Dadan’i Chloé et ses petites expérimentations

Ce simple petit geste…

Gné ? Rassurez-vous, je ne fais pas des expérimentations hasardeuses ni dangereuses sur ma petite princesse mais force est d’admettre que ce petit bout de choux de 3,4 kilos est quand même fascinant.. et très édifiant.

La nécessité d’interprétation des pleurs nous en avons déjà parlé ici mais un bébé ne se réduit pas qu’à des pleurs ouf heureusement 🙂

Petit retour 9 mois en arrière. Vous vous imaginez ces 9 mois de … comment dire.. pas d’emprisonnement, le mot est trop fort, mais de “maintien forcé” dans ce ventre ? Certes on peut imaginer que la nature a bien fait les choses en rendant ce séjour le plus confortable possible et on peut donc aussi imaginer que ce confortable “référentiel” soit quelque part resté ancré dans la mémoire de la petite.

Puis le choc de la sortie à l’extérieur. De suite, on peut supposer que tenter de reconstituer à l’extérieur ce confort utérin est loin d’être une idée stupide ? Du coup pour le sommeil par exemple, quelles astuces partant de là ?

Après quelques observations, tâtonnements et déductions, j’ai trouvé 3 axes importants.

Le toucher

Croyez moi, lui glisser un doigt dans ses petites mains afin qu’elle s’en saisisse si besoin pendant son sommeil semble bien marcher. L’expression “s’accrocher à quelque chose” n’aura jamais été aussi pertinente.

Les pieds

Lol quoi les pieds ? Et bien les pieds de la petite en appui ou en simple contact contre votre corps pendant son sommeil là aussi ça marche. Ça doit lui rappeler quand elle donnait des coups de pieds dans la paroi utérine 🙂

L’odorat

Une proximité corporelle, votre bras par exemple, là aussi ça a des vertus apaisantes. Ce sens me semble particulièrement développé chez la petite.

Bref vous l’aurez compris, “balancer” la gamine dans son berceau ou son cododo en espérant qu’elle dorme toute seule comme une grande, non c’est pas top du tout et les pleurs qui éclateront rapidement vous le rappeleront très vite.

Par contre, si vous exploitez au maximum le toucher, les pieds et l’odorat, oooh miracle les pleurs d’angoisse disparaissent 😯

Bon t’es gentil dadan’i Chloé mais concrètement alors ?

Bon là aussi c’était pas évident, en tâtonnant et expérimentant différents trucs et bidules, j’ai trouvé une configuration intéressante.

Par contre attention, ici je mets un triple warning, avertissement : il n’est pas du tout conseillé de laisser un nourrisson dormir dans le lit parental, entre les 2 parents.

Sérieux c’est archi risqué même : risque d’étouffement, d’écrasement, geste malencontreux (coup de coude) pendant le sommeil et toussa, on plaisante pas avec ça. Un bébé ça dort dans son berceau ou son cododo, point.

Pour ma part, j’ai donc trouvé le moyen de mettre en œuvre le toucher, les pieds et l’odorat mais comme je ne tiens pas à être tenu pour responsable si vous faites n’importe quoi, je ne détaillerai donc pas ma méthode 🙂

Mais j’ai donc réussi : la princesse a ainsi retrouvé quelque peu son cocon et les résultats ont été immediats : des nuits plus calmes, voire douces.

Ardine me regarde avec des gros yeux admiratifs 🙂

Subscribe
Me notifier des
guest
2 Commentaires
plus anciens
plus récents plus de votes
Inline Feedbacks
View all comments
zafimbaza
2 mois plus tôt

C’est beau l’amour . Dadan’i Chloé est complètement gaga .

Fil info

Commentaires

Voir d'autres articles