Facebook rend-il les enfants stupides ?

Facebook rend-il les enfants stupides ?

Après les résultats pas terribles du Bepc et du baccalauréat à Madagascar pour cette année 2017, c’est l’une des thèses en vogue en ce moment : ces résultats médiocres c’est à cause de Facebook.

C’est à cause de Facebook que les enfants sont nuls, c’est à cause de Facebook que moins d’un écolier sur deux réussit aux examens et on en passe.

Il a bon dos Facebook dites donc. Personnellement je pense que Facebook est l’arbre qui cache la forêt de la médiocrité intellectuelle à Madagascar.

Pour parler de ce que je connais le mieux, c’est-à-dire moi 🙂 à mon époque, quand j’étais petit, je n’avais pas effectivement Facebook.

Mais je me rappelle qu’à partir de mes 11 ans, je suis tombé dans la marmite des ordinateurs. Une addiction qui peut être un peu comparée à celle de Facebook aujourd’hui or je ne me sens pas si stupide et débile que ça aujourd’hui ?

Non, ce qui a fait la différence c’est qu’en parallèle des ordinateurs, j’adorais lire ! Je lisais tout : des revues, de la bibliothèque verte, rose même, des romans, des magazines, des bandes dessinées. Des 6 compagnons au Club des cinq, en passant par Fantômette et Alice, les Langelot et autres Belle et Sébastien, tous ces bouquins ont amorcé mon goût pour la lecture. Je lisais même les Martine de mes soeurs.

Je lisais même le dictionnaire, si si. Mes parents avaient aussi une bibliothèque dans laquelle il y avait (il y a toujours) une série d’encyclopédie : je lisais donc l’encyclopédie. J’avais aussi une tante qui avait des revues, comment dire, “pour adultes” fermés à double tour dans une armoire. Je lisais aussi.

Les lectures “imposées” à l’école, je ne les considérais non pas comme des obligations barbantes mais comme une véritable source de plaisir : un livre qui me plaît, automatiquement j’allais rechercher et lire les autres titres du même auteur. Je me rappelle particulièrement de Barjavel dont j’avais lu l’intégrale en quelques jours. Ou encore les Arsène Lupin et Agatha Christie. Tiens du coup j’ai encore envie de les relire là maintenant tout de suite.

A l’époque j’adorais aussi lire une petite revue mensuelle qui s’appelait, pour les dinosaures qui connaissent, la “sélection du reader digest”. Un condensé de petites histoires parlant de tout et de n’importe quoi, culturel, éducatif, romantique, technique, scientifique.

Certes le Lycée Français m’a permis, grâce à leur bibliothèque très bien fournie, d’assouvir cette passion pour la lecture, et je les en remercie. Mais il n’y avait pas qu’au LFT que l’on pouvait trouver des livres, quand on cherche, on en trouve toujours.

Oui certes chez ma tantine avec ses bouquins spéciaux, mais aussi, plus insolite, chez mon coiffeur. A l’époque, en attendant de passer sous la tondeuse, je lisais déjà Paris Match chez lui avec délectation pour suivre un peu l’actualité people internationale. Oui beaucoup d’entre vous connaissiez ce coiffeur à Ambatonakanga, paix à son âme.

Donc l’abus d’ordinateurs ne m’a pas rendu bête : ce qui m’a évité d’être bête et stupide, c’est la chance d’avoir aimé les livres dès mon plus jeune âge. C’est une véritable chance car le goût de la lecture, ça vient. Ou pas.

Et quand on voit les faibles taux de réussite aux examens aujourd’hui, apparemment ça n’est pas venu chez beaucoup de nos jeunes et c’est dommage. Le manque de culture générale ça se paie cash aux examens. Vous avez déjà vu un gamin qui aime lire se louper à ses examens ?

Dernier point et je terminerai dessus :  aujourd’hui, plus de 30 ans plus tard, j’ai toujours ce goût pour la lecture, et avec internet il y a de quoi faire. Je possède par exemple sur mon ordinateur plus de 6000 ebooks pour satisfaire ma passion dévorante pour les romans. Je n’aurai même pas le temps de tout lire jusqu’à la fin de ma vie.

Mais avec le recul, rien ne vaut un bon bouquin physique, réel, en papier, avec ce plaisir de tourner les pages, de lire les mots sur une feuille en papier, de corner les pages, de voir sa bibliothèque trôner fièrement dans le salon sans avoir à allumer une machine. Et ici, pas de crash de disque dur à craindre, le livre papier il durera ad-vitam.

Donc vous voulez que vos gamins ne soient pas bêtes et stupides ? Ne les forcez pas à lire mais donnez leur le goût de la lecture, dès le plus jeune âge. Par exemple en faisant “traîner par hasard” des livres un peu partout dans la maison. La bande à Picsou et Mickey pour amorcer la pompe par exemple.

Toutes mes excuses pour cette chronique un peu “moi je” aujourd’hui mais croyez-moi, c’est un investissement payant sur l’avenir. Sur leur avenir. Et ne soyez pas sectaires, il faut lire tout sur tout. Même les bouquins à Tantine 🙂

A propos de elman

Digital Native
Allez on y croit !

Copyright Actutana Inc. - Tous droits réservés.  © 2017