Les Malgaches en mode survie

Je l’aurai peut-être vraiment fait pour de vrai mais au moins je creverai pas de faim

Ça devient compliqué hein ? Très très compliqué. Si jusqu’ici c’était déjà pas folichon, là on commence franchement à basculer en mode Zombie Land. Horrera quoi.

De quoi on parle ? De la situation socio-économique bien évidemment. Les aberrations du système capitaliste sont impitoyables pour les petits pays pauvres comme Madagascar : monnaie de singe, aucune création de valeur ajoutée, démographie explosive, aucune industrie, une consommation majoritairement basée sur les importations, dépendances mortelles aux hydrocarbures : tous les ingrédients sont là tompokolahy sy tompokovavy.

Melangez bien toussa, secouez, agitez bien dans le shaker et vous obtenez la situation qui est la votre aujourd’hui. 30 millions de pauvres qui dansent le thriller moonwalk, aux sons de la manenganiny party.

Up.. and down…

Laissez tomber : le travail, le salaire et toussa ne vous servent plus à rien aujourd’hui. C’est du temps perdu, de la fatigue pour rien : vous n’arriverez bientôt même plus à vous nourrir avec sur le mois entier.

Ok l’elman, on a bien compris ton propos impitoyable mais tu aurais encore été au pays endémique, à notre place, tu ferais quoi ?

Moi ? C’est très simple : j’aurais été encore salarié au pays endémique, j’aurais déjà posé ma dem ce mois de juillet. D’ici la rentrée, je me serais barré à ambanivohitra ou sur la côte et là je me lance dans l’agriculture et l’élevage.

Pour être tout à fait honnête avec vous j’avais même déjà un peu commencé en ce sens quelques semestres avant mon départ, bon j’ai du me barrer mais je suis sûr à 200% que je l’aurai continué si j’avais encore été sur place.

Donc j’aurai cultivé quelques hectares, en étudiant le rendement maximal. Un calcul grossier donnerait ceci : imaginons que je dispose de 5 hectares de terrain, et je m’arrange pour y faire cultiver je ne sais quoi qui produise du 5 tonnes à l’hectare, au prix minimal de 1€ le kilo.

Donc chiffre d’affaire : 5 X 5 X 1 000= 25 000€ par récolte.

Environ 2 000€ brut par mois, soit 8 million ar par mois, non mais sérieux pourquoi je continuerai à m’em*merder avec un emploi de bureau payé avec des clopinettes au lance pierre ?

Et ça ce n’est que pour 5 hectares. Vu le prix aberrant du m², il est clair que je passerai rapidement à 10.. puis 20 hectares..

Et oui, prendre son angady, sa b*te et son couteau, on y est là. Oubliez le capitalisme, revenez d’abord aux fondamentaux : le fambolena, la bouffe, le sakaf. Ce n’est pas pour rien que ça s’appelle le secteur primaire : c’est le premier niveau de la pyramide : manger et boire.

Et on va encore lourdement insister pour que ça rentre bien : avec vos misérables revenus du secteur tertiaire, vous n’arriverez malheureusement bientôt même plus à bouffer correctement 3 fois par jour, 30 jours dans le mois.

Donc soit barrez-vous. Soit allez prendre votre angady et tout ce qui va avec.

Subscribe
Me notifier des
guest
3 Commentaires
plus anciens
plus récents plus de votes
Inline Feedbacks
View all comments
Coco
14 jours plus tôt

aucune industrie

Quand on voit l’étendu du territoire, la démographie et le coût de la main-d’oeuvre locale, c’est vraiment du grand gachis.

ItaosyBro
ItaosyBro
13 jours plus tôt

Vos champs/votre production seraient-ils à l’abri des endémiques affamés et sans emplois ?

Fil info

Commentaires

Voir d'autres articles