On tient un champion là

Gné ? Alors petite mise au point pour ceux qui ne maîtrisent pas très bien la langue de Molière, et pas trop au fait de la culture et de la mentalité française non plus : quand quelqu’un dit “on tient un champion là“..

… c’est tout ce qu’il y a de plus méchant et de méprisant 🙂 C’est en fait pour dire exactement le contraire. Avec, en toile de fond, le monumental chef d’oeuvre “Le dîner de cons“, où on se rappelle tous le fameux “j’en tiens un là, la classe mondiale, peut-être même le … champion du monde” énoncé par le méchant Thierry Lhermitte.

Alors certainement que le titre de “champion de l’industrialisation” pourrait amener son auteur à s’auto-gonfler d’orgueil mais ici dans l’hémisphère nord, ça n’impressionne pas plus que ça.

Il est vrai que la mentalité occidentale est moins, comment dire, malléable ? Voire imperméable à ces tentatives de manipulations. Bref, on ne s’en laisse pas facilement conter comme on dit par ici.

Alors je ne sais pas si on tient notre François Pignon endémique de classe mondiale mais bon, faites attention quand même, il y aussi l’autre expression qui dit “ça ose tout et c’est même à ça qu’on les reconnaît“.

Chez vous on retrouve l’autre expression “ny tapany ihany no mikobana“, à la signification à peu près équivalente.

Bref, toussa pour dire quoi ? Toussa pour dire arrêtez de vouloir tout le temps vous faire mousser. Ça n’impressionne plus grand monde, pis, ça vous fait vraiment passer pour le Pignon de service.

Les gens réellement efficaces, avec de vrais résultats, ils n’ont pas besoin de se mettre perpétuellement en avant. Les gens savent immédiatement à qui ils ont affaire.. surtout ici dans l’hémisphère nord d’ailleurs.

Dans l’hémisphère sud aussi ça commence d’ailleurs, avec la circulation de l’information à vitesse grand V…

Du coup, moi j’attends toujours cette fameuse liste officielle des 107 (ou 119 on sait plus) industries que sa Seigneurie aurait soi-disant érigé.

Ah oui une dernière caractéristique ici dans l’hémisphère nord : on est plutôt du genre à être méfiant, à toujours douter de tout, surtout par rapport aux gens et aux beaux parleurs qui sont si peu fiables.

Bon du coup toussa me donne envie de revoir pour la dixième fois le dîner de cons. La meilleure scène pour moi c’est l’excellentissime séquence où l’inspecteur des impôts vient dîner chez Pierre Brochant. Directement inspirée du vaudeville français, à se poiler de rire. Oui oui, inona l’ty zany vaudeville any lery zany.

Subscribe
Me notifier des
guest
6 Commentaires
plus anciens
plus récents plus de votes
Inline Feedbacks
View all comments
Coco
1 mois plus tôt

Il est connu dans le milieu diplomatique que certains prix et classements internationaux peuvent s’échanger contre paiement. Lesquels? Ça je ne saurai dire. 🙂

Afist
Afist
1 mois plus tôt

On est un pays ou l’on a le plus de champions au metre carre 😉 un record mondial
C’est quoi le failed state ? Le site https://evisa.diplomatie.gov.mg/ n’est plus fonctionnel depuis quelque temps et si vous les appelez au telephone, on vous repondra que tout est en ligne sur le site. Et dire que ces gens la sont toujours payes a la fin du mois a ne rien faire.

Roger
Roger
1 mois plus tôt

J’adore aussi cette scène. 🙂

Il a la voix fatiguée, c’est pas bon signe

Modifié 1 mois plus tôt par Roger
raossy
raossy
1 mois plus tôt

j’en tiens un là, la classe mondiale, peut-être même le … champion du monde

Bien vue la métaphore ”le dîner de cons”…; le titre de champion attribué à radange fait aussi penser au ”gérard du cinéma” avec un parpaing doré en prime.

Steph
Steph
29 jours plus tôt

Effectivement « champion » en français peut avoir un sens figuré péjoratif et moqueur. Mais le malentendu qui fait mousser le filou vient du fait que « Champion » est un « faux ami » en anglais, à ne pas confondre avec « Winner ».




Fil info

Commentaires

Voir d'autres articles