Les smartphones sous Android collectent également des données personnelles

Le respect de la vie privée des utilisateurs de terminaux nomades fait toujours débat

Après le système embarqué de la marque à la pomme qui a défrayé la chronique après la découverte d’un fichier mémorisant plusieurs informations personnelles à l’insu des utilisateurs, c’est autour de l’OS du géant des moteurs de recherche de s’attirer la foudre des experts en sécurité. Il paraitrait en effet qu’Android OS procède également à la collecte de données géolocales des utilisateurs et ce, bien entendu sans leur aval.

Le fait que l’environnement de Google enregistre également des données géolocales personnelles, pareillement à l’affaire « consolidated.db » du système iOS, intrigue les observateurs. Pour être un peu plus explicite, Android OS est équipé d’un système procédant automatiquement à l’enregistrement des antennes relais des réseaux mobiles récemment utilisés par les androphones ainsi que les réseaux Wifi détectés. Ces données permettront par conséquent de tracer facilement les déplacements des utilisateurs sur une cartographie. Cependant, contrairement à la collecte de données personnelles par iOS, les informations regroupées par le système d’exploitation mobile de Mountain View seraient transmises à différents serveurs du géant des moteurs de recherche à intervalle régulière. C’est le quotidien économique outre Atlantique The Wall Street Journal qui a dévoilé l’information dont la source serait le très célèbre hacker dénommé Samy Kamkar. Ce dernier aurait effectivement fait la découverte de ce dispositif sur un androphone de la firme HTC. Ainsi, Android OS garderait en mémoire la liste des 50 dernières antennes relais ainsi que les 200 réseaux Wifi détectés par le terminal.

Pour en avoir le cœur net quant à l’existence de cette collecte de données personnelles entreprise par Android OS, la parution new-yorkaise ne se serait pas contentée de l’information révélée par Samy Kamkar mais a fait appel au service d’un expert indépendant afin de vérifier sa véracité. Ce dernier confirmera d’ailleurs les faits. Une question se pose par conséquent concernant l’intérêt ainsi que la finalité de ces informations collectées. En effet, malgré le fait que l’existence de ces dispositifs « indiscrets » soit révélée au grand jour, ni Apple, ni Google ne s’est prononcé sur le sujet. Un étudiant de l’université de Rochester Institute of Technology de New York: Alex Levinson, estime que ces « mouchards », œuvrant au sein des systèmes d’exploitation mobiles, n’ont pas pour vocation de tracer les déplacements des utilisateurs mais ont pour mission de collecter ces informations afin de fournir une base de données conséquente aux applications exploitant la fonction de géolocalisation ou qui nécessitent des données sur les réseaux mobiles. Selon toujours ce dernier, c’est notamment le cas pour l’environnement pommé iOS dont les informations regroupées constitueront une base de données inéluctable pour les apps concernées. Cette dernière se présentera sous forme de mémoire cache et sera accessible par le biais d’un API connu sous le nom de CoreLocation.

Pour en revenir à la découverte d’un dispositif collectant les informations sur les antennes relais ainsi que les réseaux Wifi par Android OS, un programmeur suédois répondant au nom de Magnus Eriksson affirme que les données sont écrasées au bout d’un certain temps. Ce qui n’est pas le cas d’iOS qui stocke au sein du fichier toutes les informations depuis l’opérationnalité du système sur le smartphone ou la tablette.

elman

Digital Native Allez on y croit !

Poster un Commentaire

avatar
  Subscribe  
Me notifier des
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!