Il y a-t-il quelque chose qui marche à Madagascar ?

La mayo maison de l’elman

Cette nuit votre serviteur était dans un bon jour pour tenter de positiver un peu la situation à Madagascar, en essayant donc de recenser ce qui marche encore là bas.

Et bien avec la meilleure volonté du monde, je n’ai malheureusement rien trouvé. Que problème sur problème, que tout semble compliqué, que rien n’est tsotra, milamina et mirindra.

Même le level 1 de la pyramide de Maslow semble être devenu un luxe, c’est hallucinant. Les besoins physiologiques, manger, boire, faire ca*ca dans les normes, c’est pas pour tout le monde tompokolahy sy tompokovavy ! Le level 2, le besoin de sécurité, on en parle même pas.

Et bien quand on en est à ce stade là, ça veut tout simplement dire que le pays a régressé vers la Préhistoire mesdames et messieurs. Cette caricature de Pov n’en est plus une, elle est réalité tout simplement : la population est revenue à l’âge des cavernes 😯

Bon et bien j’espère que la leçon aura porté, dans la vie, il ne suffit pas de croire le premier beau parleur venu car ça risque de rapidement tourner au vinaigre. Et ça a bel et bien tourné au vinaigre, la fameuse manenganiny party, io izy io.

Tout le monde est capable de sortir les plus grosses promesses, ça ne mange pas de pain. Simplement quand les réalités vous rattrapent et que vous vous apercevez que vous n’avez pas les moyens de vos ambitions, bah désolé mais vous passez tout simplement pour un gros con mytho et puis c’est tout.

Le type aux bobards, mpanao resa-ketotra et qui tente de vous refourguer son saka beloha : il y en a tellement plein au pays endémique ! Des gros mythos qui n’excellent en fait que dans les plans foireux, les trucs et les bidules tordus et alambiqués qui n’aboutissent à jamais rien, pffff, feno ny tanana.

Cette semaine, j’ai monté une petite mayonnaise pour accompagner une petite salade de pommes de terre et des fruits de mer. C’est tout un art qui exige patience et concentration. Le bon tempo pour l’incorporation de l’huile, le bon tour de poignet, tout doit être maîtrisé pour produire une sauce maison de qualité, voire exceptionnelle.

Diriger un pays s’apparente à bien des égards au montage de ma mayonnaise. On peut frimer en prétendant qu’on est spécialiste en ça, mais dans les faits, tout ce que tout le monde voit c’est une mixture bizarre qui a tourné, que l’on essaie pathétiquement de reprendre en incorporant encore davantage d’huile lol. Hélas, aucune chance.

De guerre lasse ça finit donc par importer des bateaux entier de mayonnaise industrielle, chères et dégueulasses.

Ah la la c’est compliqué tout ça n’est-ce pas ? Bah oui, c’est pas pour rien que certaines personnes consacrent une vie entière à apprendre à monter la mayonnaise car ils savent parfaitement que les 5 ans où ils seront aux commandes de la cuisine, ils seront attendus au tournant, ils n’ont pas le droit de se louper, l’échec n’est pas une option. Et au passage, ils apprennent aussi comment récupérer une mayo qui a tourné.

Ah mince, et il faut un frigo pour conserver la mayonnaise. Et donc … du courant lol.

C’est compliqué hein ?

Subscribe
Me notifier des
guest
2 Commentaires
plus anciens
plus récents plus de votes
Inline Feedbacks
View all comments
dadazaka
dadazaka
2 mois plus tôt

J’adore l’article, je peux le piquer? ou le partager?

Modifié 2 mois plus tôt par dadazaka

Fil info

Commentaires

Voir d'autres articles