Les tablettes tactiles

Quelle tablette choisir au final?

A l’heure où l’on parle de l’éventuelle disparition des ordinateurs traditionnels, notamment les PC de bureau, un dossier sur les solutions qui prévoient de les substituer ne serait pas de trop. En réalité, les desktop ne risquent pas de disparaître totalement de la surface de la Terre tant que les différents dispositifs qui sont censés prendre leur place ne gèrent pas encore l’intégralité de leurs fonctionnalités et qu’ils ne présentent pas encore les mêmes capacités. Cette supposition n’est donc valable qu’au niveau des utilisateurs lambdas, autrement dit, du grand public en général. Il se trouve également que les différentes solutions de substitution sont encore fortement tributaires des PC et de ce fait, on ne pourra parler pour le moment que de complémentarité. Ainsi après la vague des netbooks, un appareil est actuellement entrain de remplacer les PC au niveau des besoins d’utilisation quotidiens du grand public: les tablettes tactiles.

[tab:présentation]

La tablette tactile CrunchPad

La tablette tactile se présente sous la forme d’un petit écran autonome, plus ou moins fin et doté d’un gabarit équivalent à la taille d’une feuille A4. Pour être un peu plus précis, elle prend l’aspect d’une ardoise, ce qui lui a valu d’ailleurs sa dénomination d’ardoise électronique. Comme le spécifie parfaitement son nom, cette tablette est totalement tactile et de ce fait, ne nécessite aucun périphérique pour interagir avec l’utilisateur. Par conséquent, cette solution pourrait être considérée comme étant un mini ordinateur portable dépourvu de clavier et de périphériques. D’un autre côté, il est également possible de décrire la tablette tactile comme étant une solution à cheval entre un ordinateur portable et un smartphone, capitalisant les atouts de ces solutions. Si ce produit de haute technologie était initialement réservé à un public marginal, il se trouve qu’il répond actuellement aux différents besoins informatiques classiques du grand public, à savoir la navigation Internet, la communication électronique et le multimédia. La tablette tactile tire essentiellement son succès de son format pratique, de son utilisation ergonomique et surtout, comme il a été souligné précédemment, de sa capacité à répondre aux besoins conventionnels des utilisateurs en matière informatique. Devenu un outil davantage pratique que tendance, la tablette tactile dispose d’un marché faisant l’objet d’une bataille acharnée entre les constructeurs.

[tab:terminologie]

La future tablette tactile de HTC sous Chrome OS

Il existe actuellement une panoplie de termes technologiques pour qualifier cette solution, au point que le néophyte a du mal à s’y retrouver. Ainsi l’expression tablette tactile reste la plus populaire et est utilisée par monsieur et madame tout le monde pour qualifier l’appareil. Cette expression est notamment due au caractéristique tactile de la solution, plus précisément par son écran. Le terme tablette étant introduit depuis longtemps par les constructeurs qui ont œuvré dans ce secteur sans trop de succès auparavant. Comme il a été précisé supra, les médias ainsi que les vendeurs identifient cette tablette tactile sous la dénomination ardoise électronique. Un qualificatif dont l’origine a déjà été expliquée et qui, pour rappel, provient de l’aspect physique du dispositif fortement similaire à cet outil scolaire. A l’époque de la commercialisation des premiers modèles et qu’aucune dénomination réelle n’a encore été adoptée, la tablette tactile était dénommée ordinateur tablette. Une expression qui s’explique notamment par le fait qu’elle gère la plupart des fonctionnalités des PC et que ses spécifications techniques ne se différenciaient aucunement de celles des ordinateurs. Aujourd’hui par abus de langage, on identifie ce dispositif par tablette PC. En réalité, la tablette tactile se différencie de cette dernière dans la mesure où d’une part, elle ne nécessite pas de stylet et d’autre part, son système d’exploitation n’est pas celui dédié aux ordinateurs conventionnels, comme c’est le cas pour les tablettes PC dignes de ce nom.

[tab:configuration]

Une tablette tactile totalement démontée

La configuration technique de la tablette tactile ne présente pas trop de différence avec celle des ordinateurs, ce qui s’avère tout à fait logique dans la mesure où elle reste toujours une solution informatique. Ainsi, la tablette tactile repose sur une carte mère plus ou moins similaire à celle des fameux netbooks. En effet, les composants embarqués sur ces ardoises électroniques sont les mêmes que ceux qui propulsent les mini PC, à quelques détails près. En réalité, pour la grande majorité des modèles disponibles, les éléments hardware présents sous le capot sont identiques à ceux des smartphones de dernière génération. Un fait qui semble logique puisque les systèmes d’exploitation utilisés sont quasiment les mêmes. En tant que solution informatique, la performance et l’opérationnalité des tablettes tactiles reposent sur la qualité des processeurs mobiles. Si certains modèles sont propulsés par la fameuse puce Atom d’Intel, quelques uns sont animés par les CPU typiques des smartphones pour ne citer que l’Apple A4, le Qualcomm Snapdragon, le Nvidia Tegra 2 ou le Samsung Hummingbird. Ces processeurs se doivent d’être couplés avec des mémoires vives et dans ce contexte, leur capacité varie de 256Mo à 3Go de RAM. Les tablettes dotées d’une très grande capacité sont bien évidemment plus performantes et plus fluides. La capacité de stockage diffère également selon les modèles et selon la famille de dispositif utilisé: disque dur en SSD ou mémoire flash. Quelques tablettes tactiles haut de gamme gèrent la définition d’images HD et proposent des connecteurs HDMI, pour une liaison avec un moniteur externe. L’élément crucial au niveau d’une tablette reste bien entendu l’écran tactile. Ce dernier doit être capacitif mais également multipoint pour une meilleure réactivité et confort d’utilisation. Toute les technologies d’écran sont présentes, pour ne citer que le LCD ou le LED.

[tab: historique]

La célèbre tablette de Apple: iPad

Si les tablettes tactiles et autres ardoises électroniques connaissent actuellement un énorme succès, il faut savoir que le concept ne date pas d’aujourd’hui. Les solutions considérées comme étant les ancêtres des tablettes tactiles actuelles sont les assistants numériques personnels, également connus sous la dénomination angliciste Personal Digital Assistant. Le premier modèle fut commercialisé par la firme nippone Sharp aux alentours de 1988 et était identifié sous la référence Wizard OZ-7000. Cette solution fut passée inaperçue aux yeux du grand public. En 1992, Apple met en vente son modèle dénommé Newton et par la même occasion, démocratise l’usage du sigle PDA. Ce dernier connut malheureusement le même sort que les autres modèles. Le concept de solution informatique nomade entièrement tactile fut donc rangé au placard jusqu’au début des années 2000, date à laquelle quelques constructeurs se mirent à produire les tablettes PC. Ce dispositif se rapprochait réellement des ardoises électroniques actuelles puisqu’il n’était autre qu’un nouveau visage du PC nomade. En raison de son coût largement onéreux et le manque d’ergonomie ainsi que d’autonomie, seul un public marginal l’avait adopté. En 2006, Microsoft, Samsung et Intel lancent le UMPC, développé Ultra Mobile PC. Ce dernier se présente comme une version améliorée des tablettes PC précédentes, dont le format se rapproche fortement des tablettes tactiles actuelles et qui est surement à l’origine de ces dernières. Le coût exorbitant était d’ailleurs toujours de la partie. En 2008 apparaît un dispositif répondant au nom Mobile Internet Device mais comme le souligne son nom, il était exclusivement dévoué à la navigation Web. Qui plus est dans ce domaine, les smartphones ont déjà conquis le cœur du public. Il a fallu attendre le mois de janvier 2010 et la présentation, avec le savoir faire singulier de la marque à la pomme, du précurseur dans le milieu: l’iPad pour que la tablette tactile soit définitivement adoptée par le grand public. Quelques mois seulement après la commercialisation de la tablette de la firme de Cupertino, les modèles provenant de tout azimut fourmillent dans les rayons des magasins spécialisés.

[tab:END]

Plus d’un observateurs s’étaient surement demandés à quoi ces tablettes tactiles pourront bien servir. Les smartphones incarnaient effectivement déjà la convergence de fonctionnalités et de ce fait, on imaginait mal les innovations pouvant encore être apportées par cette solution. La véritable force de la tablette tactile repose sur le confort d’utilisation que ne pouvait offrir la taille limitée des écrans des terminaux convergents. Les fonctionnalités basiques de ce dispositif ne se différencient pas réellement de celles des smartphones, à savoir la navigation Internet, la communication électronique, les activités multimédias mais également ludiques, la lecture de ebook, le GPS, l’agenda électronique et la bureautique. En raison de l’adoption des mêmes systèmes d’exploitation que les smartphones, les tablettes tactiles étendent leur fonctionnalités par le biais des applications, disponibles sur les kiosques en ligne de chaque OS. Il faut cependant noter que mis à part l’iPad d’Apple et le Galaxy Tab de Samsung, rares sont les modèles qui disposent d’applications spécifiquement dédiées. Ainsi, si l’on installe des applis conçues pour les smartphones, il ne faut pas s’étonner de voir d’importantes bandes noires sur le pourtour de l’écran en raison de la différence de résolution. Les tablettes tactiles sont également accompagnées de différents accessoires conférant un confort d’utilisation accrue.

elman

Digital Native Allez on y croit !

Poster un Commentaire

avatar
  Subscribe  
Me notifier des
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!