Qu’est ce qui est difficile la dedans, partie 2: Fandaminana ny mpitandro filaminana

Fandaminana ou Organisation.

Tous ceux qui sont dans le domaine de la sécurité ou encore dans le domaine de l’organisation d’un lieu, d’un groupe d’individu ou encore d’une entité quelconque sauraient qu’après la mise en place d’un système qui « sécurise », le plus dur c’est la « sécurisation » de ce système.

Ici, quand je parle de sécurisation du système de sécurité ou je peux aussi dire garanti d’un dispositif mis en place. J’aimerais ramener cela à nos « mpitandro filaminana ».

Comment va t-on faire pour organiser ce machin ou ce gros enchevêtrement d’engrenages difficile à maintenir et à diagnostiquer ? Ou encore à envoyer chez le « mpanao » vidange du coin.

Encore une fois, est-ce si difficile que cela de le faire ? Techniquement toujours cet esprit technique, car nous manquons cruellement de techniques efficaces dans ce pays.

Les bla-bla-teurs, on en a, beaucoup même; les décideurs on en a aussi et il y en a trop.

Par contre ceux qui peuvent dire avec précision et avec garantie qu’une démarche va aboutir sans encombre vers une réussite, ça on en a pas. Et désolé pour les élites, mais, je n’en ai pas vu et c’est pas près de changer vu les niveaux des étudiants dans les universités publiques ou privées (attention ramose, ces étudiants payent une fortune par mois, pourquoi vous leur mettez une mauvaise note ?)

C’est toujours, euh an an an ka, tsy mety izany, aleo hijanona amzao fa refa mandeha fotsiny io d’efa mety e. Sans le moindre garanti, sans le moindre projection de ce qui va se passer dans 5 ou 10 ans.

Et ne lui demande même pas ce qu’il faut faire si le projet ne tient pas en place après 2 mois de la livraison des travaux.

Revenons à nos « mpitandro », supposons:

  1. Lister tous les mpitandro de chaque entité de chaque base ou de chaque lieu peu importe sa nature ou sa catégorie. Une actunaute avait proposer de les ranger dans La Garde Nationale Malagasy. hum j’aime cette idée, mais passons pour l’instant.
  2. Les ranger bien au chaud dans une base de données sécurisées. Oui, à chaque fois que je parle, c’est toujours relatif à l’informatique, mais que voulez vous ? Quel domaine n’est pas relatif à ce machin en ce moment ? Les WC publiques ? Non, c’est déjà automatique et informatisés en Chine.
  3. Ensuite, hop, mettre à disposition du grand publique une application mobile permettant d’identifier n’importe quel « mpitandro » dès que l’individu pointe son téléphone sur le « mpitandro » qui lui a un code QRC sur son uniforme, devant et derrière bien visible. Appli qui va afficher des infos non dangereuses pour le mpitandro.
  4. Je sais, on va encore me traiter de proposer des solutions de l’âge de pierre ou encore d’être anti-constitutionnelement-parlant-comme-toujours (mot le plus long en fait 🙂 ). Mais, je l’ai dis, ça ne marchera jamais avec des gens qui dirigent sans la grosse paire de c**** qui va avec.
  5. Ensuite, que va t-il se passer ? Ben, plus d’abus, fini les moindres abus, le « mpanotra », les « manomeza kely ». Car, oui, dans l’application il y a un bouton Plainte qui ajoute directement un mauvais point pour le policier ou le gendarme ou encore peu importe son nom, directement dans sa base de donnée et qui est visible par son supérieur hiérarchique.
  6. Attention, il faut pas appuyer sur le bouton Plainte pour le moindre mécontentement hein, à utiliser avec réflexion, la dessus je réfléchi encore sur comment améliorer l’idée.

Donc, voilà, mais en quoi ça nous aide nous les X millions de malagasy qui n’en ont rien à f***** ?

Hein ? Cela permet justement de mettre une petite voix dans la tête de chaque mpitandro filaminana que s’il fait ceci ou cela en dehors des règles, il va avoir un mauvais point.

Encore une fois un genre de système comme au Maroc, oui ou encore comme au Rwanda, désolé mais eux ils avancent, donc inutile de parler de démocratie ou de constitution, car ça marche pas chez nous. C’est comme les trottoirs, ça sert à rien chez nous, autant mettre directement un arabe total qui est à la fois pour les piétons, les véhicules et les vendeurs, ça donnerait les mêmes résultats car c’est du copier / coller.

Voilà en quelques mots ce que je penses comment il faudrait organiser tout ça, vos commentaires seront y ajouter d’autres idées ou des critiques pour améliorer afin d’aboutir à un système que l’on pourra mettre en place un jour ? Qui sait ? Peut être que l’on serra convoqué pour aller réaliser tout nos blabla ici ?

Moi à la place des dirigeants, je ferais ça, je convoquerais tous ceux qui blablatent et je les mets à la place, le seza et je le défis de réaliser ses blablas pour voir.

Subscribe
Me notifier des
guest
2 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Ralek
Gold
2 années plus tôt

Merci pour la contribution.
Quand vous parlez d’organisation, ce n’est pas que en bas, sur les soldats vatatay.
C’est l’organisation globale qu’il faut revoir!
Organisation hiérarchique, organisation géographique, organisation logistique, organisation juridique aussi (rayon d’action).

Comme partout, les exemples viennent d’en haut. On ne peut par reprocher à un homme du rang de de faire le « manomeza kely » alors que ses supérieurs pratiquent à une autre échelle… Ces vols invisibles que le citoyen lambda ne pourra pas dénoncer sur son appli.

ACTUTANA