Le principal défi du nouveau DG de la Jirama

Il y a de nombreux problèmes à résoudre à la Jirama mais il y en a un qui devra vraiment être résolu pour avant hier : la vente à perte. En 2016, le kwh d’électricité coûte à la Jirama 947 ar à produire. Or elle le revend 520 ar au client.

Peu d’entre nous le savent mais c’est aussi la même problèmatique pour l’eau. Son coût de revient est de 1217 ar or la Jirama nous la facture 969 ar

C’est une problématique qui s’assimile à une tentative de résolution de la quadrature du cercle ! Doubler la facture du client ? Explosion sociale assurée. Changer radicalement l’outil de production ? Cela prendra du temps.

Mais si le plan de redressement proposé par la nouvelle direction de la Jirama est crédible, bien planifié, bien expliqué, bien communiqué, cela devrait entraîner l’adhésion des abonnés et leur permettre de prendre leurs propres mesures de leur côté. Mais tout ceci est délicat. Surtout à moins de 18 mois de l’élection présidentielle.

Partager l'article
elman

Digital Native Allez on y croit !

9
Poster un Commentaire

avatar
  Subscribe  
Me notifier des
Vohitsara
Membre
Vohitsara

Certes, il y a des problèmes à résoudre mais je ne pense pas qu’augmenter le tarif serait la première et la meilleure solution. Il y a des pays où l’eau et des fois l’électricité est gratuit et ils n’ont pas de délestage ni coupure, ni basse tension.

mangableu
Membre
Gold

Pourquoi il y a tant d’écart? C’est encore une question de carburant?

Ramandoro
Membre
Ramandoro

Parce que la jirama achète du carburant avec le prix commissions comprises

Rafangy
Membre
Rafangy

est ce que le nouveau dg a t il la volonté de le faire ou non? souvenons nous de l’allemand du temps de ra8: il a proposé des reformes qu’il a soumises au président de la république de l’époque qui les a tout de suite validé, nous avons vecu des périodes de délestages pendant des mois , mais c’était planifié à l’avance, et moins d’un an après, la jirama a retrouvé équilibre dans sa trésorerie, et a pu investir dans l’achat de 4 groupes de 10Mw chacun, expédition par avion svp, et après le coup d’État de foza, il y avait des dizaines de millions en devises dans la caisse

Randria
Membre

Pour moi, il pourra par commencer à interdire tout retrait d’argent par les tenants du pouvoir qui font de la Jirama leur DAB.
Il pourra s’attaquer ensuite sur le contrôle et la gestion des « carburants » nécessaires pour faire tourner réellement les machines.
Il finira par conscientiser les consommateurs et engager des réformes pour éviter à cette vente à perte!
Il y a des étapes à franchir à moyen terme et non des mesures drastiques appliquées du jour au lendemain à la surprise générale!
Enfin, ce n’est que mon avis!

Capt. Joa
Invité
Capt. Joa

Il faudrait peut être fermer les vannes du côté des marchés donnés gracieusement à quelques copains fournisseurs et revoir comment peut-on remplacer les vieilles machines. Avec 200millions ar de subvention par jour, il y a de quoi faire quelques choses si l’on veut.




Geronimo
Membre

facile à dire !

tsytiafoza
Membre
tsytiafoza

La solution serait de réviser les contrats abusifs: achat de carburant plus cher qu’à la pompe, location de groupe électrogène qu’il marche ou pas (au lieu d’acheter l’énergie produite), prix d’achat de l’énergie que la jirama paye à ses fournisseur.
Le hic c’est que ce sont ces fournisseurs qui l’ont mis à cette place et que s’il va réviser ces contrats…éjecté du seza. Ainsi, si les délestages n’ont pas été résolus en 3 ou 6 mois, le redressement de la Jirama serait un miracle.

Rafangy
Membre
Rafangy

oh oh oh! vous voulez la ruine des copains-voyous, copines-crapuldines? le dg allemand de l’époque a pu sauver la jirama parce qu’il avait l’appui total du prm de l’époque, et actuellement, est ce le cas? déjà la manière et les critères de sélection sur les 87 postulants n’ont pas été clairs , alors ….

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!