Pourquoi Andry Rajoelina voulait-il à tout prix des gouverneurs de région ?

Bon nombre de personnes n’ont pas compris cette insistance du Chef de l’Etat à vouloir changer les Chefs de Region en Gouverneurs de Région, au point d’en arriver au micmac constitutionnel actuel.

Le distingo est pourtant très simple à comprendre.

Les Chefs de region sont des élus dans la Constitution actuelle.

Les Gouverneurs de région seront désignés par le Président dans le projet de modification de la Constitution qui était prévu.

Les Gouverneurs sont donc le prolongement direct de l’autorité présidentielle  dans les 22 régions de Madagascar. Enfin, 23 régions dans ce projet de nouvelle Constitution.

Les Chefs de région ne correspondent pas au projet présidentiel, puisqu’étant élus, n’importe qui peut donc potentiellement être élu à ce poste. Et pourquoi pas un opposant, c’est techniquement possible. Donc inconcevable pour réaliser les velirano.

Le juge constitutionnel a rendu son verdict, il est impossible pour le moment de changer la Constitution, tant que la nouvelle Assemblée nationale n’aura pas été mise en place. Donc les chefs de region restent en place.

Euh, seul petit souci : au moment où l’on parle, il n’y a plus de chefs de région non plus, ils ont tous été limogés à la fin février 2019, en Conseil des Ministres.

Ah c’est bateau tout ça, et tout ceci fleure bon un incroyable amateurisme juridique et constitutionnel.

Donc plus de chefs de région, pas de gouverneurs, et on ne sait pas combien de temps ça va rester comme ça.

Malheureusement pour lui, Andry Rajoelina ne peut s’en prendre qu’à lui-même : en 2010, il a tellement voulu verrouiller la Constitution, cela a donc été fait, et même dans la « liesse populaire« .

Le retour de bâton est que du coup, après avoir récupéré le pouvoir en janvier 2019, Andry Rajoelina se retrouve lui-même emprisonné dans son propre verrou constitutionnel. Comme arroseur arrosé, on ne fait pas mieux.

Au final, une période d’incertitude s’ouvre pour le Président de la République car tout se jouera avec les législatives. Sans majorité à l’Assemblée nationale, son projet de mise en place de gouverneurs tombera définitivement à l’eau.

Par ailleurs, un autre écueil, non prévu non plus, a également été évoqué par le juge constitutionnel :

… considérant que l’article 162 alinéa 2 dispose que « le projet ou proposition de révision doit être approuvé(e) par les trois quarts des membres de l’Assemblée Nationale et du Sénat »

Traduction en mots simples : « Chers Sénateurs, pouvez-vous s’il vous plaît approuver aux 3/4 de vos membres … l’auto-destruction de votre Institution » ? Et sachant qui est le Président actuel de cette Institution…

Et les opposants du Président de la République auront maintenant beau jeu de mettre en avant pendant la campagne législative cet incroyable amateurisme juridique et constitutionnel, voire l’incompétence ubuesque qui a abouti à la situation actuelle.

J’ai prévenu, pas plus tard hier, qu’il faut faire attention aux « Oui Prezida » : les conseillers flatteurs et lecheurs de baskets ne sont pas forcément les meilleurs techniciens qui soient, don’t acte.

Je ne suis pas sûr que le Président de la République avait prévu de fêter ses 100 premiers jours de cette manière mais le fait est là : c’est le premier gros couac rencontré ces 100 premiers jours, et là, il n’est pas question de « fitiavan-tanindrazana » ni de « peuple souverain » ni de « bien du peuple » ni « d’intérêt supérieur de la Nation » : mais il s’agit tout simplement de Dura lex.

Sed lex. Un Etat de Droit quoi.

Un concept que l’on a un peu oublié depuis 2009.

Partager l'article
elman

Digital Native Allez on y croit !

27
Poster un Commentaire

avatar
  Subscribe  
Me notifier des
Njaka
Invité
Njaka

« amateurisme juridique et constitutionnel » , que ça? Vu comment ils gèrent l’énergie, l’eau, la santé ( un bus mobile n’arrange pas tout), la sécurité, l’éducation, le transport, l’entrepreunariat… Je crois qu’amateurisme suffit.

babakaty
Membre
babakaty

Vous avez raison…que du pilotage à vue dixit un haut fonctionnaire d’un grand ministère ,avec des ministres importés bardés de diplomes mais completement incompétents,pas de vision ,pas d’initiative ,pas de sous …on se contente des dossiers bien ficelés par ses predecesseurs surtout ceux qui ont déja des fonds débloqués…,on expedie les affaires courantes en attendant que d’autres mannes tombent du ciel.Les ministres politiques essayent de faire de la comm qu’ils bossent bien mais en réalité c’est le vide sidérale,on essaye de faire de la gymnastique budgétaire pour faire des economies ,des economies destinés à payer les tape l’oeil ,genre pose de première pierre par ci par là .

ramatoa
Invité
ramatoa

hihih, et ceux qu’il a essayé de contrarier lors de son show
il a dit que les autres le critique que les travaux du’il est entrain de réalisé sont des projets étudiés lors des mandats de ces prédécesseurs . Donc, il n’est prêt à avouer que pour le moment c’est la continuité de l’état qui est en cours
Il voulait que le peuple accepte qu’il travaille or il ne peut pas forcer qui que ce soit à accepter ce qui ne sont pas acceptable

mpijery
Membre
Actif
mpijery

Il disait que c’est pour renforcer la décentralisation alors que c’est tout le contraire: suppression des élus au profit des désignés

ramims
Invité
ramims

bah il suffit de faire circuler les mallettes pour faire approuver les révisions de loi et c’est dans la poche, ouh les sousous dans la popoche
Et qu’on arrête de parler du « droit du peuple a choisir son destin », qu’on arrête de se f***e de la gueule du peuple

Reporter
Invité
Reporter

Oui, vous avez raison, il faut faire circuler les mallettes. Mais tout d’abord, il faudrait trouver des mallettes …




Andry
Invité
Andry

Où sont les mallettes ?

Pro
Invité
Pro

Pourquoi voulait-il ? Je pense qu’il veut toujours, il trouvera bien un moyen pour parvenir à ses fins, mais là, sa crédibilité est sérieusement entamée

Andria
Invité
Andria

Misaotra anao Elman. « mazava hoatran-dRasoamazava », hoy ilay mpampianatra anay fahiny. Le parcours lui semble très rude désormais. Indrisy. Bon, Il fallait prévoir tout ça. Savoir bien anticiper pour pouvoir aboutir là ou l’on veut aller, car, « gouverner, c’est prévoir, non? » Raha tsy izany, dia ho tahaka ny Isiraely nihodinkodina tany an’efitra 40 taona io.

kof
Membre
VIP

Euh, seul petit souci : au moment où l’on parle, il n’y a plus de chefs de région non plus, ils ont tous été limogés à la fin février 2019, en Conseil des Ministres.

Euh, ça par contre c’était autrement plus grave que les velléités de suppression du sénat dont les membres, je le rappelle à toutes fins utiles, ne sont pas élus par le peuple. Avait-il le droit, constitutionnellement parlant, de limoger des élus du peuple sans déclencher automatiquement derrière des élections pour les remplacer? Si la constitution permet ça, c’est du grand n’importe quoi. Un des grands principes de la démocratie représentative est qu’un élu qui cesse de l’être (fin de mandat, limogé etc…) doit être remplacé par un autre élu à travers une nouvelle élection. Sinon, où va-t-on?

babakaty
Membre
babakaty

Tous les chefs de régions étaient encore nommés du temps de Rajao ,une eniéme entorce à la constitution du comptable

Olivier
Invité
Olivier

C’est vrai qu’il peut probablement se justifier de les avoir remerciés parce qu’ils avaient été nommés par le Président précédent et non élus comme la constitution le stipule.
Mais faute d’avoir pu engager la modification de la consultation, l’état devrait alors organiser un scrutin pour faire élire ces Chefs de région. Sinon la structure de l’état décrite dans la constitution n’est pas respectée…
Mais bon, on l’a bien compris, ce n’est pas du tout ce que le Président souhaite; il veut le prolongement de son pouvoir en Province en nommant ses (et non ces) gouverneurs.
L’opposition (si elle existe) devrait surfer sur cette inconstitutionnalité qui va durer jusqu’à ce que la constitution soit modifiée. Ce qui n’est pas gagné, vu le plaidoyer diffusé par les sénateurs eux-mêmes en faveur du maintien du Sénat et qu’il faut, comme Elman le rappelle, 3/4 des voix des sénateurs pour que le processus de modification de la constitution puisse continuer (vers le référendum citoyen).
Bon, maintenant, on change facilement d’avis dans ce pays (prévoir un banquet au Paon d’or).




ramatoa
Invité
ramatoa

donc, il a prévu depuis le limogeage car il pensait que la modification de la constitutions passe facilement et il pourrait facilement aussi désigner ses gouverneurs. Il est malin mais heureusement, pour le moment, que ça n’a pas été réalisé, mais plus tard on ne sait pas si il va arriver à ses fins (désir).

jereo gasikara
Invité
jereo gasikara

la mise en place des gouverneurs régionaux est inclut dans la mise oeuvre de la décentralisation effective à Madagascar . c’est donné plus d’indépendance pour chaque région et que le développement soit parallèle pour toutes les région à Madagascar .

Moi
Invité
Moi

Governorat = déconcentration vs décentralisation effective par mandat électif selon suffrage universel indirect via les grands électeurs (conforme à notre Constitution)

Florent
Invité
Florent

En êtes vous sûr ?

Moi
Invité
Moi

Et comme je l’ai déjà souligné : la nomination directe du gouvernorat par SEM Le Président de la République équivaut à une « déconcentration du pouvoir central » et non pas « une décentralisation effective telle que le soutient notre Constitution ».
Autre point marquant, en cherchant à suprimer la Chambre haute, SEM Le Président de la République s’orienterait obligatoirement vers un système de gouvernance politique « monocaméral » à vocation de faire passer toutes dispositions portant modification constitutionnelle « sans verrou ni contre-pouvoir, allant du Conseil des Ministres à l’adoption parlementaire de la modification constitutionnelle ». Voilà ce que je voulais « ajouter à votre analyse »; sans oublier que le système monocaméral reste le seul moyen de « gérer les conséquences induites » suite à une incapacité d’exercice de SEM Le Président de la République ou cas d’empêchement ou de motion parlementaire… 😉

sarah
Membre
sarah

Ouahh, quel article, merci Elman. Tsy mila tohizana, anay aby zay

namana2
Invité
namana2

Raha tsy hainao ny manateteraka ny tetik’asanao sy ny ny IEM-nao miaraka amin’ny lalam-panorenana izay NATAONAO?..tsy ny miala ve no mety aminao ??

ramatoa
Invité
ramatoa

hihihi

ramatoa
Invité
ramatoa

pour moi, c’est différent l’autre est désigné et l’autre est élu et il veut à tout prix que ce sera lui qui désigne tout le monde durant son mandat. Donc, que va devenir les oppositions? Aucune place pour ceux qui ne sont pas pro-PRM!

Mais il voulait jouer comme malin car en même temps de la suppression du sénat qu’il voulait insérer la désignation des gouverneurs et la suppression des chefs de région. Il sait que les gens râlent pour le sénat qui est budgétivore, et il en profite que sa suppression lui donne un atout pour mettre en place des institutions qui lui vont

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!