Les premières difficultés à venir pour Andry Rajoelina

Après une première semaine de gouvernance menée tambour battant par Andry Rajoelina et Christian Ntsay, avec notamment la constitution de son gouvernement à peu près dans les délais annoncés, de nouvelles difficultés pointent déjà leur nez à l’horizon

Le législatif

L’élection présidentielle l’a totalement occulté mais la deadline est inéluctable. De quoi donc ? De la fin des mandats des députés, une fin programmée pour ce 5 février 2019, dans une dizaine de jours donc. Or sans assemblée nationale, aucun vote de projets de Loi. Ce qui s’annonce catastrophique pour la mise en oeuvre de l’IEM, dont l’ambition nécessitera obligatoirement de passer par la case Assemblée nationale.

Or il n’y aura pas de législatives avant au minimum un trimestre donc on fait quoi en attendant ? On cogitera sur l’IEM mais on sera dans l’impossibilité de la mettre en oeuvre.

Andry Rajoelina tente déjà une action de dernière minute en convoquant, via le premier Conseil des Ministres, l’Assemblee nationale actuelle dans une ultime session extraordinaire et ce, pour faire passer un unique projet de Loi : celui déléguant le pouvoir de légiférer au président de la République.

Avant de paniquer, sachons raison garder : c’est temporaire, jusqu’à la mise en place de la nouvelle Assemblée nationale. Mais soyons lucide aussi : cela veut dire plein pouvoir de facto à Andry Rajoelina.

Les députés Mapar étant majoritaires à l’Assemblee nationale, ce projet de Loi devrait donc passer comme une lettre à la Poste. La vraie interrogation étant plutôt « avec ou sans besoin de mallettes« , certaines Institutions étant très réputées pour leur appétence sonnante et trébuchante. Ça en est où l’affaire du Paon d’or d’ailleurs.

Le nerf de la guerre

Corrélé au point précédent, le nerf de la guerre : l’argent, le pognon, le flouze, l’oseille. Le truc vital sans lequel l’IEM ne sera et ne restera qu’une vue de l’esprit. Une coquille vide.

Une Loi des finances 2019 a déjà été votée en fin d’année dernière. Mais ne nous leurrons pas, ce budget n’est qu’un pourboire dans l’immense océan de projets qu’est l’IEM d’Andry Rajoelina. Au fait son initiateur a-t-songé à chiffrer cette vision ? 50 milliards de dollars ? 100 ? 500 ? 1000 ?

Donc ce n’est pas avec le misérable budget de l’Etat malagasy habituel qu’il arrivera à faire émerger quoi que ce soit. Oui oui l’érection des buildings à Miami, si vous voulez.

Quoi qu’il en soit, une rectification de cette Loi des finances 2019 devra elle aussi passer par .. la case Assemblée nationale.

Cei étant posé, il reste quand même à savoir où est-ce qu’il dégotera ce pognon de dingue.

Fin de la première semaine de gouvernance, le temps passe tellement vite, nous partons déjà sur la deuxième semaine. Tic tac, tic tac.

Partager l'article
elman

Digital Native Allez on y croit !

29
Poster un Commentaire

avatar
  Subscribe  
Me notifier des
Raitra
Invité
Raitra

Bien que le pouvoir de légiférer octroyé au prm pourrait être dangereux, je suis dans une démarche de cohérence car comme moi, beaucoup accepte et/ou réclame une certaine dictature comme on en a déjà beaucoup discuté dans ce forum en se souvenant de son efficacité sous ra8. Eh benn je crois qu’on va l’avoir cette dictature et espérons qu’il va l’utiliser à bon escient

angelikademada
Membre

Et le 49.3 s’il n’existe pas encore à Madagascar il suffit de le mettre en place et on n’aura plus besoin de ces députés qui mangent à tous les râteliers.

kof
Membre

Mais renseignez-vous avant de dire n’importe quoi. Le 49.3 n’est pas un dispositif anti-parlementaire. C’est un dispositif anti-blocage. Anti-conneries. L’utilisation du 49.3 se conclut obligatoire par le vote d’une motion de censure (c’est pas gratuit). L’esprit du dispositif est donc pour un PM de dire : « ma majorité ne me suis pas sur ce projet de loi que j’estime essentiel. J’adopte donc moi-même mon projet de loi en invoquant l’article 49.3 de la constitution mais dans la foulée j’engage ma responsabilité par un vote à l’AN pour savoir si oui ou non je reste PM. Si le vote est oui, les députés frondeurs de ma majorité sont domptés et les choses rentrent dans l’ordre. Si c’est non, ma loi est passée quand-même mais je démissionne et le président se retrouve de facto sans majorité à l’AN. Il n’a donc d’autres choix que de dissoudre l’AN et de convoquer une élection législative anticipée. » Remarquez au passage que les députés rebelles ont donc perdu leur boulot. C’est un dispositif démocratique et institutionnel puissant qui dit : « arrêtez vos conneries. Président, PM, députés : vous êtes des adultes. A partir de maintenant la moindre de vos décisions se paie cash avant que j’en aie fini avec vous. Fini de jouer. « .

Vous croyez que nos babakoto de tsimbazaza, de Mahazoarivo et de Iavoloha sont assez grands pour jouer à ce genre de jeu ? 🙂

snip
Membre
snip

Macron a fait exactement la meme chose des son entree au pouvoir avec la loi sur le travail.
Si in veut avancer, cette loi est la seule et unique voie. Proceder par decret peut etre legitime si c’est des lois qui entre dans le cadre de ses projets legitimé par les urnes.

kof
Membre

Macron a fait exactement la meme chose des son entree au pouvoir avec la loi sur le travail.

Rien à voir. Valls (et non Macron), alors PM, a utilisé le 49.3 pour faire passer la loi travail de Myriam El Khomri (toujours pas Macron), alors ministre du travail, face à la fronde de certains députés socialistes prêts à voter contre la loi.

Ici le président veut avoir la possibilité de légiférer en attendant la prochaine législature. Ce qui est légitime. Ce qui le serait moins, ça serait qu’il en abuse. Mais c’est un autre problème qui est encore hypothétique.

snip
Membre
snip

Non. Macron a fait passer une loi d’habilitation … pour son loi de travail

snip
Membre
snip
kof
Membre

C’est bon c’est bon, calmez vous ! Je viens de dire que ça me revenait 🙂 .

Bien que le contexte soit quelque peu différent de celui de Rajoelina actuellement. Macron avait ses ordonnances prêtes, sa majorité connaissait leur contenu avant de lui donner le pouvoir de légiférer. Macron n’allait pas légiférer sur rien d’autre. C’était cartes sur table. Du très précis et du très spécifique. Pour ANR, bien malin celui qui sait quelles lois il va promulguer avec ce pouvoir.

snip
Membre
snip

Mon soucis c’est : comment va t il faire passer ca au senat ? Malette?

kof
Membre

Mais qu’est-ce que vous avez tous avec le sénat ? Le sénat ne vote pas les lois. Il n’a qu’un pouvoir consultatif. Il peut compliquer l’adoption d’une loi en votant contre mais le dernier mot revient toujours aux députés. Normal. Vous avez voté pour un sénateur vous ? Non. Pour un député oui. C’est donc lui qui a le vrai pouvoir avec celui qui a gagné le suffrage universel : le PRM.




kof
Membre

Ça me désole d’ailleurs d’être en phase avec ANR sur ce point mais c’est vrai que le sénat ne sert à rien dans le cas malgache. Il faut vraiment le supprimer et vivre avec un parlement monocaméral.

Inglewood
Membre

Très bonne chronique.

Rakotomangamijoro
Invité
Rakotomangamijoro

Ça c’est la première difficulté. L’autre problème qui va venir et qu’il [tgv] ne devrait pas oublier c’est que son gouvernement est majoritairement merina. Or c’est qui qui a voté plus pour tgv? Personnellement, je me fous des origines ethniques mais on sait que beaucoup pense encore à Madagascar.

Jojo
Invité
Jojo

Tic tac… cdou! Il va falloir un miracle pour rattraper 58ans de retard en 05 ans. Izay teneniko tsy maintsy tanterahiko, miaino anao ny vahoaka malagasy Andry RAJOELINA

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!