Majunga : une drôle d’histoire

Acte 1 : le corps assassiné et méconnaissable d’un vazaha est retrouvé sur les bords d’un fleuve

Acte 2 : une femme malgache débarque sur les lieux et pleure à qui mieux mieux toutes les larmes de son corps. Elle n’avait plus des nouvelles de son compagnon depuis quelques jours.

Acte 3 : 2, 3 jours après, ah non finalement, après identification, ce n’était pas son compagnon.

Acte 4 : ledit compagnon qui se manifeste finalement en indiquant qu’« il rentre bientôt à Madagascar« .

Mouais, un peu chelou ledit compagnon quand même hein… moi ardine elle sait tout le temps où je suis 🙂

Subscribe
Me notifier des
guest
3 Commentaires
plus anciens
plus récents plus de votes
Inline Feedbacks
View all comments
Je Comprends pas Et...
Je Comprends pas Et...
25 jours plus tôt

C’est pas que le compagnon qui est chelou, c’est toute l’histoire qui l’est !

La femme débarque éplorée en expliquant qu’elle n’a plus de nouvelles de son compagnon depuis des jours, ce qui laisse supposer que celui-ci est présent sur le sol malgache, sinon elle ne serait pas venue affolée si elle le savait hors du pays. Or il finit par se manifester et explique qu’il rentrera bientôt à Madagascar.

Ca ne tient tout simplement pas la route. Sans nouvelles depuis des jours mais il serait hors du pays. Comment c’est possible vu que les frontières sont fermées ? et il assure en plus revenir bientôt alors que ces restrictions sont toujours en cours. Et il s’est manifesté auprès de qui, sa compagne ou la police ?

Et finalement c’est qui ce mort, ce vazaha défiguré que la dame a quand même finit par reconnaître ne pas être son compagnon ?

Ca sent le coup monté à plein nez.

gerard
Expert
En réponse à  Je Comprends pas Et...
25 jours plus tôt

celui là est vraisemblablement mort assassiné, ce qui reste exceptionnel

d’habitude l’alcool suffit pour qu’ils n’encombrent pas trop longtemps la vie de leur « compagne »

https://latribune.cyber-diego.com/actualites/46-largent-des-vazaha-les-retraites-richesse-de-la-ville.html

Fil info

Jirama : le bricolage se poursuit

Les coupures sauvages se suivent et se ressemblent, matin, midi, soir. C’est effroyable qu’on en soit réduit à bricoler de

Voir d'autres articles

Les derniers commentaires

ACTUTANA