement au père de la démocratie, il a terminé son mandat, enfin presque 🙂 il manquait 3 mois

zainjafy

il a terminé son mandat. Pour les 8%, il voulait encore manger, la bouche pleine

Soso

On revient toujours au point initial: l’éducation. C’est encore très loin de penser à fonder une grande école pour se former à la politique. Pour aujourd’hui, si on arrive à éduquer correctement nos enfants, c’est déjà un très bon début. Et ce n’est seulement pas à l’école mais partout: chez soi, dans la rue, partout….

J’entends par éduquer: lire, écrire, parler, se comporter correctement afin de pouvoir discerner et prendre du recul. Bref niveau bac globalement.

Est-ce que nos dirigeants ont déjà le bac? (mode provoc)




Soso

Oui, on est d’accord sur ce point 🙂

zafimbaza

Pour diriger un pays , je pense qu’il faut avoir un caractère dur , intransigeant et pouvoir montrer sa colère. La gentillesse , ça ne paie pas . Mais attention : il y a le vrai méchant et le faux gentil .

Soso

Vous habitez peut-être en Corée du Nord, zafimbaza?

Ianona

sévère angamba tianao tenenina fa tsy méchant.

Ny tena ilaintsika olona tsy miblague, qui n’a qu’une parole et qui est là pour bosser pas pour faire du blabla.




Njaka

La photo elle même en dit long sur les intentions et les caractères des deux hommes.

Njaka

Celui à gauche ressemble au premier de la classe, bonne posture et document en main. Serein (ou anxieux?)
Celui à droite se la joue cool, l’air impatient et se contentera d’une oreillette. Nul besoin de document, prêt à tricher à l’exam.

babakaty

Et l’Histoire nous dira que vous avez vu juste.

feng.chou

Celui à droite sur la photo, les jambes bien écartées, veut-il faire croire quelque chose ?

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!