Une grève de taxis qui fait le buzz

Une grève de taxis qui fait le buzz - Photo FB FEM

Une grève de taxis qui fait le buzz – Photo FB FEM

Ce début de semaine, le buzz c’est évidemment ce mouvement de grogne des taxis dans la Capitale. Selon les organisateurs 2000 d’entre-eux étaient hier dans les rues de Tana pour y mener des opérations escargot. La CUA pour sa part en a décompté 130.

Après avoir discuté un peu avec ces chauffeurs sur facebook pour en connaître un peu plus sur leurs motivations et leurs revendications, visionner des interviews et des reportages sur le sujet, quelques éléments me donnent quand même matière à chroniquer.

La première chose qui m’a frappé c’est que pour beaucoup de ces chauffeurs de taxis, leur voiture est juste un moyen pour eux d’en tirer le max d’argent. Oui, après tout pourquoi pas. Mais là où le bât blesse c’est que l’entretien, l’amélioration de la voiture et de leurs services, ils s’en fichent complètement, il y a juste des versements journaliers et des revenus à atteindre, le reste ils s’en foutent totalement mais grave 😯

Donc les clignotants et les feux de stop qui ne marchent pas, on s’en fiche. Les amortisseurs qui ne sont plus que des tubes vides décoratifs, on s’en fiche. Les sièges troués ? C’est un point de détail. Le plancher troué ? Tant que vous n’êtes pas assis sur le bitume, où est le problème ? Le bidon en lieu et place du réservoir, où est le problème ?

Bref, l’état de leur épave, ils s’en fichent complètement, du moment que le moteur tourne et que ça roule à peu près. A peu près car les freins c’est aussi la roulette quelques fois. Quand à la dernière vidange, elle doit dater du temps de la Transition 😯

Donc l’épave qui se prétend taxi au service du grand public n’est rien d’autre qu’un citron qu’il faut presser au maximum pour en retirer le maximum d’ariary, la satisfaction client ne sont que des points de détail complètement secondaires.

Et c’est là qu’on voit que l’on est bel et bien à Madagascar. Ce qui compte c’est gagner le max, l’outil de production on s’en fiche complètement, la satisfaction client on s’en fiche complètement, et comme on a eu l’occasion de le voir à maintes reprises ces derniers temps, la sécurité des passagers on s’en fiche complètement aussi.

Et c’est là que je vois le fossé qui me sépare de ces gens là. Moi ma Perline je la chouchoute au maximum, la moindre anomalie sur la voiture retient immédiatement toute mon attention, c’est un bien qui mange certes de l’argent (harena mihinana harena) mais qui me permet aussi d’en gagner donc je la respecte en tant que tel, c’est un actif sur le long terme dont il faut précieusement prendre soin.

Ce n'est pas la voiture le problème

Ce n’est pas la voiture le problème

Les chauffeurs de taxi me rétorquent que leur voiture est leur unique moyen de subsistance. Je leur ai rétorqué que ce n’était pas le cas pour moi car avec l’expérience, la vie étant ce qu’elle est, je ne fais plus l’erreur de mettre mes oeufs dans le même panier. Gros silence en face. Bah oui, on est fetsy fetsy dans la vie. Ou pas.

Et un autre message que j’ai essayé de leur faire passer, mais en vain, c’est aussi celui-ci : avec les revenus de votre taxi vous arrivez à payer tout le monde, la bouffe, le loyer, les charges familiales… mais bizarrement vous rechignez à consacrer un pourcentage infime des revenus de votre taxi à son entretien, voire son amélioration ? C’est dommage.

On voit que ces chauffeurs ont la tête complètement dans le guidon car même quelques ampoules à 700 ar l’unité pour faire refonctionner leurs clignotants et leurs feux de stop, ils ne veulent même pas s’en occuper ?

Ce que ces chauffeurs veulent faire comprendre avec leur « Tsy mila omavet » c’est qu’au fond, ils refusent que la contre-visite ne soit pas gratuite. Comme ils n’ont aucune notion que la qualité a obligatoirement un coût, c’est donc quelque chose qui leur passe obligatoirement au dessus de la tête. Sans parler des mauvaises habitudes de risoriso et de petites corruptions au fil des années.

Mais qu’ils continuent donc dans leur entêtement de « majinika » (petits) qui ne veulent changer rien à rien. Le risque pour eux c’est qu’un jour un gros « ngetroka » se pointe à l’horizon avec un bataillon de taxis pas forcément luxueux mais simplement aux normes, avec une bonne qualité de service. Ce jour là, ces « majinika » sentiront leur douleur passer.

Et ça commence d’ailleurs déjà à klaxonner furieusement au portillon, pi pi pi pimmp, sa ahoana ? 🙂 Attendons que ce service 2.0 (et les autres qui arrivent) arrive à proposer la demi-heure de transport à 10-15 000 ar, là ça va tout simplement être l’hécatombe.

Partager l'article
elman

Digital Native Allez on y croit !

32
Poster un Commentaire

avatar
  Subscribe  
Me notifier des
mangableu
Membre
Gold

Ben pour régler ce (faux)problème, pourquoi donc ne pas aller dans ce sens, comme quoi la première contre visite est gratuite et obligatoire mais elle sera très sévère afin d’assurer une voiture en (très) bon état de marche à la sortie de visite.
En parallèle,les contraventions doivent aussi pleuvoir quand les policiers seront en face des voitures poubelles.
Là, on verra qui fera l’effort de remettre en état leur voiture car plus le choix.

Raingoro
Invité
Raingoro

@mangableu, si ce serait gratuit, la CUA ne va plus compter 130 opposants mais 2000 😀
Nombreux n’y sont pas allé puisqu’ils pensaient que ce projet n’aboutirait pas, mais si c’est gratuit tout le monde pensera que c’est une vraie purge.
Pour le gratuit, je pense qu’il faut voir avec l’agent publicitaire des lanternes pour trouver une solution gagnant-gagnant (taxi-CUA-agent publicitaire).
Sinon, ce renault express taxi, du jamais vu. A l’époque c’était un qui faisait le jonobotry vers l’université depuis la ville mais pas un vrai taxi.

afistardni
Membre
afistardni

Dans les années 2000, il y avait un lot de Golf dans les locaux de Mikoja à Nanisana, à côté il y avait des petites remorques qui avaient l’air de canon et des politiciens et des politiciens en profitaient faire tout un drame sur les intentions de Ra8 avec les « canons ». Les étaient je pense sensés rénover le parc de pikl.
Pour la petite histoire, les camions Mercedes et autres Unimog utilisés par l’Emmoreg étaient acquis du temps du dictateur Ra8. C’est là que l’on reconnait les dirigeants qui ont une vision et ceux qui abusent des hallucinogènes.

mangableu
Membre
Gold

@Afist, … et ces golfs ont changé de couleur, verte précisemment, pour devenir des voitures de police.(qui sont presque toutes sur cales actuellement) 🙂

afistardni
Membre
afistardni

@mangableu, un mot que nous malgaches ne connaissons pas: maintenance. Et les voitures du fanjakana sont aussi les plus mal entretenues et ne sont pas non plus assurées. On va demander à Kim Jung Un de nous envoyer une bombe pour tout nettoyer

Rafangy
Membre
Rafangy

@Afist, histoire vraie debut des années 90: un homme proprio d’un r4 taxi a proposé à son chauffeur le marché suivant: vous me donnez 10 000ar par jour(location de la voiture ) pendant 9 mois( pas de cumul) et après la voiture sera à vous, avec la seule condition que l’entretien et la maintenance sera à votre charge! le chauffeur n’en croyait pas ses oreilles , a demandé au proprio de répéter, puis a assuré au proprio que ce sera ok, le 1er mois, c’était ok, le 2ème mois enfin ok, le 3ème mois cela a trainé, et au 5ème mois, la voiture était sur cales faute d’entretien periodique! résultat, le proprio a récupéré sa voiture, le chauffeur s’est retrouvé au chômage
je me demande toujours, pourquoi la plupart des gasy ne connaissent pas l’entretien et la maintenance? il suffit de voir ces habitations au toit rouillé, murs lézardés, etc




Rafangy
Membre
Rafangy

@mangableu, sur cales et les moteurs ont disparu! comme ces camions mercedes dont la zp et l’armée ont été dotés mais par magie-magie, les moteurs se sont retrouvés dans des camions civils

mangableu
Membre
Gold

@rafangy, eh oui!Vraiment dommage!

kof
Membre

J’aime bien la photo de l’article car elle peut être vue de la façon suivante : les clients poussent leur taxi-poubelle pendant que le chauffeur est assis tranquillement au volant et empoche l’argent.

Au fait, et si les clients ne montaient tout simplement plus dans les taxi-poubelles. Problème naturellement résolu non?

namana
Invité
namana

Le probleme en general c’est juste entre le proprietaire et le chauffeur.Chacun se jette la responsabilite sur la maintenance.

rapana
Invité
rapana

L’année dernière j’ai eu l’occasion de passer rapidement à Tuléar pour le travail, et grande fût ma surprise, tous les taxis étaient presque neufs dans le style Hyundai Atos…joli, les chauffeurs courtois …

Je me suis dit, un baron karana est sûrement passé par là pour en faire son business…
Cela va venir aussi pour la capitale sûrement.




mangableu
Membre
Gold

@rapana, Du moment où le service est satisfaisant, que ce soit karana, sinoa,…ca ne me dérange pas.

sarah
Membre
sarah

Excellent article, j’adore.

Pour revenir à nos moutons (de Panurge), il y a des taximen qui ont des voitures propres et bien entretenus même s’ils ne sont pas tout neufs, les chauffeurs propres et assez matures pour mettre de l’essence dans le réservoir avant de prendre le client. Et ils ont le même prix que les taxis « kapoaka ».

Niomanina
Membre

L’expression tsy mitsinjo ny madinika c’est vraiment un frein au développement dans beaucoup de cas.
Hors sujet mais à titre d’exemple les vendeurs de trottoir rendent les rues très étroites, conséquence embouteillage et ralentissement des trafics, conséquence plus de carburant consommé, conséquence plus d’importation au niveau nationale, conséquence diminution de la masse monétaire, conséquence moins de devises donc dévaluation, inflation, …
Sans parler de l’empreinte carbone, heure de stress sur les routes, diminution de la productivité au travail, fatigue, moins de temps pour la famille, enfants mal élevés, …
Et quand on les demandent de vendre ailleurs, tsy mitsinjo ny majinika. C’est ça la démocratie à Madagascar.

Revenons aux taxis, ils ne sont pas tous pareils, moi je connais un taxi qui m’a donné son numéro, je ne prends jamais un autre taxi (sauf cas spécial). Il a une R11 très bien entretenue, même le capitonnage est confortable et agréable à voir pour un taxi, il est sérieux mais surtout qu’il est moins chers que les autres. Quand je l’ai connu sur un trajet un taxi m’a demandé 15.000 Ar, lui il fait pour 9000 Ar après on a discuté et je suis devenu un de ses clients fidèles.

Il m’a dit que les autres préfèrent gagner beaucoup en un ou deux courses dans la journée et passer le reste du temps à jouer en pariant aux jeux de cartes ou domino ensemble avec les autres chauffeurs.
Lui il préfèrent gagner peu par client, les fidéliser (il a même une carte de visite) et travailler toute la journée,
il m’a dit qu’avec cette stratégie il gagne mieux que les autres. Mais il a dit que ses collègues ne l’apprécient pas beaucoup.

@rapana
En province les taxis sont de bien meilleures qualité depuis l’arrivée des Tuk Tuk. En province il y a des 405, 306, Golf, Huyndai Atos, … je me rappelle d’un taxi Peugeot 404 très bien entretenu, les vazaha touristes nostalgiques des années 70 l’apprécient beaucoup, ils ne chôment pas le mec.
Comme quoi, il faut la concurrence pour innover si non on va rester statique (voir même en marche arrière).

mangableu
Membre
Gold

@Niomanina, effectivement avec l’arrivée des atos,… sur le marché du taxi, les proprio des anciennes voitures se sont hatés de renover leurs « épaves » pour qu’elles soient plus présentables car au même tarif, les clients se sont tous rués vers les nouvelles voitures.

Niomanina
Membre

@mangableu,

Le prix d’une Atos occasion est de 12 Million d’Ar, le prix d’un Tuk Tuk de fabrication indienne Bajaj ou Mahindra neuf est aussi de 12 Million d’Ar.
Mais le versement d’une Atos journalier est de 20.000 Ar alors qu’un Tuk Tuk 40.000 Ar, il y en a même qui font 50.000 Ar. Les plus vieux de première génération 30.000 Ar donc toujours plus qu’une voiture. L’entretien et la consommation de carburant sont moins cher qu’ne voiture.
Si c’est une question de business, en province il vaut mieux opter pour les Tuk Tuk.

afistardni
Membre
afistardni

@Niomanina, C’est une chance en province mais pas envisageable à Tana car rouler dans des véhicules non fermés est pratiquement un suicide ou une invitation aux brigands

mangableu
Membre
Gold

@Niomanina, Ici chez nous, un taxi-voiture c’est à 1.000 Ar/personne/course et les tuk tuk c’est 600 Ar/personne/course. Chacun trouve son compte.

Niomanina
Membre

@mangableu,

Donc c’est moins cher à Taolagnaro, à Toamasina c’est 1000 Ar / personne pour les Tuk Tuk quelques soit le trajet (du moins tant que ça reste dans le centre ville et les alentours). Pour les taxi c’est 5.000 Ar par courses et le taxi est à votre seule disposition personne d’autre ne peut monter.
Les cyclo-pousses de 400 Ar à 2000 Ar.

Cyclo-pousse à assistance électrique et design au Mexique.
comment image

Certains ont des panneaux solares souples sur le toit.




Niomanina
Membre

En parlant justement de taxi,
Ce serait bien si les taxis soient tous des Karenjy avec une couleur bien vive et visible, autocollant ravinala ou maki, un symbole de Mada quoi et ils devraient être agréables à regarder histoire de faire aussi une attraction touristique.
Et bien sûr il faut un taxi-mètre embarqué, on ne perd plus le temps à négocier. Comme ça tout le monde est gagnant.

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!