Quand on est pauvre, peut-on envisager l’avenir autrement ?

Quand on est pauvre, peut-on envisager l’avenir autrement ?

Question incongrue mais qui fait suite à une interview que j’avait vu sur TV5 je crois, où l’animatrice évoquait le cas de ce village malgache qui refusait l’électrification de leur village on ne sait plus trop pour quelle raison.

Et du coup, ça m’a rappelé autre chose, dans le village où j’habitais avant de venir en France : un jour, un notable de ce village, qui en avait sans doute un peu marre que l’espèce de route, qui allait chez lui, était la plupart du temps plus une piste boueuse qu’autre chose, avait donc proposé de prendre gracieusement à sa charge l’aménagement de cette route, en installant des canaux de chaque côté, et en pavant la route.

Du coup Conseil du village, débats houleux, et au final, la proposition a été rejetée. Et pour quel motif s’il vous plaît ? Alors là, accrochez-vous. « La proposition est rejetée car les pavés abîment les sabots des zébus qui tirent les charrettes« . Je rappelle que nous sommes ici à moins de 15 minutes d’Analakely.

Donc l’un dans l’autre, comment voulez vous parler de développement, de progrès, de bien-être, avec des bouseux moyenâgeux empêtrés dans leur « izay tsy ita izay maha ratsy azy » séculaire ? Et bien bornés en plus ?

Donc quelques fois tu baisses les bras et tu te dis « bon et bien restez dans votre bouse moyenâgeuse alors« . Le seul problème c’est que ces gens là, vous devez cohabiter avec eux. Avec leurs charrettes qui vous bousillent votre route, avec leur refus du progrès, bref, faire cohabiter le XXIeme siècle avec le Moyen-âge, est-ce possible ?

Non.

Du coup je comprends par exemple les karana (ou les riches d’une manière générale) qui se barricadent dans leurs nouvelles cités où il faut montrer patte blanche pour rentrer. Les riches restent avec les riches, les gueux avec les gueux. Et le fossé se creusera davantage car comme dit l’adage, les riches deviendront encore plus riches. Et les pauvres reculeront encore un peu plus, vers la Préhistoire.

Les mots sont un peu durs aujourd’hui mais quand il faut secouer le cocotier, il ne faut plus s’embarrasser de « azafady tompokolahy, azafady tompokovavy » : la réalité est bien là, nous allons vers la cité des riches d’un côté, les ghettos et les bidonvilles de l’autre. Et entre les deux, la classe moyenne qui, de par les choses et la démographie galopante, finira par être absorbée par les bouseux, si ce n’est pas déjà le cas.

Le constat est ainsi posé, quelle sont les solutions ? Encore une fois, la solution ne peut venir que d’en haut. Quand le Fanjakana donnera par exemple l’ordre de paver totalement toutes ces maudites petites routes boueuses et moyenâgeuses, là tout le monde fermera son clapet et s’exécutera. Je sais plus qui a dit « Je ne suis pas là pour rendre le peuple heureux, je suis là pour veiller sur son bien-être« . Marc Ravalomanana peut-être ? Et il avait tout à fait raison.

Si on veut avoir une chance de sortir de cette pauvreté matérielle et spirituelle, à un moment il faut taper du poing sur la table et avoir le courage de prendre les mesures qui s’imposent, même contre le gré de certains. Mesures peut-être impopulaires sur le coup, mais un jour, les mêmes récalcitrants remercieront en s’exclamant « il avait raison le bougre ».

Partager l'article
elman

Digital Native Allez on y croit !

52
Poster un Commentaire

avatar
  Subscribe  
Me notifier des
mangableu
Membre

Ca me rappelle le tampon’ny Horombe sur la RN7. Quand c’était encore avec les trépidations, les gens gueulaient que leur voiture tombait en miettes à cause des vibrations. Goudronnée, ils disaient que ca usait rapidement les pneus car c’est du goudron bonbon voanjo; maintenant plein de nids de poules, ils se demandent quand est ce qu’on va réparer cette fameuse RN7.

Ianona
Membre
Gold

Même nos lois sont d’un autre temps, quand on considère seulement celle du mariage et du divorce. Elle ne prévoit pas le divorce par consentement mutuel, et l’adultère est encore pénalisé du coup une personne peut croupir en taule parce qu’elle veut juste refaire sa vie.

mpijery
Membre
mpijery

Avec les députés que nous avons, ça ne va pas s’arranger de sitôt, à moins qu’ils ne soient personnellement concernés

amatchi
Invité
amatchi

la plupart des lois en vigueur à Madagascar ne sont pas adaptées aux us et coutumes mais ont été copiées , il serait temps de les revoir, en premier les lois « sociales », mariage, divorce, héritage,
en 50 ans de Madagascar j’ai vu trois changements notables, le prélèvement à la source de l’impôt salarial, le partage des biens en cas de divorce (au fait est ce rétroactif) et la nationalité malgache transmise par la mère

Rafangy
Membre
Rafangy

oui, le partage des biens en cas de divorce est retroactif(merci celine)

kof
Membre
VIP

La proposition est rejetée car les pavés abîment les sabots des zébus qui tirent les charrettes

Oh punaise! Un métier d’avenir à Mada : maréchal ferrant. Pour ferrer les zébus. Le parc de zébus est immense, le marché gigantesque. 🙂 . ça tombe bien, c’est un métier adapté au moyen-âge.

comment image

feng.chou
Invité
feng.chou

Mais non, pas seulement adapté au moyen âge !
Allez voir la façade de l’ancienne prison saint Joseph sur le quai Perrache à Lyon.
Vous y verrez de part et d’autre de l’ancienne porte d’accès à la prison, des anneaux en fer scellés dans le mur.
Ces anneaux étaient destinés à attacher les chevaux tirant les charrettes conduisant les prisonniers.
Avec le bannissement prévisible des voitures automobiles au profit des voitures hippomobiles, Lyon est en avance 🙂
Quand au métier de maréchal ferrant il a la cote en ce moment avec le développement des haras et des élevages français.

kof
Membre
VIP

Mais non, pas seulement adapté au moyen âge !

Mais arrêtez de tout prendre au premier degré! Vous avez trop vécu au pays endémique ou quoi? 🙂

Rafangy
Membre
Rafangy

on ne ferre pas les zebus ici, c’est contraire au fombandrazana!hihihihihi!

feng.chou
Invité
feng.chou

Je me demanderai longtemps pourquoi Madagascar ne développe pas les voies de circulation pavées ?
Il y a du matériau sur place, pas besoin de l’importer comme des produits pétroliers.
Pédro Opéka a réussi à former d’excellents paveurs, donc ma main d’oeuvre existe sur place et la formation peut être faite localement.
Il serait possible de laisser des chemins exclusivement réservés aux zébus tracteurs, d’ou seraient exclus les véhicules à moteur !
Les voies pavées seraient autorisés a des véhicules ne dépassant pas un certain tonnage, un effort surhumain devrait être déployé pour faire respecter des règlements.
Comparaison n’est pas raison, je sais.
Dans la petite ville d’Alsace où j’ai passé ma jeunesse, les rues principales étaient pavées,j encore en 1990 !

pierre
Invité
pierre

Il faudrait aussi interdire le passage des charettes a boeufs sur les rues pavées s »il ont des roues ferrées et les obliger a mettre des roues sur pneus qui abiment moins les routes.

Molaly
Invité
Molaly

Rehefa tsy manao ny fanabeazana (amin’ny lafiny rehetra) ho laharam-pahamehana dia tsy afaka hiandrandra fiovàna mihintsy. Tsy ny harena ihany no ifandovàna fa ny fahatrana indrindra koa. Toe-tsaina sy fomba fijery miampita hatrany amin’ny taranaka mifandimby. Mampianatra sy manoro, mibaiko sy mitarika ary tena miasa, manampy sy manohana, mankasitraka sy manasazy




ramatoa
Invité
ramatoa

marina tsy misy diso
maro anefa ankehitriny no tsy tonga saina intsony hoe mampita zavatra @ zanany sy ny taranany anie izy io fa tsy miaina ohatra ny biby ka izay lalany any lalany fa r’efa mahita vola na hahitana vola dia efa mety na dia tsy ho voafehy aza ny taranaka

Ngita
Invité
Ngita

Tout dépend du pays, si vous êtes en France ou Danemark Norvège… vous avez de la chance de vous en sortir en travaillant, l’état assure une certaine égalité entres les citoyens.
Si vous êtes à Madagascar,Angleterre États Unis… Si vous n’êtes pas né dans la bonne famille la probabilité de vous en sortir est faible

Ngita
Invité
Ngita

Tout est dans l’éducation!!

feng.chou
Invité
feng.chou

L’éducation me semble bonne à Madagascar. Les parents, et surtout les mères éduquent bien leurs entrants.
Mais en grandissant par défaut d’enseignements, les jeunes oublient l’éducation de leurs parents…

Molaly
Invité
Molaly

Si l’éducation est la priorité des priorités, il faudrait aller au fond du problème : système adapté aux réalités avec des objectifs clairs et quantifiables débouchant à la productivité, prise en main effective, former de véritables enseignants/éducateurs/encadreurs, donner les moyens nécessaires. Parfois, dès l’adolescence, les parents n’arrivent plus à éduquer leurs enfants (n’arrivent plus à suivre)

amatchi
Invité
amatchi

je ne suis pas d’accord avec vous, l’éducation, lorsqu’elle a été bien comprise, reste même si l’enseignement n’est pas formidable
mais peut être faudrait-il se mettre d’accord pour savoir ce que signifie éducation,

sarah
Membre
sarah

avec l’adduction d’eau dans les villages, le maire bloque le projet si l’on ne prévoit pas une borne fontaine près de sa maison. tant pis pour les autres maisons même si elles sont nombreuses.

Rangita
Membre
Gold
Rangita

Une religion, un mode de vie, une idée du progrès, des standards…,
nous ne sommes que des bons sauvages après tout,
nous ne faisons que servir et au mieux copier.




Debile Profond 2.1.5 ™
Membre
VIP

Deux religions, une vie commune, deux modes de vies, deux idées du progrès, deux paradis, deux cimetières …

comment image

Pays bas 1888- le mari catholique et la femme protestante …

Debile Profond 2.1.5 ™
Membre
VIP

Et partout la bêtise humaine au nom de Dieu …

feng.chou
Invité
feng.chou

Bêtise et *onnerie semblent uniformément réparties sur terre, et même au delà ?

hum
Invité
hum

Malahelo an Ravalomanana za zany…

banksybeat
Invité
banksybeat

c’est culturel et bien ancre, le meme scenario pourrait se retrouver au conseil d’adminsitration de la cnaps ou de l’universite. Cela n’a rien a avoir avec le niveau d’education.

kof
Membre
VIP

Ndriii!

Vu sur facebook. Quelque part dans la région de Maroantsetra. io ny EPP any. T1 jusqu’au T5 dans cette unique salle de classe au milieu de nulle part. Unique instit. Avec le drapeau malagasy fièrement dressé au milieu de la minuscule cour de récré. Pour moi l’instit est un héros et les parents vraiment avides d’enseignement pour leurs enfants. Selon le partage facebook, la plupart de ces enfants arrêteront en T5, faute de CEG dans une distance humainement raisonnable. Izay. Vita.

Comment ces enfants envisagent-ils l’avenir?

comment image




Antontan'isa
Invité
Antontan'isa

L’on apprendra jamais un éléphant à grimper un arbre. Au delà de l’éduction il faudra peut être aussi trouver comment développer un système éducatif qui puisse détecter le plus tôt possible et orienter les talents et les vocations. Ou c’est utopique? (Suis pas spécialiste de l’ēducation)

mpijery
Membre
mpijery

ou bien identifier quels profils notre société aura besoin, quel type de métiers manque et orienter les formations en conséquence

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!