Critiquer des gueux et des sots ?

Bon week-end ooo

Gné ? Oui oui, comme les marronniers, ça revient régulièrement : les Malgaches ne supportent pas la critique, tsy azo tenenina, blablabla, wawawa.

Vaste problématique… et j’ai envie de rajouter délicate problématique. Et qui, quoiqu’on en dise, c’est pas du tout évident hein !

Peu importe que vous parliez de critique positive eee.. de critique constructive eee.. bah non, ça reste toujours une critique quelque part.

Donc les Malgaches n’aiment pas recevoir des critiques.. venant d’autres Malgaches. Si ça vient d’une autre nationalité, oui là ils ne montent pas sur leurs grands chevaux. Par contre si c’est entre Malgaches, waaaa

“Fa iza ianao” ? “Mais t’es qui toi” ? “Fiainan’ialahy aloa jerena na amboarina“, “tony koa tampohany zay any andafy“, etc. En fait on ne supporte absolument pas les critiques entre nous, tonga dia miakatra, ialahy ataoko mahafantatra ny anarako, ataoko mihinana ny IEM la, toussa toussa.

Bon effectivement il y a aussi critique et critique, la manière de le dire, qui le dit, etc. mais bon, d’une manière générale, io izy io, c’est comme ça.

Le “Mais t’es qui toi pour me critiquer” est très important, car révélateur. Ça dénote d’une part que l’on perçoit la personne qui ose nous critiquer comme se sentant supérieure à nous, et ça oh que non, même pas en rêve 🙂

Oui oui, ce sentiment est vraiment exacerbé chez nous. Ça vient d’où ? La pauvreté ? Pas forcément car même chez les riches, ça ressent et ça réagit pareil. Non ça vient vraiment de nous, notre nature, notre environnement, notre malgachitude et toussa.

Du coup, vous remarquerez qu’en dehors des politiques, les critiques vers d’autres catégories de la population sont très rares sur ce site.

D’une part car sanaby, je n’ai pas de temps à tenter de convaincre des gueux et des sots (level 5 vs level 1), non, je me contente de parler de ce que je connais le mieux : moi 🙂

Donc oui, sanabavy, on lira plus souvent par ici des “moi je” plutôt que des “toi tu“, chacun chez soi et les cochons seront bien gardés, personne n’a de temps à perdre avec des clashs inutiles et chronophages.

Le jour où le level 1 passera les étages supérieurs, là oui on pourra sans doute relever un peu plus les discussions, les pimenter même avec des débats d’idées animés mais en attendant, tant que tout le monde prend tout au premier degré contre soi, contre sa petite personne, aleo hilamina.

Car regardez bien ce qui se passe au bled. Ce fanatisme pro pro, anti anti. Ces églises qui se transforment en rings. Ces messies et ces cultes de la personnalité qui vont bien avec… c’est tout ça que j’appelle le level 1 tompokolahy sy tompokovavy.

Donc encore une fois, inutile d’y perdre son temps avec des attaques frontales “toi tu” like. C’est beaucoup plus efficace et pertinent de la jouer en mode “moi je” car comme on dit, qui m’aime me suit et c’est comme ça que l’on arrivera à leur insu à changer les gens …et les mentalités, en leur montrant que ça marche fichtrement bien ailleurs.

Subscribe
Me notifier des
guest
14 Commentaires
plus anciens
plus récents plus de votes
Inline Feedbacks
View all comments
gerard
1 mois plus tôt

crévindiou ! vos photos de sushis me font toujours autant saliver ….
à quand la prochaine réunion d’actunautes dans un de vos repaires “sushi à volonté” ?

Alain Rajaonarivony
1 mois plus tôt

Ca vient d’une estime de soi en détresse, qui fait qu’on a une image de soi dévalorisée (cela vient de l’histoire, transmise ensuite via un traumatisme intergénérationnel, et devenant quasiment culturel). C’est pour cela qu’on s’écrase facilement face à vazaha, un sinoa, ou un karana mais qu’on ne supporte pas qu’un autre nous-même nous reprenne, même à bon escient et pour notre bien (car pour nous, il n’a pas grande valeur, comme nous-même)… 🙁

Hary
Hary
En réponse à  Alain Rajaonarivony
1 mois plus tôt

Vous avez raison .C’est bien ça .C’est une image de soi dévalorisée transmise via un traumatisme intergénérationel .
Par contre, ce phénomène s’estompe pour les Malgaches qui vivent à l’étranger depuis 20-30 ans .Et il est quasiment absent pour les Malgaches nés à l’étranger.




CLAUDE
CLAUDE
En réponse à  elman
1 mois plus tôt

Tony kou miseo milay, tsy apafirin’izay mipetrapetraka any andafy ?
Lol

Niry
Niry
1 mois plus tôt

Quand quelqu’un me critique, si je sais qu’il s’agit de quelqu’un qui m’aime ou se soucie de mon sort, je le prends bien, au pire j’y prêterai attention plus tard. Mais on sait tous que les malgaches ne s’ aiment pas entre eux, et par conséquent si quelqu’un qui vous aime pas vous critique, comment allez-vous réagir?

Rakoto
Rakoto
1 mois plus tôt

Moi je m’appuie bien sur les critiques pour m’avancer, sérieux. Ndrao de tsy gasy ary za ty lé 🙂

Rakoto
Rakoto
En réponse à  elman
1 mois plus tôt

C’est exactement ça, en général les haters level 0, je ne les fréquente même pas. Donc les critiques venants des vrais amis et des proches sont les bienvenues. Cela me donne matière à réfléchir.




mpijery
mpijery
1 mois plus tôt

J’écoute toutes les critiques, peu importe leurs auteurs. Après, il y a celles dont il n’y a rien à tirer que je rejette, et les autres

Fil info

Commentaires

Voir d'autres articles