Rétablissons la sécurité si vous le voulez bien ?

Rétablissons la sécurité si vous le voulez bien ?
Rétablissons la sécurité si vous le voulez bien ?

Cela va bientôt faire un mois que j’ai repris du service et même si je mesure bien la difficulté et les problèmes, oui, j’y crois plus que jamais en ce pays.

Je vois des gens qui bougent, qui veulent faire des choses, tenter.. et même vous qui commentez sur actutana, un peu, beaucoup, énormément, je sens que malgré les problèmes et les difficultés vous n’avez pas encore lâché prise, que vous avez encore envie d’y croire. Même un tout petit peu 🙂

Mais si nous voulons que tout ceci ait une chance de marcher, il y a un passage obligé : rétablir impérativement et en priorité l’ordre républicain. La sécurité donc.

La sécurité des biens et des personnes est un pré-requis avant de penser à un quelconque développement.

La force, les armes doivent être uniquement la prérogative de la puissance publique dans les limites définies par la Loi et quand ce n’est pas le cas, c’est que nous avons donc affaire à des esprits criminels (comme sur TF1), c’est aussi simple que cela.

Des criminels qui doivent donc être impérativement traqués, pourchassés, interpellés et punis.

L’insécurité tue, au sens propre du terme. Elle est en train de tuer le développement économique et social de ce pays. Très concrètement, saviez-vous par exemple que le père du jeune Yanish Ismaël enlevé dimanche dernier est un acteur majeur dans le social à Madagascar ?

  • Ces hôpitaux pour enfants partout c’est lui.
  • Ces médecins de l’Océan indien qui sillonnent tout Madagascar pour dispenser des soins gratuitement, c’est lui.
  • Ces centres de santé un peu partout accessibles aux démunis, c’est lui.
  • 30 millions de dollars de promesse d’investissement lors de la dernière conférence des bailleurs à Paris, c’est lui. Alors les gros racistes anti-karana, ça vous en bouche un coin n’est-ce pas ? Oui il y a des « bons » karana dans ce pays. Et Danil Ismaël en fait partie et il mérite respect et considération pour son action.

 

Pour en revenir à cette insécurité galopante, les conséquences sont inéluctables : les investisseurs ne viendront plus pour ceux qui avaient l’intention de venir, ou ils partiront, pour ceux qui sont déjà sur place.

Vous êtes bien gentils les Malgaches mais nous ne sommes pas venus ici pour nous faire dépouiller, kidnapper, pire, trucider.

Il est donc grand temps de réagir, vite et bien, en mode 2.0 Il ne s’agit plus de jeter de la poudre de perlimpinpin aux yeux de l’opinion publique pour montrer que l’on fait semblant de travailler, en procédant à l’arrestation de temps en temps de quelques personnes au hasard. Non, la population veut de l’efficacité. Et des vrais résultats.

Où sont les armes de guerre ? Les munitions ? Savons-nous exactement combien nous en avons ? Les armes récupérées sur les théâtres d’opération, elles viennent d’où ? Qui étaient leurs propriétaires ? Les inventaires des soutes à bombes sont effectués tous les combien de temps ? Avons nous un fichier national du grand banditisme ? Les militaires ou les policiers qui se livrent à des actes de banditisme on en fait quoi ? Les personnes fichées en liberté sont-elles surveillées ?

Ce ne sont ici que quelques questions d’une problématique immense.

Mais avant tout, la population veut une police de proximité. Quand les réseaux sociaux rapportent que cette semaine il y a un homme du côté du CENAM qui se balade sur la chaussée, non pas nu mais au vu et au su de tous, avec un sabre d’une main, un sac volé dans l’autre, en venant juste de dépouiller les passagers d’un taxibe, cela fait franchement froid dans le dos. Et où est la Police de proximité ?

On sait que tout cet axe là, en partant d’Ampefiloha, Andavamamba, CENAM, Ampasika, Andohatapenaka est zone rouge, où est la Police de proximité ?

Au jardin d’Andohalo, les mêmes réseaux sociaux rapportent qu’il y a une bande de voyous qui s’attaquent aux personnes qui sont dans ce jardin en leur jetant des substances nocives : où est la Police de proximité ?

Réseaux sociaux, numero vert, émissions radiophoniques : les sources d’informations ne manquent pourtant pas.

Quand on reçoit des vahiny pour le sommet de la Francophonie, on a été capable de mettre un élément armé tous les 10 mètres, d’Ivato à Mahamasina. Mais dès la fin du Sommet, tout le monde est rentré dans sa caserne. Pourquoi ? A quoi ça sert d’avoir des forces armées ? Juste à parader tous les 26 juin ?

Le pays se trouve actuellement en État d’urgence et de nécessité absolue, et les mots sont bien pesés, en matière d’insécurité.

Au lieu de nommer à la pelle des généraux d’opérette dans l’armée la plus étoilée du monde, qu’est-ce que l’on attend pour monter des services de renseignement et d’interventions dignes de ce nom ?

Quand en 2017 on utilise toujours la bonne vieille machine à écrire à ruban de mon grand-père dans les postes de police, que les plaignants doivent ramener eux-même du papier A4 pour que leur plainte puisse être enregistrée, que quand vous appelez tard la nuit la Police ou les gendarmes pour solliciter leur aide et qu’ils vous répondent qu’ils ne peuvent pas venir car il n’y a plus d’essence dans leur scooter, que le brigadier chef n’a pas pu vous recontacter car il n’avait plus de crédit dans son téléphone, cela nous donne une idée très précise d’où nous partons : de la cave située dans le sous-sol.

La problématique et les besoins sont maintenant bien posés, je ne peux pas aller au delà, mon rôle s’arrête là : à ceux qui sont en charge de réagir et de proposer un plan d’action pour résoudre le problème.

Ou de continuer à dormir sur leurs lauriers étoilés.

elman

elman

Digital Native Allez on y croit !

Souscrire
Me notifier des
guest
Le formulaire de commentaire recueille votre nom, email et contenu pour nous permettre de garder une trace des commentaires placés sur le site. Veuillez lire et accepter les conditions d'utilisation et la politique de confidentialité de notre site Web pour publier un commentaire.
25 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
jr31

avec la paragraphe « quand en 2017 … « , dans un premier temps, j’ai été plié de rire, mais après, c’est la colère qui l’a emporté! si l’état n’assure plus son pouvoir régalien, c’est qu’il n’y a plus d’état du tout! … pauvre pays! … mais on y croit toujours!

rafangy

, vous n’avez pas payé ses repas durant sa mise en détention au violon?

jr31

,

au fur et à mesure des comments, cette histoire devient de plus en plus abracadabrantesque!

kof

, certains auraient appelé le fokonolona pour en finir sur le champs avec le voleur. Pas de gaspillage d’essence ni de temps… Par les temps qui courent, ce seul geste (le vôtre) contient plus de civilité que tous les discours possibles…

J’ai quand-même une question : qu’est devenu ce voleur? A-t-il au moins été condamné et incarcéré?




kof

, Peut-être les juges ne lui ont pas rendu service. Du coup il y a toutes les chances du monde que ce pauvre bougre ait recommencé et son compte réglé cette fois-là dans la rue.

Verohanitra

, j’aime beaucoup l’article très percutant. Espérons que l’appel sera entendu. Dire qu’une centaine des forces de l’ordre ont été mobilisées pour le dépôt de gerbes de fleurs sur la place du 13 Mai alors que les brigands, les kidnappeurs, les violeurs en tous genres s’en donnent à coeur joie.

rafangy

@Verohanitra, petite rectification : ce n etait pas UNE CENTAINE de militaires mais plus de TROIS CENTS qui ont ete a Analakely le 13 mai dernier! c est facile de montrer ses armes face a des civils a mains nues, mais ces militaires ne font jamais le poids devant les dahalo et bandits a armes egales!

rivokely

, il y a un qualificatif pour quelqu’un qui tourmente ou opprime les plus faibles que lui et n’ose pas affronter leur égal en force: c’est un « Lache ». @ny teny malagasy moa dia lazaina hoe « kanosa ». Mbola betsaka ny azo lazaina mikasika ireo miaramila na mpitandro ny filaminana nanomboka t@ fanonganam-pajakana nataon’ireo t@ 2009 fa ny misongadina koa dia « jiolahy manao fanamiana sy mitam-piadina » ny maro @ izy ireo. Hatrany no mila fanadiovana mahery vaika raha tiana hiverina ny securité sy ny fanarahan-dalàna.




Vohitsara

C’est ce que j’ai dit dans l’autre poste. A 67ha (Garage), il y a toujours des policiers qui reglent la circulation et là on voit souvent des bandy qui forcent la porte des voitures ou vous volent tout simplement tout ce qui est dans votre voiture. Et les policiers étaient à 20m, sans rien faire. J’ai vue 2 ou 3 fois. Et quand les gens crient eh Mr Rapolisy pourquoi vous ne reagissez pas? La réponse on est là pour la circulation. Pathétique.

kof

Merci pour billet. Très intéressant.

mangableu

Ilay fomba fisainana mihitsy no mila ahitsy, ary mila ovaina koa ny lalàna fa efa tsy manaraka ny toetr’andro intsony. Vao tamin’ny alatsinainy teo izaho nametraka plainte tany @police ary tena marina ilay oe ianao no miantoka ny taratasy fa tsy manana ry zareo. Vita ny PV, mbola nilaza ihany ilay police hoe mba omeo frais taxi hivezivezeny hitadiavana ilay olona adversaireko fa izy efa tsy dia tanora intsony fa tsy afaka mandeha tongotra firy intsony! Halala!

rafangy

, tsy tokony nomenao vola izy fa nampindraminao bisikileta hoe inty sady mahasalamana anao no mahahaingana ny dia aleanao rehetra

Lita Z.

Momba an’Andohalo : ny Etamazaoron’ny Tafika anie ka eo akaiky kely eo e! Misy miaramila foana eo amin’ny manodidina eo izany ! Fa dia manao inona?




rafangy

@Lita Z., manao inona hoy ianao? manadala ny vehivavy mandalo eo kah!na koa mety ry zareo mihitys no manendaka eo! indrya taona izay , tetsy amin’ny digy, ampitan’ny etamazaoron’ny hery fampandrosoana, dia misy lakana fiampitan’ny mponina eo, mando 50ar tamin’izany ny miampita(fa ny mpianatra sy ny mpatsaka rano eo akaikin’ny etamazaoro io tsy mandoa) dia rehefa hariva dia nisy fotoana nisy vehivavy misy misintona dia voaolana tao anatin’ilay alan’akondro dia satria moa iznay fantatr’ilay mpampiapita lakana daholo ny ankamaroan’ny mpandeha eo dia narahina maso iznay izya tsy mahazatra, hay ilay tsivanona ka miaramila eo ampita eo ihany!

Lita Z.

, mpianatra no betsaka mandalo eo amin’ny zaridain’Andohalo, miaramila no betsaka manodidina (na dia be fiangonana koa aza eo). Na aiza na aiza aleha izany dia tsy azo ianteherana loatra ny mpitandro ny filaminana, natao hiaro ny vahoaka sy ny fananany. Rizareo indray no mampitahotra sy manimba. Mitombina hatrany izany ny fanontaniana hoe : misy fanjakana ve ity tany ity? Raha eny ny valiny, aiza ? Raha tsia, avela amin’izao ve?

Verohanitra

@Lita Z., mbolq misy ve izany mpitandro filaminana izany e ? Na izy manotra ny taxi-brousse sy camions mandalo, na izy miandry ny lalana handalovan’ny manampahefana, na izy manakorontana ny fifamoivoizana. Iomehezan’ny mpangalatra fotsiny fa be tsy andraofana.

tana-sur-escaut

et sur la route d’Ampefy, un contrôle tous les 5 KM, qu’elle est l’utilité de contrôler 15 fois le même véhicule sur 2h de route alors qu’à tana on aurait bien besoin des forces!

sotasota

Fitondrana alam-bahoaka ve tsy ny tenany aloha no harovany tsara.

[…] Outre le sujet de l’insécurité que j’ai déjà eu l’occasion de développer, les propos de M. Badano confirment bien que les infrastructures routières ainsi que le poste énergie sont également de sérieux freins pour investir dans la Grande île. Non, les routes ne se mangent pas effectivement, mais accessoirement, comme le groupe S2M, cela permet d’employer 1185 personnes, qui avec leurs salaires, pourront donc manger à peu près correctement. […]




[…] Lire : Rétablissons la sécurité si vous le voulez bien ? […]

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!