Cette semaine je suis heureux

Cette semaine je suis heureux

Heureux ? Ça y est, le elman a gagné le jackpot au loto, le quinté au PMU ou peut-être même a-t-il gagné à l’euromillion ?

Hélas pour avoir une chance de gagner encore faut-il jouer mais malheureusement, votre serviteur n’est pas trop accroc aux jeux d’argent. Pas du tout même 🙂

Non ce qui me rend heureux c’est que cette semaine, les reportages actutana vont quasiment tous tourner autour de mes sujets de prédilection : agriculture, startup/entreprises et … voitures !

Et tout ceci me rappelle une boutade que j’avais échangé il y a des années avec une connaissance : pour rigoler, cette personne me voyait dans le futur garder des zébus et tout en les gardant, pianoter le clavier d’un ordinateur portable. Et pourquoi pas habillé d’un simple pagne (salaka) tant qu’on y est ?

Et cette image assez atypique résume malheureusement le paradoxe de ce pays : il n’y a que deux secteurs d’activité existants à Madagascar, le secteur primaire avec l’agriculture, ses zébus et sa population de 80% de paysans au moins et de l’autre, le tertiaire, c’est-à-dire les services, symbolisé par l’ordinateur portable.

Et entre les deux, rien. Pas de secteur secondaire, c’est-à-dire les industries, les usines de transformation, chargées de transformer les matières premières issues du premier secteur en produits finis, et qui seraient ensuite vendus via les points de vente et les prestataires de services du secteur tertiaire.

En lieu et place de ce schéma classique, ce sont donc les étrangers qui nous achètent nos matières premières, les ramènent chez eux, les transforment dans leurs usines.

… et nous revendent le produit fini ! C’est frustrant n’est-ce pas ? Rageant même.

Et ce qui est encore plus rageant c’est de se rappeler que par le passé, nous avions quand même quelques usines nationales de transformation. Mais qui ne faisaient qu’office de vaches à lait pour une poignée d’initiés, qui ont bien pressé le citron comme il fallait et qui ont bien entendu mis ces entreprises sur la paille, les uns à la suite des autres.

Mais inutile de rester en mode nostalgie d’autant plus que les temps ont changé depuis la bonne vieille entreprise de papa maman il y a un demi-siècle. L’explosion des nouvelles technologies, l’internet, le mobile, les applications, l’émergence de nouveaux modes de consommation, l’écologie, les énergies renouvelables et bien d’autres disciplines ont fait leur apparition.

Donc de nouveaux secteurs d’activités et de production qui cette fois sont largement à portée de main des entrepreneurs malgaches. En ce sens et depuis quelques temps,  on assiste ainsi à l’émergence de nouveaux vocables comme startup, travailleurs nomades, community manager, applications mobiles, etc.

Mais attention : ce nouvel eldorado est excitant mais il y aura beaucoup d’appelés et peu d’élus. Il faut pour cela que ces entrepreneurs des temps modernes soient capables de faire preuve d’intelligence, de vivacité, de talent, de rapidité dans les prises de décision, et qu’ils soient capables de vraiment mouiller la chemise pour faire avancer leurs projets.

Mais dans tous les cas, moi je crois en ce potentiel entrepreunarial. Le cas échéant, je n’aurai tout simplement pas lancé ce site.

A propos de elman

Digital Native
Allez on y croit !

Copyright Actutana Inc. - Tous droits réservés.  © 2017