Recherche hommes d’Etat désespérément

Et lui c’est qui ?

Gné ? L’inspiration nocturne m’a fait atterrir cette fois sur la dichotomie entre homme politique.. et homme d’État.

En googlant homme d’État, le concept qui revient souvent est celui de la recherche du bien commun. Le pouvoir que l’homme d’Etat détient n’est utilisé que dans cette fin : la recherche du bien commun, au service des citoyens vivant actuellement et pour ceux qui arriveront plus tard. Les générations futures quoi.

Il y a-t-il de vrais hommes d’Etat à Madagascar ? L’état actuel du pays répond à cette question. Mais dans ce cas, que sont tous ces gens qui se prétendent aujourd’hui “dirigeants” ?

Hélas, ce ne sont pas des hommes d’Etat. Ni même des politiciens. Ce sont juste des petites personnes assoiffées de pouvoir, galvanisées par les perspectives et les prérogatives que ce pouvoir leur procurera. Des opportunités d’une vie meilleure. Un meilleur niveau de vie. De l’argent. Des voitures. Des villas. Des 4×4. Du 3V. L’intérêt supérieur de la ration dans ma gamelle.

En ce sens, comment voulez-vous construire une nation avec des individus pareils ? Même pas en rêve comme qui dirait. Avec des jiolahimboto, des mafieux, des véreux, des corrompus, des voleurs ?

Des bandits de grands chemins en col blanc tout compte fait. Des dahalo reconvertis diraient même les mauvaises langues.

Quand on est un homme politique, on peut comprendre certaines faiblesses. La quête du pouvoir n’est pas non plus un long fleuve tranquille mais une fois le pouvoir acquis, il est nécessaire de se transformer en vrai homme d’État et malheureusement, là il n’y a plus personne.

Combien de nos pseudos hommes d’Etat ont lu les pensées de Socrate (le gars de la photo) retransmises par Platon ? d’Aristote ? De Descartes ? Combien ont entendu parler du Prince de Machiavel ?

Gros silence dans la salle. Sérieux, même pas un seul ? Non ce n’est pas étonnant après tout.

Oui quelques-uns ont effectivement quand même de la bonne volonté. Mais ce n’est pas suffisant pour diriger un pays. Il faut une vision, du réalisme, du pragmatisme. Prendre des sales décisions qui ne feront pas plaisir mais ce n’est pas grave, on sait qu’au final elles contribueront à ce fameux bien commun.

On parlait par exemple de TVA, impôts et toussa dans l’autre chronique. Décider de faire payer tout le monde, même ceux qui ne gagnent que 2$ par jour, oui c’est une sale décision mais l’homme d’Etat sait que c’est une bonne décision et que c’est le seul chemin pour arriver à ce fameux bien commun.

Le peuple va gronder, protester, prendre les armes, faire la Révolution mais ce n’est pas grave, la conviction est difficile. Mais le vrai homme d’Etat sait que c’est une bonne conviction. Là oui vous ne comprendrez peut-être pas aujourd’hui mais un jour tout s’éclaircira.

Et enfin, dernier point, le vrai homme d’Etat est au dessus des clans et des partisans : il n’a plus de comptes à rendre aux politiciens, seulement au peuple qui l’a mis là où il est.

A la lecture et à la lumière de tout ce que je viens d’écrire, à vous de mesurer le chemin qu’il nous reste à parcourir. Mbola lavitra be hono e ?

Subscribe
Me notifier des
guest
2 Commentaires
plus anciens
plus récents plus de votes
Inline Feedbacks
View all comments
zafimbaza
6 mois plus tôt

Hélas le gouffre est trop profond . Quiconque se hasarderait à ouvrir les yeux à ce gouvernement se retrouverait rapidement en taule . Dans leur tête c’est : laissez nous manger le plus longtemps possible !

Fil info

Voir d'autres articles

Commentaires