Aaah la vie publique …

Vie privée ? Vie publique ?

Et la question sous-jacente bien entendu : quelle est la frontière entre la sphère publique et celle privée ?

C’est une problématique vieille comme le monde et Madagougou n’est certainement pas le premier (ni le dernier) à y être confronté.

Là immédiatement tout de suite j’ai le souvenir d’un ancien chef de l’Etat français, casqué (et donc masqué) sur son scooter, venant apporter le dimanche des croissants à sa douce et tendre .. illégitime. Vie privée ? Vie publique ?

J’ai aussi souvenir d’un ancien prétendant à la magistrature suprême, et qui s’est retrouvé embourbé, en peignoir léopard, dans des histoires de proxénétisme à Lille.. lol,  avec « Dodo la saumure« .. Vie privée ? Vie publique ? Allez dire ça aux Guignols de l’info.

Vaste débat disions nous donc

Bien entendu, on pourrait faire appel aux concepts du Droit et de la légalité pour arbitrer le débat. Ce que telle personnalité publique a fait est-il conforme à la Loi ou pas ? Bah si oui, fermez vos gueu*les les mouettes alors. Si non, alors effectivement il y a matière à poursuite.

Mais ce serait binairement trop simple n’est-ce pas ? Car quelque part entre le 0 et le 1, il y a aussi ce machin qui s’appelle la … Morale.

Le problème de la Morale c’est qu’elle est à géométrie variable. Je vous prends un exemple très simple : la Morale à Madagougou réprouve donc l’homosexualité.. et l’interdit en public même ? Mais dans le même temps la Morale devrait donc chastement fermer les yeux sur vos parties de voudeville en haut lieu ?

Pour en revenir à notre sujet, comment traiter cette problématique de vie privée des personnalités publiques ? D’autant plus si les « accusateurs » disposent de « solides dossiers » pour prouver leurs assertions ?

Imaginons les débats (avec un d) dans une audience au Tribunal. Le juge pourrait trancher pour une atteinte à la vie privée certes mais pas pour le dénigrement ni la diffamation puisque les faits sont avérés. Et dans tout les cas, le mal sera de toutes les façons fait puisque l’affaire a été rendue publique.

Une fois dans la vie publique, faites une croix sur votre vie privée

La conclusion de tout ceci c’est qu’une fois que vous décidez de rentrer dans la sphère publique, il vous faudra vous faire à l’idée que malgré vos prérogatives de ladite puissance publique, vous ne serez pas à l’abri de ces attaques médiatiques. Sans parler des réseaux sociaux.

Cela implique donc un devoir de précautions (au pluriel) et de prudence. Dans quoi ? Dans tout. Dans tout ce que vous direz, dans tout ce que vous ferez, votre manière de vivre, tout sera passé à la loupe par des gens qui n’auront que ça à faire de leurs journées. C’est rageant mais c’est comme ça.

Vos moindres déplacements, vos vêtements, vos petites phrases, vos voitures, tout y passera. Donc le voudeville, oubliez. Surtout dans ce microcosme villageois à Antananarivo où tout se voit,  tout se sait, tout se murmure, tout s’épie. Quand j’étais encore à Madagougou, wow, toutes les salo*peries que j’entendais, c’est hallucinant.

Certaines personnalités publiques à Madagougou, par contre, vous n’entendrez jamais parler de leurs frasques. On ne les voit pas, on ne les entend pas, ils sont … invisibles. Du coup c’est problématique là aussi car ils sont tenus a un minimum de communication pour montrer qu’ils existent, qu’ils travaillent.

Et dès que ça commence à communiquer, à émerger, à sortir du panier.. bam !

C’est compliqué hein ?

elman

Digital Native Allez on y croit !

Subscribe
Me notifier des
guest
2 Commentaires
plus anciens
plus récents plus de votes
Inline Feedbacks
View all comments
mpijery
mpijery
15 jours plus tôt

Entre les lignes: une confirmation pour ceux qui en doutent encore que le projet 2028 est définitivement enterré 🙂

ACTUTANA