Perdre 1 000 000 ar … à la seconde

A 1 000 000 ar par seconde on aurait pu en construire plein des comme ça

J’avoue j’ai eu un peu de mal à dormir cette nuit en pensant à ce chiffre endémiquement effarant de la Jirama, qui perd donc 1 000 000 ar … par seconde !

Clarifions bien le propos : il ne s’agit pas d’une perte dans le sens « manque à gagner », non, il s’agit bien d’une dette. Une dette qui grossit de 1 000 000 ar à la seconde … ou encore 4 milliards ar par jour … ou encore 1400 milliards ar par an.

C’est tout simplement effarant. On est partagé entre un grand éclat de rire … et l’envie de pleurer.

Mais comment on en est arrivé là ? En 2009, on nous avait pourtant anoné sur une certaine place du 13 mai que l’on n’avait pas besoin d’étrangers pour diriger nos compagnies nationales et que des autochtones pouvaient tout à fait faire le job ? Ie, vitantsika io ê. Vita matavy tokony.

Ce qui fut donc chose faite, depuis 2009, des autochtones ont donc pris la direction de la Jirama. De 2009, où il restait encore 40 millions d’€ dans les caisses de la Jirama, jusqu’à aujourd’hui, 2019, où cette compagnie s’endette donc à hauteur de 1 000 000 ar à la seconde.

Passé la gabegie initiale où les 40 millions € ont certainement du également disparaître en 1 seconde, comment on en est arrivé aujourd’hui à cette situation ubuesque ?

Les accidents à l’échelle industrielle tiennent souvent à peu de chose. En l’occurrence, ici il tient simplement de l’absence totale de vision à long terme. Les gasy sont comme ça : ils voient une solution simpliste à court terme et à l’époque, ils se sont donc rués comme des idiots sur la production d’énergie via le thermique.

C’est si simple et si facile à installer, comme un bon vieux groupe électrogène, dont il reprend d’ailleurs exactement le même mode de fonctionnement et de production, à une plus grande échelle bien évidemment. Au passage, comme c’est rapide et facile à mettre en oeuvre, on prend bien entendu sa commission sur les grosses commandes de machines, sur les pièces détachées, sur l’huile, etc.

Tout ça passe encore mais le fond du problème réside bien dans ce mot « thermique« . Votre groupe électrogène il lui faut bien du carburant pour tourner ? Et ici c’est pas comme le réservoir de votre voiture, ici on parle en millions de litres au quotidien.

Et ce carburant on l’achète à l’international. De plus en plus cher, pas seulement à cause du contexte international (fluctuation du baril, etc.) mais aussi et surtout à cause de notre monnaie de singe dont je vous laisse le soin de calculer la dévaluation depuis ces 10 dernières années. Forcément, quand vous ne produisez rien, quand vous n’exportez rien, votre ariary ne vaudra plus grand chose au fil du temps. Donc le prix du carburant a été multiplié par deux au moins en 10 ans.

Le second problème c’est les abonnés. Il y a eu bien entendu des hausses de factures successives mais à un moment, on ne peut plus demander à des crevards qui gagnent péniblement 1€ et des poussières par jour de payer la même facture qu’un occidental par exemple, qui gagne au minimum … 1 400€ par mois ?

Et on est donc arrivé à cette situation ubuesque où produire 1 kwh coûte environ à 1 000 ar à la Jirama… mais qu’elle revend 500 ar à l’abonné ! Vous vous rendez compte de cette aberration ? J’ai du débourser 1 000 ar pour fabriquer mon mofo-gasy, je ne peux le vendre qu’à 500 ar, et ça fait 10 ans que je fais ça. Ataovy sérieux.

Voilà, zay, vita comme on dit. Vous avez maintenant l’explication de ces délestages à répétition, forcément, quand on n’a plus d’argent, on ne peut plus acheter de carburant. L’eau c’est pareil, quand il n’y a plus d’électricité, les surpresseurs ne fonctionnent plus non plus.

Mais tout ça, chers électeurs, c’est la situation que vous avez voulu à la majorité depuis 2009. Une fois que les sons et lumières du bal du samedi soir se sont tus, bonne chance pour la gueule de bois du dimanche matin. Et ne venez pas parler de putsch, vous avez eu 6 élections depuis pour changer la donne, vous n’avez rien fait.

Dernier point : il semble relever du bon sens que lorsque l’on perd de l’argent comme cela on arrête les frais comme on dit ? On arrête tout, on stoppe tout ? Comme Madagascar semble déjà revenu au Moyen-âge, effectivement et si on arrêtait la Jirama ? Plus d’eau, plus d’électricité, de toutes les façons c’est déjà le cas alors. Comme ça on arrête l’hémorragie du million d’ar à la seconde.

Non sérieusement, on stoppe tout, on jette toutes ces centrales thermiques à la poubelle et on repart avec l’hydroélectrique, le solaire, les éoliennes. Évidemment ce sera dantesque dans les premiers temps, mais encore une fois n’est-ce pas déjà le cas ? Et au moins, on ne perdra plus 1 million ar à la seconde.

Ou sinon, dernière option : on facture l’abonné à … 1500 ar ? Bonne chance les gens.

Partager l'article
elman

Digital Native Allez on y croit !

41
Poster un Commentaire

avatar
  Subscribe  
Me notifier des
Pro
Invité
Pro

Bien vu et ça fait peur. Vivement la privatisation, c’est le seul moyen de s’en tirer. Même si c’est pour un Hiridjee ou un Akbaraly, qui n’attendent que ça. Nous ne méritons pas notre compagnie nationale.

mangableu
Membre

Une bonne idée. Mais moi j’aimerai faire autrement, comme quoi, donner la partie électricité au privé et la partie eau restera pour l’Etat. Autre option, faire un appel d’offre pour “concurrencer” la jirama pour la production électrique (nucléaire).

mpijery
Membre
mpijery

Pour le nucléaire, il ne faut pas trop rêver car ça commence à dévenir politiquement incorrect d’une part, et qu’on serait tout simplement incapable d’en assurer la maintenance d’autre part.

Debile Profond 2.1.5 ™
Membre
VIP

Du nucléaire dans ce pays irresponsable, n’y pensons même pas, comme a chaque désaccord majeur ou coup d’état les endémiques aiment piller, détruire, saccager, brûler …, la ont parle nucléaire avec ces risques !
je suis quasi sur qu’il y aurait bien des babakoto qui vendraient des barres de combustibles volées a des groupements de terroristes !

mangableu
Membre

Quand je dis nucléaire, ca sous-entend que ce ne sera pas une entreprise malagasy mais carrément etrangère, gérée exclusivement par des vazaha, de A à Z car nous n’avons pas les compétences pour ce genre de chose.

hum
Invité
hum

zany mitsy
HIROSHIMA 2.0




Soso
Invité
Soso

Comme mpijery, j’ai aussi évoqué cette idée du nucléaire hier. Il faut faire un choix entre 1) service performant et risqué (le nucléaire) OU 2) service moins performant avec moins de risque (ex: thermique, solaire, éolienne).

Moi, je choisirai plutôt la performance. Il faut que les babakoto apprennent ce que c’est la règle (entretien régulier, respect du bien commun, gestion stricte,…). C’est un peu radical mais au moins c’est dit.

Olivier
Invité
Olivier

Un ancien article de 2016 raconte qu’il n’y a que 39% de l’électricité produite qui est commercialisée…
Du coup, si on reprend l’histoire des mofogasy, ben, c’est comme si le gargotier en fabriquait 100 le matin mais que dans la caisse le soir, il n’y que la valeur de 39 unités… Les autres ont été volés, sont tombés dans le caniveau, ont été gracieusement offerts, ont été chipés par les enfants de la patronne…
Du coup, pour pouvoir en refaire 100 le lendemain matin, faut les entre bien cher ces 39 mofogasy !

http://www.midi-madagasikara.mg/economie/2016/10/01/jirama-20-milliards-ar-de-pertes-inexpliquees-mois-dixit-ministre-finances-budget/

Et juste en passant, même si le titre est percutant, 4000 milliards d’ariary par jour, ça ne fait pas 1 million d’ariary par seconde. Ça n’enlève rien à la justesse de l’article et au ridicule de la situation de la jirama.

Edit : Non 4000 milliards mais 4000 millions (= 4 milliards)

InfoDG
Invité
InfoDG

En fait, 1400 milliards d’Ariary par an, cela fait dans les 44.393 Ariary par seconde




Olivier
Invité
Olivier

oui

sarah
Membre
sarah

des ajustements ont dû être faits durant la transition mais à cause du populisme on a contourné les principes élémentaires en économie. Les ministères et les bâtiments publics ne paient pas leurs factures. Exemple les cités universitaires où l’électricité est à gogo, alors les anciens, très très anciens étudiants ont des poissonneries, coiffures, etc.
Des contrats à perte de location de groupe dans les grandes villes, avec des employés qui volent le carburant.

Tena Jesoa irery angamba sisa no hany ahita hevitra hanarenana ny Jirama.

Soso
Invité
Soso

On cultive la culture de la gratuité et de la donation dans ce pays. Et ce n’est pas étonnant que les gens ne sont pas prêts à vraiment travailler. Par conséquent, pas de travail, pas de développement.




Ianona
Membre
Gold

Mahagaga anie d misy audit lava zao fa tsy hay hoe audit na inona, inona ny résultat, remarques sy mesures prises.

kof
Membre
VIP

La question se pose quand-même. Il s’agit de la dette de la Jirama en tant qu’entreprise auprès de créanciers ou il s’agit de pertes que l’Etat endémique colmate continuellement? S’il s’agit d’une dette on peut encore se poser la question de qui est assez fou pour être créancier de la Jirama, surtout avec de telles sommes en jeu. S’il s’agit de pertes colmatées par l’Etat alors encore une question : comment l’Etat endémique trouve cette somme astronomique continuellement? Bref que des questions.

mpijery
Membre
mpijery

C’est à l’image du pays: posez la question à n’importe qui, il vous repondra que son salaire est dépensé dans les 10-15 jours suivant la paie, et le reste du temps, il emprunte de l’argent. 🙂

Debile Profond 2.1.5 ™
Membre
VIP

le reste du temps, il emprunte de l’argent.

Ce qui veut donc dire qu’il y a de l’argent …

justice-madagascar.org
Membre

Réponse dans le rapport de la banque mondiale : « Selon le rapport de la Banque Mondiale, la société d’Etat a accumulé des arriérés de plus de 1.600 milliards d’Ariary, au 30 juin 2019. « Les revenus tarifaires n’ont permis de couvrir que la moitié des coûts. Le coût moyen opérationnel était de 983 Ar par kWh, alors que le tarif moyen était de 516 Ar par kWh. La JIRAMA a perdu 290 milliards d’Ar en 2018, malgré une subvention de 315 milliards Ar. Sans intervention rapide, le déficit de l’entreprise va se creuser, et les pertes annuelles culmineront à près de -1 400 milliards Ar en 2025 », ont évoqué les représentants de l’institution de Bretton Woods. »

kof
Membre
VIP

Non la réponse n’est que partielle. Des arriérés auprès de qui? Pour quelles prestations? Achat de carburant? De matériels? Pourquoi continuer à vendre à quelqu’un qui n’a pas réglé ses précédentes factures? bref…




justice-madagascar.org
Membre

Peut être parce que le marché n’est pas si à perte que ça pour le fournisseur … vous facturez 500 ariary un matériel qui vaut 100 ariary, vous payez par exemple 100 ariary de commission à la bonne personne, Donc dès que Jirama vous paie 250 ariary à la livraison, le fournisseur n’est plus en perte. Je vois mal une société normale avoir une trésorerie conséquente pour supporter les arriérés de la Jirama

kof
Membre
VIP

OK pour d’obscurs matériels mais je vois mal ce tour de passe passe possible pour le carburant (de toute évidence le plus gros poste de dépense) dont le prix d’achat par la Jirama est connu.

Marina
Invité
Marina

Mais tout ça, chers électeurs, c’est la situation que vous avez voulu à la majorité depuis 2009. Une fois que les sons et lumières du bal du samedi soir se sont tus, bonne chance pour la gueule de bois du dimanche matin. Et ne venez pas parler de putsch, vous avez eu 6 élections depuis pour changer la donne, vous n’avez rien fait.

euhhhh, l’article est très pointu et bien visé mais il ne s’adresse pas aux bons lecteurs 😉 les lecteurs ici sont pro anti- (vous savez qui 😉 ) et pour atteindre les bons lecteurs, il faudra trouver d’autres canaux pour leur rendre « tonga saina »…
Malheureusement, il est peu probable que l’objectif soit atteint. d’une part, la difficulté pour trouver la bonne plateforme de diffusion pour évangéliser et d’autre part…vous savez tous… on est bien conscient de la gueule de bois le dimanche matin mais, rebelote le samedi suivant….on oublie et on recommence tout!! ainsi va notre destin :/

justice-madagascar.org
Membre

D’après le rapport de la banque mondiale, la perte cumulée sera de 1.400 milliards d’ariary d’ici 2025 tandis que les dettes à ce jour s’élèvent à 1.600 milliards d’ariary.
D’après l’article d’actutana, la dette annuelle est 1.400 milliards d’ariary. Une dette est la partie non payée d’une facture.
A mon humble avis, le chiffre de 1.400 ariary me semble exagéré car la banque mondiale évoque dans son rapport évoque qu’avec une optimisation de coût de 366 milliards annuels on atteindra l’équilibre en 2023comment image
comment image

Barea Label
Invité
Barea Label

J’ai suivi vos discussions mais il vous manque quelques élements pour bien comprendre la situation.
Le problème de la Jirama n’est qu’une partie de la réalité.
Il y a eu des faits et des évenements qui se sont déroulés dans le pays mais vous semblez ignorer.
– Sodiat, le groupe de Mamy Ravatomanga a eu la licence d’importation de pétrole.
-L’ancien DG de la Jirama a été limogé quelques temps après.
– Les nominations des Sodiat boys à tous les postes clefs (Omnis, Aro, Ny Havana, Cnaps, domaine, aéroports, ports) s’intensifient ces dernières semaines.
– Plus d’appels d’offres pour la Jirama pour s’approvisionner en carburant mais directement par Sodiat.
Voilà le tableau actuel de la situation. Jirama est pris en tenaille, les malagasy sont pris en tenaille par le business de Mamy Ravatomanga et Rajoelina. Et ce n’est pas fini.

Nous assistons au remboursement des financements de la propagande de 2018 et ce n’est que le début. Tous les domaines de la vie publique sont concernés.
Peut être que ces faits cités vous permettront d’analyser le problème autrement.

Si la Jirama perd 1000000 Ar à la seconde, sachez qu’il y a au moins 2 personnes qui les gagnent. Et j’en parle pas des autres magouilles.

Debile Profond 2.1.5 ™
Membre
VIP

Vous croyez que nous ne savons pas que mamy blue est derrière le lapinou et consorts, ont le sait depuis 2009 !
Vous avez quelques années de retard sur les infos avec nous alors ! 😛

Barea Label
Invité
Barea Label

Je vous parle des faits concernant la gestion de la Jirama et de l’approvisionnement en pétrole depuis Mai 2019.
Il est dommage alors que si vous étiez au courant de ne pas mentionner ces infos dans l’article.

Debile Profond 2.1.5 ™
Membre

Des preuves Noir sur blanc, vous en avez à communiquer (des vraies, pas des fake)?
Si oui votre « label » va grimper en flèche ici ! 😛

Barea Label
Invité
Barea Label

Ah maintenant vous doutez ce que vous savez depuis 2009?




Debile Profond 2.1.5 ™
Membre

Pour accuser quelqu’un il faut des preuves solides, pas des « ont dit »

Debile Profond 2.1.5 ™
Membre

Des preuves ont en as, mais leur système de justice a ⚖ à eux est imperméable, verrouillé et blindé comme dans toute dictature naissante.

trackback

[…] Jirama et ses problèmes, ses gigantesques problèmes même depuis 2009. Des dettes qui augmentent à la cadence infernale de 45 000 ar à la seconde, plus de 4 000 000 000 ar par jour, c’est tout simplement insupportable. En parallèle, les […]

ali
Invité
ali
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!