Madagascar : ça y est, cette fois c’est l’agonie

Jusqu’ici on disait que les Malgaches n’arrêtaient pas de creuser mais on dirait bien cette fois que le noyau terrestre a été atteint et que le fond a donc été atteint.

Par ailleurs, il est désormais inutile de parler de crise sanitaire ou socio-économique : c’est une véritable catastrophe humanitaire qui est actuellement en train de se jouer sous nos yeux à Madagascar.

Mourir de faim ou mourir du covid 19

Le pays est cette fois totalement parti à la dérive, avec une population qui n’a plus  que 2 options : risquer de mourir du covid ou risquer de mourir de faim.

Au vu de ces options, il n’y a pas d’autres solutions, à moins qu’un vaccin miracle ne soit trouvé dans les prochains jours : il faut aller vers l’immunité collective.

Oui c’est insoutenable de penser que l’on va potentiellement envoyer 1% de la population à la mort, soit 130 000 personnes mais il faut aussi faire l’autre calcul : sur les 26 000 000 combien mourront de faim ?

Tompokolahy sy tompokovavy

On passera sur ces dirigeants totalement à côté de la plaque, pour qui l’urgence du moment est donc de terminer un stade de foot, de rebrander des véhicules chinois importés en kit, de refourguer une tisane à peine plus efficace qu’un comprimé de vitascorbol, de chercher l’emplacement d’une ville nouvelle ou encore d’ériger un colisée en pleine pandémie. C’est comment dire … con sternant ? Mais tellement à l’image du pays : parti totalement à la dérive, sans personne à la barre.

Les 60 ans de moramora ont donc présenté aujourd’hui l’addition, et la note n’est pas salée. Elle est amère. Tout ce qui n’a pas été fait depuis 60 ans, sans parler de la gabegie de ces 10 dernières années, nous explose carrément à la figure aujourd’hui. Et le choc est ultra-violent.

Citez-moi une chose, une seule chose qui marche à Madagascar en ce 21 juillet 2020 ?

Plus de travail, plus de salaire, réduction du nombre de repas, plus de scolarité, impossibilité de se déplacer, impossibilité d’être pris en charge par un système hospitalier moyenâgeux et surtout saturé, impossibilité de se barrer de ce pays avec les frontières fermées, une monnaie qui se transforme en une monnaie de singe chaque jour qui passe, des médicaments qui ont vu leur prix multiplié par deux, une Jirama qui commence lentement mais sûrement à être de nouveau défaillant sur la fourniture en eau et électricité, et on en passe.

On se plaît à imaginer s’il n’y avait pas eu 2009. Une économie beaucoup plus costaude qui nous aurait permis d’être un peu plus résilients aujourd’hui, des infrastructures qui auraient continué à se développer sans parler de l’agriculture qui nous aurait certainement permis d’être autosuffisant en riz aujourd’hui, et on en passe.

Mais il paraît que l’immonde Marc Ravalomanana voulait tout s’accaparer à l’époque.

Ça fait 10 ans qu’il est donc dans l’incapacité de s’accaparer quoi que ce soit.

Et donc, normalement, vous devriez donc être plus riche aujourd’hui non ?

elman

elman

Digital Native Allez on y croit !

Souscrire
Me notifier des
guest
Le formulaire de commentaire recueille votre nom, email et contenu pour nous permettre de garder une trace des commentaires placés sur le site. Veuillez lire et accepter les conditions d'utilisation et la politique de confidentialité de notre site Web pour publier un commentaire.
8 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
libertad

le DJ pouvait se vanter durant sa face a face vs Ravalo durant les présidentielles d’avoir fait quelque chôse pour le vahoaka: le lapan’ny Tanana. Donc, intelligent comme il est il continue a faire quelque chôse pour le vahoaka, histoire de ne pas être plus nul que Ravalo, voila pourquoi il continue a voulu reconstruire mahamasina et construire le colisée

zo.zefa

Citez-moi une chose, une seule chose qui marche à Madagascar en ce 21 juillet 2020 ?

Les pharmacies et les appels d’offre pour les fly-overs, les trafics inavouables.

libertad

la vie des dirigeants, ils deviennent riches chaque jour malgré la crise

Mundra

Le problème est qu’il y a certaines personnes qui ne veulent pas admettre qu’on est totalement dans la mer*de, et pas que jusqu’au cou (im-pito mandifotra olona hoy ny Ntaolo). Et on continue comme si tout se passait bien. Même nous, les valalas mandady harona on laisse faire, comme si c’était une fatalité. Normalement c’est le moment de se révolter, mais non, on a trop peur sans doute. Regardez ce qui se passe en Israel, les gens se foutent qu’il y ait confinement ou pas. Ils savent que la gestion de la crise est mer*dique donc ils sortent dans la rue pour manifester et demandent la démission du gouvernement.

ilpensiero

Le problème est qu’il y a certaines personnes qui ne veulent pas admettre qu’on est totalement dans la mer*de

Cette phrase me fait rappeler un puissant personnage du IIIème Reich qui ne voulait pas admettre que l’Allemagne était sur le point de perdre la guerre

Ianona

Agonie: un jour il faudra choisir entre continuer l’acharnement thérapeutique petatoko endémique ou enfin mettre fin à la souffrance du pays.




carole

est-ce que quelqu’un a entendu des échos du côté AirMad? Des compagnies aériennes qui fonctionnent normalement ont des problèmes avec le Covid, il continue à pouvoir payer ses nombreux (très) nombreux employés?

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!