La jeunesse endémique m’effraie

Coming soon 🙂

Gné ? Si si je vous assure, je rentrerai un peu plus loin dans les détails mais cette jeunesse endémique m’effraie vraiment.

Bon alors, qu’est-ce qu’il se passe encore ? En fait, même physiquement séparé de 8500 kilomètres, j’entretiens toujours des liens avec ce pays, sur le plan professionnel notamment.

Et donc ? Bah et donc je suis quelque part toujours un peu en mode “prospection“, je parcours un paquet de CV, je teste, j’interview et toussa.

Non, le problème c’est pas tellement la connaissance du français ou pas, le problème c’est vraiment cette culture, ce mode de pensée chez nos jeunes. Même s’ils écrivent correctement en français, c’est comment dire… leur mode de pensée, leur manière de penser qui transparaît dans leur manière d’écrire.

Il y a bien sûr le sempiternel “je tourne autour du pot” mais pas que. C’est vraiment 2 mondes à part, 2 cultures, 2 “ways of life” qui n’ont rien à voir. Ce n’est pas une critique, juste un constat.

Encore une fois, et je vais bien insister sur ce point, j’ai eu entre les mains des cas de personnes qui écrivent plus que correctement en français, aucun problème sur la forme, mais c’est vraiment leur logique, leur manière de développer un sujet qui se révèlent déroutante pour un occidental.

Et quelque part, j’y retrouve notre insularité. Malgré tous les progrès technologiques, la télévision, internet et toussa, bah non, la mentalité est restée très … endémique 🙂

Bien entendu, je ne dis pas non plus qu’ils sont tous à 100% comme ça, mais quand je vois, quand je retrouve les mêmes manières plus que fréquemment, ce n’est pas un hasard.

Je ne remets pas sur le tapis ces histoires de malgachisation et toussa. On pourrait aussi parler de francophonisation, d’anglicisation, de chinoisisation, là n’est pas vraiment le problème.

Non il nous manque vraiment quelque chose chez les Malgaches. Et ça s’appelle la culture tout simplement. Il ne suffit pas de savoir lire et écrire à l’école, il faut vraiment lire des livres. Beaucoup de livres. Des revues, de la littérature, des romans, des bandes dessinées. Et ce, dès le plus jeune âge. S’ouvrir au monde extérieur, peu importe si nos ancêtres sont gaulois, mandarins ou américains.

Bien sûr qu’il faut connaître notre propre histoire. Nos vrais ancêtres. Mais il faut aussi connaître et apprendre celle des autres, comment ils sont ailleurs, comme ils vivent ailleurs, comment ils pensent ailleurs.

Et c’est là que les réalités nous rattrapent hélas : la culture, comme beaucoup de choses, est un luxe au pays endémique. Quand on n’a que 2$ par jour pour survivre, c’est compliqué de nourrir l’esprit quand le ventre est vide.

A cet instant précis, je pense à ces dizaines de 4X4 noir sortant d’une mairie pour célébrer fastueusement des noces. Combien de millions de livres on aurait pu avoir avec le prix de ces engins ? Et combien de millions de gamins dans tout Madagascar auraient ainsi pu avoir une toute petite chance de vivre une vie complètement différente après avoir eu la possibilité de lire quelques uns de ces livres ?

J’ai une petite expérience de la vie et croyez moi sur parole : un enfant qui a beaucoup lu, qui aime lire, c’est très rare qu’il loupe sa vie. Oui oui, vers 5-6 ans, j’adorais déjà lire .. un dictionnaire 🙂 Il avait une couverture verte, je me demande ce qu’il est devenu.

Subscribe
Me notifier des
guest
32 Commentaires
plus anciens
plus récents plus de votes
Inline Feedbacks
View all comments
mpijery
mpijery
2 mois plus tôt

Un ami ingénieur m’a un jour fièrement dit que ses enfants regardent beaucoup la télé et que heureusement, ils n’aiment pas lire sinon ils vont abîmer leurs yeux. Je lui ai fait remarquer que c’est plutôt l’inverse qui est mieux mais je crois bien que c’était trop tard, d’ailleurs, je ne suis même pas sûr que je l’avais convaincu

gérard
2 mois plus tôt

aie ….
la difficulté à comprendre la jeunesse , la diminution de volume du cerveau , la dilatation de la prostate sont des signes imparables du vieillissement !

Rafangy
Rafangy
En réponse à  elman
2 mois plus tôt

pas seulement de votre temps mais du mien ainsi que celui de mes parents aussi! on faisait 67-tanjombato -andoharanofotsy aller retour à pieds le samedi après cours, rien que pour emprunter des livres chez les copains, et était adherent du ccac durant plus de 20ans!
remarquez que les gens qui n’aiment pas lire ont l’esprit très fermé et croient aux mpandatsabaratra




CLAUDE
CLAUDE
En réponse à  Rafangy
2 mois plus tôt

Jusqu’en 1980, en plus du CCAC, j’allais aussi à la bibliothèque nationale emprunter gratuitement des bons livres.
On y trouvait entre autres tous les titres de Guy Des Cars.

Coco
En réponse à  elman
2 mois plus tôt

Les jeunes lisaient parce que nos profs nous incitaient à la lecture. Puis nos parents lisaient. On les émulait. Et c’est comme ça qu’on attrapait le virus de la lecture. Le plus souvent en démarrant avec des bd, un peu soft au début (Tintin, Lucky Luke, Zembla, Blek,etc.) avant de découvrir les grands auteurs romanesque.
Autre temps, autre moeurs, la télé n’était pas 24hrs/24 (auj à 3hrs du mat, vous vous branchez sur Disney, il y a encore des dessins animés !), il n’y avait pas d’internet, de smartphone, de tablette etc. Les seuls moyens de s’instruire et se cultiver c’était de se plonger dans un bon livre ou un magazine, même daté.
Ce qui a peut-être changé, c’est qu’aujourd’hui l’aspiration des jeunes n’est plus de devenir “quelqu’un” comme on disait aupravant et qui passe par avoir une certaine culture (donc la lecture) mais de devenir célèbre via le buzz. Il n’y a qu’à voir le nombre de videos qui circulent sur la toile, où chacun aspire à sa petite heure de gloire pour s’en convaincre.

Rafangy
Rafangy
En réponse à  elman
2 mois plus tôt

mais c’est nous dans notre jeunesse ça! soit on allait chez le coiffeur pour se faire couper les cheveux et lire tout ce qu’il y là, soit on accompagnait quelqu’un au coiffeur pour pouvoir lire! la geographie à l’ecole, disons que je connais un bout mais c’est surtout et grace aux livres et bouquins que je connais certins endroits du monde même n’y etant jamais allé!
et je remarque aussi que presque les actunautes ont devoré leur larousse dans leur jeunesse! moi, le 1er larousse que j’ai lu , etait le prix obtenu par ma soeur au cepe, et ensuite, nos parenst ont achete le grand larousse universel en 4 tomes que j’ai lu aussi de la 1ere page jusqu’à la dernière

CLAUDE
CLAUDE
En réponse à  Rafangy
2 mois plus tôt

À 7 ans, vous ne pouviez que rêver devant les planches qui illustraient le petit Larousse (couverture en toile cartonnée rouge)




Banksybeat
Banksybeat
2 mois plus tôt

Disons qu’il faut un minimum et cela ne doit pas nous empêcher d’avancer. Dans mon domaine, j’ai rencontré des américains qui ne connaissent rien d’autres que leur ville et même peu sur leur pays mais qui restent de vrais sommités mondiales. Il n’y a qu’en France qu’on passe des examens de culture générale pour accéder à certaines écoles (les écoles de commerce en particulier). C’est important d’en avoir car les relations d’affaires c’est humaine et culturelle avant tout. L’Italie est aussi surnommé la république des cultures mais ce n’est pas pour autant une superpuissance.

Coco
2 mois plus tôt

j’adorais déjà lire .. un dictionnaire

Le Larousse illustré de 1968 que m’avait un jour rammené mon père de France, à partir de 12 ans je me plongeais dedans chaque jour. Ce livre c’est ma bible, ma bibliothèque, mon avion. Je voyageais dedans. 31 ans après, je l’ai encore et je le garde jalousement en dépit d’autres dictionnaires acquis plus tard. Il y a des choses et des plaisirs que seuls les lecteurs de dictionnaires comprendront. 🙂

Rahandy
Rahandy
2 mois plus tôt

C’est bien de lire en effet, cela développe l’imaginaire, la modélisation, et surtout comprendre la culture des autres.
Après, regarder la télévision permet de faire le lien, de confirmer son imaginaire, de mettre des sons aux mots. A condition de regarder autre chose que les clips locaux, et les dessins animés.
Je côtoie des jeunes et moins jeunes tous les jours, et oui, une personne qui lit, c’est toujours une autre personnalité, une autre intelligence, un autre raisonnement

raossy
raossy
2 mois plus tôt

après, ça dépend aussi de ce qu’ils regardent à la télé..

.. mais bon, nous sommes d’accord, rien ne remplacera jamais les livres, le pouvoir des mots, l’ouverture de l’esprit, l’effort intellectuel

vs le mode légume passif devant la télé 

Entièrement d’accord : quand on regarde la télé, le cerveau ne fournit pratiquement aucun effort. Loin d’être une activité ringarde, lire stimule l’imagination et développe la créativité. Le cas de Madagougou est encore plus grave: non seulement la lecture n’intéresse qu’une infime partie de la jeunesse, mais sur les seuls canaux audiovisuels accessibles à la majorité on ne voit (et n’entend) que les mpiady an-tsena bemoultsa, les ”merci prezidà” et autres big Mj. Après, il faut pas s’étonner que ce pays soit devenu une fabrique à crétins…

Rahandy
Rahandy
En réponse à  elman
2 mois plus tôt

Je revois dans le post les mêmes vécus, les mêmes habitudes, ça me réconforte sur la communauté Actutana. Fier d’en faire partie.




CLAUDE
CLAUDE
En réponse à  elman
2 mois plus tôt

Le ressuscité ?

CLAUDE
CLAUDE
En réponse à  raossy
2 mois plus tôt

J’adore votre “bemoultsa” !

Hary
Hary
2 mois plus tôt

Tout à fait d’accord sur l’analyse . Mais l’offre culturelle est très pauvre à Madagascar. Dans ma jeunesse à Tamatave, il fallait aller à l’Alliance Française pour “se cultiver”.Il manque cruellement de lieu de culture : bibiliothèque,médiathèque,musée.
Il n’ y a pas beaucoup de maisons d’éditions 100% malgaches à Madagascar et les livres sont chers à l’achat par rapport au salaire.
Il faudrait peut ouvrir des petites bibliothèques numériques de quartier.
Les jeunes y viendront pour télécharger des livres numériques directement sur leur téléphone portables.

mpijery
mpijery
En réponse à  Hary
2 mois plus tôt

en attendant, contentez-vous des terrains synthetiques et autres gallodromes 😛

Za Ihany
Za Ihany
2 mois plus tôt

Bordas Encyclopédie de Roger Caratini, 21 volumes ramenées par le paternel quand j’avais 10 ans. L’époque pré wikipédia

Modifié 2 mois plus tôt par Za Ihany
Rafangy
Rafangy
2 mois plus tôt

c’est dans l’encyclopédie larousse( ou autre?) que j’ai appris que les pistes d’aviation sont classées selon leur longueur, largeur et portance ainsi que la signification de ces chiffres en debut et bout de piste




CLAUDE
CLAUDE
En réponse à  elman
2 mois plus tôt

Lafo bé zany Rams a !
On va les loger où ?
Ra tsy hoe manao “mules” dé juste 1 bagage de cabine/3 no anazy.

CLAUDE
CLAUDE
En réponse à  elman
2 mois plus tôt

Elle est ouverte uniquement pour les “vosary de la haute” pas ceux et celles en tisorta nylon.

Hary
Hary
En réponse à  elman
2 mois plus tôt

Oui très belle idée.
En fait ,le député Siteny le fait avec les meilleurs bacheliers de Tuléar.
Il travaille avec une ONG américaine qui s’occupe du billet et des hébergements. Ce ne sont pas uniquement des vacances mais une immersion dans la culture ,l’histoire et l’économie des états unis.
Et d’après les interview fait auprès de ces jeunes, on voit que ça leur donne beaucoup d’idées et de motivation à développer Madagascar.




Ralay
Ralay
2 mois plus tôt

https://www.youtube.com/watch?v=fDPLxNhe1KY une intervention très à propos de la part de Bruno Le Maire. Une de très rares vidéos que j’ai partagé sur mon compte FB.

gérard
En réponse à  Ralay
2 mois plus tôt

Excellent !

Fil info

Commentaires

Voir d'autres articles