Madagascar, du tourisme vert au cœur de l’île aux trésor

[Note elman : welcome to Alexandra Erick qui rejoint actutana comme spécialiste biodiversité et protection de l’environnement]

Le mois de juin, c’est bientôt, on commence déjà à planifier les prochaines destinations de vacances. Cela n’est pas forcement évident, car les critères s’accumulent et le choix de la destination devient alors un véritable casse tête.

Comment allier bien-être, découverte, loisirs, tout en faisant une action citoyenne en faveur de l’environnement? Et ceci bien évidemment sans pour autant flamber toutes les économies de l’année ? Ne vous inquiétez pas, vous allez passer de merveilleuses vacances en famille, ou en amoureux dans un cadre magnifique : aujourd’hui, nous nous envolons dans le nord de Madagascar.

Destination Diégo-Suarez

L’ile rouge est réputée pour son trésor de biodiversité, pour ses plages qui s’étendent à perte de vue. Destination Diégo-Suarez ou Antsiranana en malgache. Saviez-vous que dans cette région de l’ile, vous avez l’embarras du choix en termes d’activités touristiques ?

Commençons par le farniente, après tout nous sommes en vacances, donc pas d’impasse sur le soleil, cocktails et transat.

Longez la plage de Ramena (156 km de cotes), en foulant un sable blanc qui fond littéralement sous vos pieds. Laissez-vous transporter par une petite brise marine et admirez le merveilleux coucher du soleil, qui surplombe la 2ème plus grande baie au monde! Une vue panoramique du pain de sucre, emblème de Diego, où chaque année des rituels sacrés ont lieu.

La Mer d'Emeraude

La Mer d’Emeraude

Poursuivons notre cure de bien-être, en sautant dans une belle pirogue à voile. L’authentique embarcation des pêcheurs Sakalava va vous faire naviguer dans la baie, jusqu’à la mer d’émeraude. On troque volontiers les catamarans et les gros bateaux pour préserver la faune et la flore marine.

Une fois au large, les pêcheurs plongent alors dans cette eau cristalline pour attraper les délicieux poissons tels que le rouget ou le perroquet…une fois arrivés sur la plage, le feu de bois est allumé pour une bonne grillade préparée a la façon diegolaise. On mange bio, on n’a pas peur des kilos et nos papilles se régalent.

Bien sûr on adopte des gestes eco-responsables : on ne jette pas par terre les déchets, on utilise un sac et on prend soin de tout jeter dans un bac à ordure, une fois en ville. On minimise les impacts négatifs sur la nature.

 

Kite Surf dans la Baie de Sakalava

Kite Surf dans la Baie de Sakalava

Du sport? Et si on s’essayait au Kite surf ? Quoi de plus facile, amateurs de sports nautiques, saviez-vous que les championnats du monde de Kite surf se déroulent tous les ans à Diégo-Suarez ? Non, ce n’est pas une blague, cela se passe bien dans la baie de Sakalava!

Le soir a l’heure de l’apéro, on se balade dans la rue Colbert animée par une ambiance festive qui dure toute l’année! Restos sympas et pubs surplombent la rue piétonne. Coté gastronomie, la spécialité locale sont les maskita, ou brochettes de zébus, accompagnés de manioc grillé sont à essayer absolument.

Ecologie et préservation des espèces endémiques

La ville de Diego a su préserver une architecture inspirée par les grandes résidences coloniales, vestiges du passé. Une petite visite de la place Joffre avec vue sur le port de Diego où sont implantés les grands industriels est incontournable. En admirant le coucher du soleil, on peut voir les paquebots de croisières se mêler aux thoniers flottant sur la mer d’huile. Cette vue panoramique nous donne un aperçu de l’activité économique de la région.

Centre ville de Diego Suarez

Centre ville de Diego Suarez

Saviez-vous que le quart des émissions des gaz a effet de serre responsable de la dégradation de la couche d’ozone proviennent des transports ? Donc privilégions les promenades en vélo, c’est bon pour la santé et on apporte sa contribution à la réduction de la pollution de l’air.

Puisqu’on est vert dans l’âme et que sauver la planète est une cause que nous défendons avec conviction, rendons-nous à environ 30 km de Diégo-Suarez, où se trouve la forêt magique de la Montagne d’ambre qui culmine a 1475m. Si à Diégo-Suarez, le climat paraît sec et aride en saison sèche, une fois arrivé dans la montagne d’ambre, on entend le chant des oiseaux, l’air frais à l’ombre des grands arbres de cette forêt tropicale humide.

Le microcebe roux

Le microcebe roux

La végétation est exceptionnellement dense, les cascades sont magnifiques. 7 espèces de lémuriens vivent dans le parc national. Hop on croise un lémurien: le microcebe roux, le plus petit primate au monde, endémique a Madagascar, est une espèce très protégée. Un brookesia tuberculee vient de se faufiler entre les feuillages sur le sol. Le plus petit caméléon du monde vit aussi a Madagascar.

Que des sensations fortes de rencontrer toutes ces espèces endémiques qui font la renommée mondiale de l’île aux trésors. Les randonnées nous font découvrir les orchidées qui fleurissent sur des hectares, avec plus d’une dizaine d’espèces différentes. Mère nature n’arrête pas de nous surprendre!

A 70 km de Diego, on se laisse transporter pour entrer au cœur d’un monde sculpté par le vent et la pluie. Les Tsingy rouge ! Un écosystème riche en calcaire et en dioxyde de carbone. Ce paysage unique à Madagascar est agrémenté de canyons et de rivières. Après avoir été séduit par la beauté des Tsingy rouge, on poursuit le périple pour se rendre dans la réserve de l’Ankarana, à 100km pour découvrir un paysage pittoresque avec des formations rocheuses d’origine coralliennes.

On éprouve un réel sentiment de satisfaction après la visite, car les droits d’entrée au parc vont financer les activités de conservation des merveilleuses espèces endémiques de Madagascar. Quelle belle contribution pour le citoyen modèle que nous sommes!

 

Parc National de l'Ankarana

Parc National de l’Ankarana

Et le côté culturel alors? Bien entendu, on veut rentrer enrichi d’une expérience avec des informations à partager a nos proches ! En termes de diversité culturelle, on sera servi car la région nord est aussi connue pour les rites traditionnels pratiqués au lac Anivorano. On y pratique une immersion avec les communautés locales pour observer les rituels sacrés autour du lac.

Crocodiles du Lac Anivorano

Crocodiles du Lac Anivorano

L’art de communiquer avec les crocodiles, qui peuvent mesurer jusqu’à 6 mètres de long, et qui sont considérés comme des ancêtres. L’intégration des communautés locales dans les activités de conservation du site est fondamentale, car vecteur du développement durable.

Pour l’hébergement, les ecolodges sont de toute évidence un bon choix. Ils sont conçus pour éviter l’utilisation abusive des énergies et répondent aux normes et labels écotouristiques requis, pour éviter la dégradation de l’environnement.

Ce tour d’horizon du nord de Madagascar vous a certainement donné envie de réserver dès maintenant votre séjour et quoi de plus merveilleux que ce parcours “all inclusive” synonyme de relaxation, qui vous fera rêver, enrichir votre culture tout en préservant l’environnement ?

Et cerise sur le gâteau, des selfies magnifiques sont garantis, vos photos sur instagram vont faire des jaloux 😉

Je vous souhaite de passer de bonnes vacances sur l’île aux trésors!

Alexandra ERICK

A propos de Alexandra ERICK

Ma passion pour la nature et la protection du trésor de biodiversité de Madagascar est avant tout un devoir citoyen. Rejoignez-moi a bord de ce voyage merveilleux!

Copyright Actutana Inc. - Tous droits réservés.  © 2017